Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Départ

Le gouvernement de Donald Trump est à nouveau secoué: le président américain a annoncé samedi le départ de son ministre de l'Intérieur, en grande partie chargé d'appliquer sa politique environnementale, le très controversé Ryan Zinke.
"Le ministre de l'Intérieur Ryan Zinke quittera l'administration à la fin de l'année après une période de près de deux ans. Ryan a accompli beaucoup de choses durant son mandat et je veux le remercier pour ses services rendus à la nation", a tweeté le président, au lendemain de l'annonce de la nomination de son nouveau chef de cabinet par intérim.
"L'administration Trump annoncera un nouveau ministre de l'Intérieur la semaine prochaine", a-t-il indiqué. Aux Etats-Unis, le ministre de l'Intérieur est chargé de la gestion des parcs nationaux, des territoires fédéraux et des affaires amérindiennes.
Ce nouveau départ est le dernier remaniement dans une administration qui ne cesse d'être réorganisée, et ce pratiquement depuis son arrivée au pouvoir. En moins de dix jours, le président américain a nommé un nouveau ministre de la Justice, une remplaçante à Nikki Haley au poste d'ambassadrice à l'ONU et un secrétaire général de la Maison Blanche par intérim.

Manifestation

Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi après-midi à Rome pour protester contre une politique beaucoup plus restrictive dans l'accueil des migrants imposée par le nouveau gouvernement populiste italien. Le mot d'ordre du cortège, dans lequel certains manifestants portaient des gilets jaunes comme les protestataires français, était "Get up, Stand up, Stand up for your rights", du titre de la célèbre chanson de Bob Marley.
"On a commencé ces deux dernières années en criminalisant d'abord ceux qui ont sauvé des milliers de vies en mer", les ONG humanitaires avec leurs navires proches des côtes libyennes "pour arriver à la fermeture des ports pour les bateaux chargés de naufragés", a dénoncé un collectif, Projet Droits, regroupant des juristes et des associations de défense des droits de l'Homme.
"Aujourd'hui, avec le décret Salvini, on a annulé la protection humanitaire, créant une foule interminable de personnes contraintes à la clandestinité", ajoute le collectif dans un communiqué.

Lundi 17 Décembre 2018

Lu 404 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com