Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Parution de la pièce de théâtre “Nos mères ” de Fedwa Misk


Parution de la pièce de théâtre “Nos mères ” de Fedwa Misk
“Nos mères”, une pièce de théâtre de Fedwa Misk qui aborde en six actes les liens avec les mères, vient de paraitre aux éditions la Croisée des chemins. Cette oeuvre, publiée avec le concours de l’Institut français du Maroc, relate l’histoire de cinq femmes Maria, Fedwa, Hanane, Imane et Samira qui scrutent, sur le miroir de l’âme, leurs féminités à la lumière de la maternité, lit-on sur la quatrième de couverture de cet ouvrage. En 74 pages, la pièce de théâtre “est une complainte douce-amère autour de ce rapport sacré, de son pouvoir salvateur ou destructeur”, ajoute-t-on. Dans la préface, Bahaa Trabelsi, écrivaine et directrice de la collection Kayna, souligne que “cet ouvrage représente en quelque sorte la genèse de nos existences de femmes. Sa thématique est universelle et transcende les cultures tout en les colorant de spécificités. Chacune de nous se reconnaitra dans les portraits et les tableaux de Nos mères”.

“Nos mères, vaste sujet quand on sait que dès notre naissance nous sommes avalées par une spirale infernale-filles, femme, mère- qui tournoie et se perpétue, créant sur son sillage tourmente et reproduction de schémas préétablis et d’héritages transgénérationnels”, poursuit Mme Trabelsi. Les liens qui unissent les filles à leurs mères et les mères à leurs filles sont complexes, passionnels, empreints à la fois d’amour, de culpabilité, de violence, et de haine dans certains cas, indique-t-elle, en avançant que l’identité d’une mère se construit dans un contexte émotionnel conflictuel qui se veut à la fois bienveillant et inscrit dans la projection de soi.

“Tous les personnages de Fedwa Misk montrent la nécessité, pour réussir sa vie de femme, de se défaire d’un lien trop passionnel avec la mère. Et quoi de mieux que le théâtre pour raconter ce jeu de rôle et retranscrire dans des monologues ou dialogues ce flot d’émotions”, relève-t-elle. “Être mère un jour à son tour est un moment crucial dans la vie d’une femme. Le désir même de maternité demeure un choix”, indique-t-elle, notant que le texte de Fedwa Misk aborde aussi cette problématique et offre des pistes de réflexion intéressantes. Après des études de médecine, Fedwa Misk s’est frayée un chemin dans le milieu des médias. Aux côtés du journalisme culturel et plus particulièrement littéraire, elle a cumulé une expérience su la question féministe, en créant la plateforme collaborative Qandisha et en donnant des conférences multiples sur la condition des femmes.

Libé
Dimanche 4 Avril 2021

Lu 470 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS