Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveaux rebondissements dans l’affaire de la fusillade du café “La Crème” à Marrakech

Arrestation de deux frères néerlandais d'origine marocaine pour leur implication présumée dans l’acte criminel




Nouveaux rebondissements dans l’affaire de la fusillade du café “La Crème” à Marrakech
La Brigade nationale de la police judiciaire, en coordination étroite avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national, a arrêté dimanche matin deux frères néerlandais d'origine marocaine pour leurs liens directs présumés avec les membres du réseau criminel qui ont exécuté ou contribué à l'exécution matérielle de l'homicide volontaire et de tentative d'homicide volontaire avec une arme à feu, qui ont eu lieu au café «La Crème» à Marrakech en novembre 2017.
Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), l'arrestation des deux suspects, qui sont les frères de l'instigateur principal et direct de l’exécution de ces actes criminels, a eu lieu dans deux domiciles distincts dans un douar sur la route nationale reliant Al Hoceima et Oued Laou, et ce en exécution du mandat d'arrêt international et de l'avis de recherche au niveau national émis à leur encontre pour leur implication présumée dans cette affaire.
Les investigations et les recherches menées à ce sujet ont permis de déterminer l'implication directe des deux mis en cause et leur participation à cet homicide volontaire, qui a été perpétré sur ordre de leur frère en dehors du territoire national, dans le cadre d'un règlement de  comptes entre les réseaux de trafic international de drogue, en fournissant des équipements, matériels et logistiques aux deux citoyens étrangers qui ont été chargés de l'exécution matérielle de ces actes criminels, précise le communiqué.
Les perquisitions effectuées par les services de sûreté aux domiciles des deux suspects ont abouti à la saisie de sommes d'argent, de téléphones portables, de supports de stockage informatique et de documents de voitures de luxe qui étaient utilisées par les deux individus arrêtés, ajoute la DGSN.
Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, en vue d'élucider toutes les circonstances de cette affaire, relève le communiqué, notant que les enquêtes et les investigations sont en cours au niveau national, alors que les procédures sécuritaires internationales se poursuivent pour arrêter le principal instigateur de ce crime.
Il convient de rappeler que «La Crème», café huppé situé au cœur du quartier de l'Hivernage à Marrakech, a été le théâtre d’une fusillade mortelle, dans la soirée de jeudi 2 novembre 2017.
Les tueurs, deux hommes à bord d’une moto de type T-Max, ont ouvert le feu sur des clients, causant la mort d’un jeune étudiant en médecine, dont le père n’est autre que le président de la Cour d’appel de Béni Mellal et blessant deux personnes.  
Le jeune homme aurait été tué par erreur. La cible des agresseurs était le propriétaire du café, sur fond de règlement de comptes, de trafic de drogue et de blanchiment d'argent. Celui-ci se serait assis à la place de la victime quelques instants avant le crime.
Le propriétaire s'est enfui à Casablanca dans la soirée mais a été arrêté ainsi que cinq autres suspects.
Il s’appelle F. Mustapha et est originaire de Dar El Kabdani, une localité située aux alentours de Driouch.
Surnommé «Mouss », l’homme possède plusieurs bien immobiliers et cafés de luxe, notamment à Marrakech, à Tanger et aux Pays-Bas. Une célèbre boîte de nuit à Amsterdam lui appartient également.
C’est au début des années 90 que Mustapha, sa mère et ses frères, ont rejoint leur père, un ouvrier immigré aux Pays-Bas.
Moins de trois heures après l’odieux crime, le scooter et l’arme, un pistolet ayant servi à l’assassinat du jeune homme, ont été retrouvés calcinés, aux environs de l’aéroport Marrakech-Ménara.
Les recherches ont vite fait d’aboutir selon la DGSN à l’interpellation à Casablanca de 6 individus.   
Une dizaine de gendarmes ont également été appréhendés et déférés devant la justice dans ce même cadre. Et l’affaire se poursuit encore.

Mardi 28 Août 2018

Lu 830 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés