Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les camions-poubelles traquent les zones blanches de l'Allemagne rurale


Libé
Dimanche 20 Novembre 2022

Joindre sur leur téléphone portable les habitants de Wusterhausen, au nord de Berlin, peut vite tourner à la crise de nerfs: la commune est parsemée de zones blanches, mal couvertes par les opérateurs mobiles de la première économie européenne.

La situation exaspère la population et les élus de cette région rurale située à une heure à peine de la capitale, dans la région voisine du Brandebourg.

"Nous sommes ici en Allemagne, une nation industrielle, et nous avons encore toutes ces grandes zones blanches", déplore Matthias Noa, patron de l'entreprise locale de gestion des déchets AWU.

Ce dernier a donc accepté avec enthousiasme la proposition des élus: utiliser les camions-poubelles de sa société pour établir un relevé détaillé de tous les trous dans le réseau de téléphonie de l'arrondissement.

Depuis cet été, les conducteurs des bennes peuvent embarquer un boitier qui mesure et enregistre la qualité des connexions sur le territoire de la zone Ostprignitz-Ruppin, qui compte quelque 100.000 habitants.
Comme le ramassage des ordures oblige à sillonner la campagne, les camions-poubelles sont des "taxis" idéaux pour cette mission.

"Nous allons vraiment sur le terrain, dans les moindres recoins", explique Werner Nüse, vice-président de l'arrondissement, qui n'était pas satisfait des relevés existants, effectués par des institutions publiques ou entreprises privées.

Jonny Basner, un des chauffeurs participant à la collecte, connaît bien le problème: "Ce serait super si je pouvais avoir du réseau pour joindre le dépôt depuis les villages" traversés durant la tournée, confie-t-il.

Pour compléter les pointages des éboueurs, des boitiers sont également confiés aux randonneurs et cyclistes qui arpentent le canton fait de champs, de forêts, de lacs.

Sur une carte, l'élu désigne les points rouges répertoriant les endroits où la réception est vraiment mauvaise: "En tant que zone très rurale dans le nord-est de l'Allemagne, nous ne devons pas être oubliés, c'est notre revendication", martèle Werner Nüse.
Une courte promenade suffit pour ressentir la frustration des habitants.

 "Dehors sur la terrasse, je peux bien capter, mais dans la maison, ça ne va pas, personne ne peut me joindre par téléphone", explique Dieter Müller, dans le hameau de Bantikow.

Marko Neuendorf, un habitant de Wusterhausen, explique avoir renoncé à prendre un abonnement de téléphonie mobile "parce qu'il n'y a justement pas de réseau mobile ici".

Dans une rue, un homme fait les cent pas, les yeux sur son téléphone, visiblement agacé.
"Je cherche du réseau, c'est pour ça que je me promène ici. Parce que ce coin a vraiment une très mauvaise réception", explique Arek Karasinski, un Polonais en déplacement professionnel.

La région gagnerait en attractivité auprès des investisseurs et des touristes avec un meilleur réseau, estiment les acteurs publics.

"Chaque entreprise artisanale est désormais numérisée, le moindre électricien a une tablette sur laquelle il commande ses pièces de rechange, ce ne sont donc pas seulement les grandes entreprises qui ont besoin de la numérisation" pour travailler, note Matthias Noa.
 
 Le responsable du district rapporte des "cas très concrets" d'établissements de cure thermale mal notés par les usagers "parce que la réception de la téléphonie mobile sur le site est très mauvaise".

Les retards de l'Allemagne dans la numérisation de son territoire et de son administration s'étaient imposés en tête de l'agenda électoral lors des dernières législatives, il y a un an.
Selon les données officielles, la couverture du territoire en standard LTE, correspondant à la 4G, atteint 100%.

Mais dans un sondage du comparateur de prix Verivox, publié au printemps, plus de la moitié des personnes interrogées affirmaient subir régulièrement des pannes de réseau lorsqu'elles utilisent leur téléphone portable.

En 2018, l'ancien ministre de l'Economie d'Angela Merkel, Peter Altmaier, avait avoué être "très gêné" vis-à-vis des interlocuteurs de "devoir rappeler trois, quatre fois, parce que la communication a coupé" lors de déplacements en voiture.

En présentant une cartographie détaillée des failles du réseau local, l'arrondissement d’Ostprignitz-Ruppin espère pousser à l'action les opérateurs de téléphonie et augmenter ses chances de décrocher les aides publiques prévues pour réduire la fracture numérique.


Lu 1297 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 28 Novembre 2022 - 11:26 Quand Joe Biden confond Cambodge et Colombie

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS