Les Etats-Unis ont-ils endommagé la campagne de vaccination contre le Covid-19 en Afrique ?


Libé
Jeudi 26 Mai 2022

La récente décision de la Food and Drug Administration des États-Unis de limiter l'utilisation du vaccin Johnson & Johnson Covid-19 aux adultes qui ne peuvent pas ou ne recevront pas un autre vaccin aura de profondes conséquences pour les pays africains. La FDA a déclaré que sa décision reflétait le risque que le vaccin puisse provoquer un syndrome de coagulation sanguine rare. Mais la décision montre que, même après deux ans de pandémie, les besoins des habitants des pays à revenu faible et intermédiaire, et des Africains en particulier, restent une réflexion après coup pour les principales autorités sanitaires mondiales.
La restriction de la FDA n'est pas basée sur de nouvelles preuves, mais reflète plutôt une abondance de prudence dans un pays avec un taux de vaccination Covid-19 relativement élevé et des vaccins alternatifs largement disponibles. Les États-Unis ont vacciné plus de 65% de leur population contre le Covid-19, principalement avec les vaccins Pfizer et Moderna. Seuls 8% ont reçu le vaccin J&J. Ainsi, la décision de la FDA aura peu d'impact matériel en Amérique.
En Afrique, en revanche, le vaccin J&J est largement utilisé. Selon une analyse du Tony Blair Institute for Global Change, 42 millions de doses de J&J ont été administrées dans les pays africains à ce jour. Le fait qu'il ne nécessite qu'une seule injection le rend bien adapté aux contraintes logistiques et de capacité de nombreux pays pauvres, et c'est le vaccin de choix sur une grande partie du continent.
De plus, les données d'Afrique du Sud, où plus de 8,5 millions de doses du vaccin J&J ont été administrées - y compris dans le cadre de l' étude Sisonke , un essai de vaccin impliquant des travailleurs de la santé - indiquent que l'extrême prudence de la FDA est injustifiée. Et dans les pays où les options de vaccination contre le Covid-19 sont plus limitées, les conjectures croissantes sur le vaccin J&J exacerberont considérablement le défi de la vaccination de la population.
La décision de la FDA risque de déclencher une perte de confiance généralisée dans le vaccin J&J, provoquant une chute de la demande et réduisant irrémédiablement la portée d'un moyen de protection sûr, efficace et largement disponible contre le Covid-19. Cela aura des implications majeures pour les efforts en cours des pays africains pour stimuler la demande de vaccins et protéger leurs populations.
Le Tony Blair Institute for Global Change estime que les pays africains ont environ 135 millions de vaccins J&J en stock, dont environ 25 % sont des doses données par les États-Unis. Les dons de vaccins sont les bienvenus, bien sûr, et les gouvernements africains se sont engagés à transformer les doses en vaccins. Mais lorsque le pays donateur jugera ces vaccins trop dangereux pour sa propre population, les Africains refuseront catégoriquement de les accepter.
Les ondes de choc de la décision de la FDA s'étendront également à la fabrication nationale de vaccins en Afrique. Aspen Pharmacare, une importante société pharmaceutique basée en Afrique du Sud, est le premier fabricant africain à emballer, vendre et distribuer le vaccin J&J Covid-19 sous sa propre marque. Les États-Unis ont plaidé en faveur de l'accord, et J&J avait potentiellement accepté de l'étendre pour couvrir des versions plus avancées du vaccin telles que des injections spécifiques à des variantes.
La décision de la FDA sapera bon nombre des mesures concrètes prises par les États-Unis et les pays africains pour renforcer la sécurité sanitaire et vaccinale du continent. Cela affectera également les négociations en cours entre les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, Aspen Pharmacare et l'installation Covid-19 Vaccine Global Access (Covax) concernant un éventuel accord pour l'achat et la distribution du vaccin sud-africain J&J.
Il est particulièrement troublant que la FDA ait fait son annonce sans tenir compte des implications pour les autres juridictions ou sans les avertir à l'avance afin qu'elles puissent réagir de manière appropriée.

Bien que l'Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé ait publié une déclaration rassurant le public sur l'innocuité et l'efficacité du vaccin, une décision ayant des implications régionales nécessite une approche régionale. Si le CDC Afrique avait été informé avant la décision de la FDA, il aurait pu répondre aux préoccupations anticipées sur tout le continent.

A l'avenir, l'Agence africaine des médicaments récemment créée pourrait prendre de telles mesures régionales. Une AMA qui fonctionne bien, travaillant aux côtés du CDC Afrique, améliorera la capacité du continent à fournir des réponses rapides fondées sur des preuves aux décisions réglementaires prises ailleurs.

Enfin, cet épisode est symptomatique d'un problème plus large dans le Nord global, où les dirigeants et les décideurs omettent systématiquement de prendre en compte les perspectives des autres et de reconnaître que leurs actions ont des effets étendus au-delà de leurs propres frontières. Les Africains sont des citoyens du monde et obtiennent leurs informations des mêmes sources médiatiques que les Européens et les Nord-Américains. Ils sont ainsi influencés par des messages qui peuvent ne pas être pertinents dans leur contexte. En 2021, par exemple, la suspension par certains pays de l'Union européenne du vaccin Oxford-AstraZeneca Covid-19 a frappé la demande en Afrique, coûtant probablement des milliers de vies.

L'expertise d'organismes de réglementation rigoureux tels que la FDA, l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé et l'Agence européenne des médicaments est mondialement reconnue et respectée. Ces institutions doivent donc tenir compte des conséquences plus larges et imprévues de leurs décisions, en particulier dans un contexte de pandémie mondiale.

Le récent durcissement des restrictions par la FDA sur le vaccin J&J Covid-19 n'est pas la première fois qu'une annonce liée à la santé par les Etats-Unis ou une autre autorité du Nord a des conséquences considérables pour l'Afrique, et ce ne sera pas la dernière . Pour gérer efficacement la Covid-19 et les futures pandémies, les décideurs doivent collaborer dès maintenant pour réduire la fréquence et atténuer l'impact de ces décisions.

Par Ebere Okereke
Conseiller technique principal au Tony Blair Institute for Global Change et conseiller principal honoraire en santé publique aux Centres africains de contrôle et de prévention des maladies


Lu 2863 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Juillet 2022 - 19:00 N’annulez pas la culture russe

Jeudi 30 Juin 2022 - 19:00 Mauvais sur le dollar pour l'instant