Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pouvons-nous empêcher l’incendie mondial la prochaine fois ?





Alors que certains pays commencent à maîtriser la Covid19, principalement par le biais de programmes de vaccination, nous pouvons espérer une autre phase de réforme post-crise, visant cette fois à réduire considérablement la probabilité d’une autre pandémie mondiale ou d’un choc de santé publique similaire. Mais l’espoir n’est pas la croyance. Malheureusement, il y a quatre raisons de penser que les progrès peuvent être plus lents et plus difficiles qu’après la crise financière de 2008. Premièrement, nous ne sommes pas encore sortis du bois. A la mi2009, les Etats-Unis et l’économie mondiale avaient pris le virage de la crise financière mondiale, et le G7 (et la majeure partie du G20) pouvaient convenir de la nécessité d’une réglementation plus stricte du secteur financier. En revanche, de nombreux pays à travers le monde, y compris en Europe, sont toujours aux prises avec le coronavirus. Il est difficile de se concentrer sur un programme de réforme en profondeur, la crise faisant toujours rage et les voisins se disputant pour savoir qui a accès à combien de vaccins.

Deuxièmement, tous les pays n’ont pas partagé la même expérience cette fois-ci. En 2008-09, tous les pays du monde, presque sans exception, ont été pris au piège - ou profondément inquiets - d’un aspect de la panique financière qui a commencé à Wall Street. La finance mondiale atteint vraiment presque tous les coins du globe.

Mais en ce qui concerne la pandémie de Covid-19, certains pays - notamment en Asie de l’Est - étaient mieux préparés et ont agi plus rapidement, évitant ainsi certains des effets les plus désastreux. La Chine, par exemple, ne verra probablement pas les exigences de la politique post-pandémique à travers le même prisme que les Etats-Unis et la majeure partie de l’Europe.

Et pourtant, pour prévenir ou atténuer les pandémies, il faut une action véritablement mondiale. La crise financière de 2008 était avant tout un phénomène transatlantique, avec d’autres pays traînés. Pour résoudre les problèmes sous-jacents - ou du moins pour les rendre moins susceptibles de se reproduire – on a appelé à une véritable réforme aux EtatsUnis, ainsi qu’à une coopération suffisante en Europe (en particulier sur des règles telles que les exigences en matière de fonds propres et la manière de traiter les transactions transfrontalières de produits dérivés). Nous avons sûrement appris l’année dernière que de nouveaux agents pathogènes peuvent se développer n’importe où et se propager de manière imprévisible, et que nous avons besoin d’un système de surveillance des maladies qui couvre tout le monde sur Terre. Mais cela sera difficile à construire à moins et jusqu’à ce que tous les gouvernements en fassent une priorité. Troisièmement, une meilleure santé publique coûte de l’argent réel. Cela est particulièrement vrai aux Etats-Unis, qui ont malheureusement sous-investi dans la fourniture de soins de santé de base aux résidents. Il y a quelques lueurs d’espoir - y compris la capacité croissante des EtatsUnis à intensifier les tests de diagnostic et la probabilité que certaines technologies liées à la Covid nous aident également à lutter contre d’autres maladies. Mais qui paiera pour le déploiement de cette technologie dans le monde, y compris dans les pays à faible revenu?

Enfin, il existe de nombreuses données à haute fréquence sur la finance, alors que la charge mondiale de morbidité n’est perçue qu’en termes beaucoup plus grossiers. Certes, toutes les données pertinentes du secteur financier ne sont pas faciles d’accès et de compréhension pour les décideurs. Pourtant, la situation de la finance est bien meilleure que celle de la santé publique, où les autorités d’un pays (par exemple, les Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis) n’ont qu’un accès très limité à ce qui se passe ailleurs avec suffisamment de détails et d’opportunités pour être utiles. Pour les Etats-Unis, la bonne nouvelle est que l’administration du président Joe Biden s’occupe de la santé publique du pays, fournissant un coup de pouce budgétaire initial utile à l’économie et jetant les bases d’un renouvellement si nécessaire des investissements dans les infrastructures, y compris (on espère) tout ce qui est nécessaire pour renforcer la santé publique. L’administration semble également comprendre que la politique de la santé est une dimension importante de la politique étrangère∂∂‹. Par exemple, aider les pays à accéder à un vaccin fiable peut à la fois les aider à se rétablir maintenant et à bâtir la confiance nécessaire à une coopération future dans la lutte sans fin contre les maladies contagieuses. Pouvons-nous aller encore plus loin et appliquer les leçons de la pandémie au changement climatique et aux conditions météorologiques extrêmes auxquelles le monde est confronté? Pouvons-nous développer une technologie utile pour réduire les risques et établir une coopération suffisante pour la déployer - et payer pour son utilisation - dans le monde entier? Avec la pandémie et la crise financière de 2008, nous avons attendu la catastrophe pour finalement agir. En matière de changement climatique, nous n’avons pas ce luxe.

Par Simon Johnson
Ancien économiste en chef du Fonds monétaire international et professeur à la Sloan School of Management du MIT et coprésident de la COVID-19 Policy Allianc
 

Libé
Jeudi 1 Avril 2021

Lu 424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Avril 2021 - 17:00 La fin du temps des amateurs pour la NCAA