Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Crise libyenne

La haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a réaffirmé, jeudi soir, qu'il ne pouvait y avoir de solution militaire à la crise actuelle en Libye.
Lors d'un entretien téléphonique avec le chef du gouvernement d'union nationale de Libye, Fayez Al Serraj, Federica Mogherini a souligné l'importance de poursuivre "la voie politique sous les auspices de l'ONU" d'autant plus qu'"il ne pouvait y avoir de solution militaire à la crise" libyenne, indique un communiqué de son porte-parle.
Les deux parties ont convenu de rester en contact étroit dans les prochains jours et de poursuivre le dialogue entamé dans le cadre des efforts en cours en vue de trouver une issue à la crise en Libye, où le processus politique est toujours dans l'impasse depuis le début de l'offensive début avril du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli.

Brexit

Le traité de retrait négocié par Theresa May avec Bruxelles est "le seul traité possible pour un retrait ordonné", a réaffirmé vendredi à Paris le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier, alors que le processus pour la succession de la Première ministre vient de débuter.
"Je répète calmement que si le Royaume-Uni souhaite toujours quitter l'Union européenne, alors ce traité qui est sur la table est le seul traité qui est possible pour un retrait ordonné", a déclaré Michel Barnier.
Il intervenait lors de la réunion de l'Association des Sénats d'Europe, dans l'hémicycle du palais du Luxembourg, siège du Sénat français.
"Nous en sommes là et nous attendons la nomination d'un nouveau Premier ministre à Londres, et ce qu'il nous dira, c'est ça qui compte, mais je veux simplement rappeler la position des 27", a poursuivi Michel Barnier.
Initialement prévue le 29 mars, la sortie du Royaume-Uni de l'UE a été repoussée à deux reprises en raison de l'opposition du Parlement à l'accord de sortie négocié par Theresa May. Le divorce est désormais fixé à fin octobre au plus tard.
"Le Brexit, c'est une négociation lose-lose, c'est une négociation négative. Et personne n'a été en mesure de me démontrer la moindre valeur ajoutée du Brexit. Personne, mais nous devons le mettre en oeuvre en limitant les conséquences qui sont innombrables", a encore déclaré Michel Barnier.
"Le paradoxe du Brexit, c'est que c'est au moment où notre continent doit relever tant et tant de défis (...) que le Royaume-Uni a choisi (...) de devenir solitaire plutôt que de rester solidaire", a-t-il ajouté devant les délégations des Chambres hautes d'Europe et d'Afrique, dont le président de la Chambre des Lords, Lord Norman Fowler.
Le président du Sénat français Gérard Larcher a accueilli vendredi au palais du Luxembourg la XXe session de l'Assemblée des Sénats d'Europe, placée sous le signe d'un dialogue avec des pays d'Afrique comportant une seconde Chambre.

Samedi 15 Juin 2019

Lu 924 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com