Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Omar Raji : Le thème commun de mes poèmes est l’humanité, la modernité et le patrimoine



​Le jeune poète marocain Omar Raji évoque, dans un entretien à la MAP, sa participation au concours télévisé “Prince des Poètes”, où il a terminé cinquième, ainsi que sa capacité de conjuguer l’art de la poésie arabe éloquente à sa spécialisation académique dans le domaine de l’économie et des finances.



Comment évaluez-vous votre participation au concours “Prince des Poètes” ?
La participation a été distinguée et j’ai pu apprendre beaucoup de choses, notamment cette magnifique communication avec le large public à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et aussi la capacité de présenter mon expérience poétique et de donner une image honorable de la culture marocaine. Ma participation a été un succès en termes d’évaluation critique, et je crois que tous ces éléments réunis me donnent beaucoup de satisfaction, donc je suis heureux de cette aventure.

Pouvez-vous nous parler des sujets sur lesquels vos poèmes se rapportent en général ainsi que les thématiques des poèmes avec lesquels vous avez participé au concours “Prince des Poètes” ?
Le thème commun de mes poèmes est l’humanité, la modernité et le patrimoine. Il y a d’autres sujets généraux, tels que le traitement de la situation du monde arabe, mais sous une forme indirecte, à travers des ponts philosophiques suggestifs qui aperçoivent au loin et relient les fragments de visions à un fil de questions. Tous mes poèmes étaient verticaux si l’on exclut l’entrée interactive dans le théâtre. Mais les poèmes avec lesquels j’ai participé à ce concours ont été écrits dans un langage moderniste.

Comment avez-vous pu conjuguer la poésie au monde de l’économie et des finances?
Ma relation avec la poésie est une relation de passion basée sur l’amour, l’amour des images glamours, des métaphores et de la gracieuse langue arabe, et c’est aussi un cas d’attachement à la musique des phrases et du rythme.

Depuis mon enfance, mon cœur a été habité par la magie de l’arabe, il était donc très logique que j’écrive de la poésie un jour. La passion pour l’art, n’importe quel art, l’environnement de travail et des études ne peut résister à cette dépendance spirituelle qui domine le corps du créateur. En fait, il n’y a absolument aucune contradiction entre la spécialisation économique académique et l’écriture créative. La maîtrise des champs de connaissances réalistes enrichit le texte, l’éduque et donne à son écrivain un horizon plus large de création poétique
 

Libé
Jeudi 8 Avril 2021

Lu 387 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.