Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les opérateurs de la filière sucrière planchent sur les chemins de croissance

Les enjeux stratégiques du secteur au cœur de la quatrième Conférence internationale du sucre tenue à Casablanca


Alain Bouithy
Vendredi 12 Mars 2021

Les opérateurs de la filière sucrière planchent sur les chemins de croissance
Casablanca a abrité mercredi 10 mars les travaux de la quatrième édition de la Conférence internationale du sucre (CIS), un rendez-vous biannuel organisé cette année en format semi-digital sous le thème « Secteur sucrier mondial : Quels chemins de croissance ? »

Evènement incontournable pour l’ensemble de la région et pour le marché sucrier, la Conférence internationale du sucre est une manifestation organisée par l’Association professionnelle sucrière (APS) regroupant l’ensemble des opérateurs industriels marocains (Cosumar S.A, Surac, Sunabel et Suta) et l’Organisation internationale du sucre (OIS) dont les actions visent l’amélioration des conditions sur le marché mondial du sucre. 

Comme annoncé quelques jours plus tôt dans un communiqué, cette rencontre a été l’occasion pour les participants dont des experts nationaux et internationaux d’échanger sur les enjeux stratégiques du secteur sucrier. Elle a permis aux professionnels marocains et internationaux de la filière sucrière de se pencher notamment sur l’impact du nouveau coronavirus (Covid-19) sur le marché du sucre, les défis liés à l’eau, les chemins de diversification et les enjeux de l’innovation et de la recherche et du développement.

Retransmise en direct sous forme de webinaire, l’édition 2021 a permis de décortiquer toute l’actualité liée à la filière sucrière, mais aussi de revenir sur les perspectives et les enjeux du marché. S’exprimant à cette occasion, le président de l’APS, Mohammed Fikrat, a déclaré que la pandémie de Covid-19 représente un challenge pour les opérateurs de la filière sucrière, rapporte la MAP.

Pour lui, ce rendez-vous est également l’occasion « de mettre en lumière le rôle du secteur agricole et, en particulier, la filière sucrière tant sur le plan de la sécurité alimentaire que celui du développement socioéconomique des régions », poursuit l’agence de presse.

Cité par la même source, le président de l’Association des producteurs des plantes sucrières du Gharb (APPSG), Driss Radi, a pour sa part rappelé que la canne à sucre et la betterave demeurent parmi les cultures privilégiées par les agriculteurs eu égard à leur rentabilité et leur rendement.

Après avoir mis en avant l’importance de la CIS pour les agriculteurs, grâce à la présence d’experts et d’intervenants de renom, le président de l’Union nationale des producteurs des plantes sucrières du Maroc (UNAPPSM) et de l’Association des producteurs de betterave Doukkala-Abda (APBDA), Abdelkader Kandil, a rappelé que la région de Doukkala compte parmi les principaux producteurs de betterave.

Saisissant cette occasion pour aborder la question de l’eau dans ce secteur, il a indiqué que la raréfaction des ressources en eau constitue l’un des principaux défis auxquels fait face la culture sucrière au Maroc. Le secteur sucrier est hautement stratégique au Maroc. Selon l’Association professionnelle sucrière, l’activité sucrière constitue la colonne vertébrale dans cinq régions abritant la culture de canne à sucre et de betterave.

Comme l’a relevé son président lors de son intervention, cette culture concerne quelque 80.000 agriculteurs. D’après les chiffres en lien avec ce secteur, la filière génère près de 5.000 emplois permanents directs et indirects au Maroc.

Grâce au suivi des industriels, l’évolution de la productivité des plantes sucrières au Maroc a progressé au cours de la dernière décennie, affirme l’Association des producteurs des plantes sucrières du Gharb. Une évolution qui s’explique par le suivi rigoureux du monde industriel, en termes de processus, de productivité et d’automatisation, selon Abdelkader Kandil.

Pour rappel, l’OIS est un organisme intergouvernemental voué à l’amélioration des conditions sur le marché mondial du sucre par le biais de débats, d’analyses, d’études spéciales, de statistiques transparentes, de séminaires, de conférences et d’ateliers, peut-on lire sur son site officiel.

Alain Bouithy


Lu 869 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:05 L’IPC annuel moyen a grimpé de 1,4% en 2021

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS