Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nadal offre à l'Espagne son 6ème Saladier d'Argent




Rafael Nadal était en mission: malgré une saison éreintante, il estimait de son devoir d'offrir à son pays la Coupe Davis dont le nouveau format était expérimenté cette année à Madrid. Et grâce à lui, l'Espagne a remporté dimanche son 6e Saladier d'Argent, aux dépens du Canada. Feliciano Lopez, Pablo Carreno ou Marcel Granollers connaissent des défaillances ? Qu'à cela ne tienne, Rafa est là. Roberto Bautista doit se rendre au chevet de son père mourant à 400 km de Madrid ? Pas de problème, Rafa veille. Jusqu'au bout, jusqu'à dimanche où il a puisé dans ses dernières forces pour battre le très combatif Denis Shapovalov 6-3, 7-6 (9/7) dans le second simple de la finale. "Ça a été une semaine incroyable, toute l'équipe a fait un effort incroyable, tous les joueurs et en particulier Rafa", a souligné Bautista, rendant hommage à son compatriote qui a joué les cinq simples et trois des quatre doubles disputés par l'Espagne depuis mardi lors de cette phase finale de la Coupe Davis nouvelle formule. "Rafa est le MVP (meilleur joueur de la saison dans les grands sports américains, ndlr) de la semaine", a ajouté Lopez. "Avoir Rafa, c'est ce qui peut arriver de mieux à une équipe, et nous, on a la chance de l'avoir", a souligné le capitaine Sergi Bruguera. A tout seigneur tout honneur, Nadal est le premier à avoir porté la Coupe Davis à ses lèvres pour en avaler quelques gorgées de champagne bien méritées.
Russie, Croatie, Argentine, Grande-Bretagne et enfin Canada: tous ont été balayés par la tornade Rafa qui a décroché à titre personnel sa 4e Coupe Davis, après celles de 2004, 2009 et 2011. L'Espagne avait également remporté le Saladier d'Argent en 2000 et 2008 (Nadal avait joué un simple en quarts et un autre en demies, mais pas la finale). "J'ai peut-être gagné les huit matches, mais la personne qui a été vitale dans cette Coupe, c'est Roberto (Bautista): ce qu'il a fait est quasiment inhumain. Il est parti (jeudi), son père est décédé, il est revenu, il s'est entraîné hier (samedi) et aujourd'hui il était prêt à jouer au plus haut niveau", a tenu à relever Nadal après avoir essuyé quelques larmes. Car pour la finale, les capitaines Bruguera et Frank Dancevic avaient chacun prévu une surprise du chef: le premier a aligné pour le premier simple Bautista malgré son drame familial, et le second a lancé dans la bataille Felix Auger-Aliassime qui, blessé à la cheville gauche, avait annoncé la fin de sa saison ATP en octobre. Si bien que, pour sa toute première finale de Coupe Davis, le Canada était représenté par ses deux jeunes loups, deux valeurs montantes du tennis mondial. "Le Canada peut devenir une équipe quasiment imbattable dans les prochaines années", a assuré Nadal, alors que Vasek Pospisil, le "vieux" de l'équipe canadienne (29 ans) s'est dit "prêt à parier que ces gars (Shapovalov et Auger-Aliassime) la gagneront un jour", cette Coupe Davis. En attendant, Bautista a rempli son contrat contre Auger-Aliassime en s'imposant 7-6 (7/3), 6-3 dans le premier simple. "Après une semaine si compliquée, si difficile, je crois que pour m'en sortir il fallait faire face et avancer, a commenté Bautista. Aujourd'hui, tout n'était que difficultés mais j'ai su me dépasser et apporter ce premier point à l'Espagne".

Libé
Mardi 26 Novembre 2019

Lu 714 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19