Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les “Ateliers Al Hakawati”, un espace d'éducation et de divertissement au profit des élèves de Zagora




Les “Ateliers Al Hakawati”, un espace d'éducation et de divertissement au profit des élèves de Zagora
Les établissements scolaires de la ville de Zakoura ont récemment organisé les "Ateliers Al Hakawati" au profit de leurs élèves, et ce en marge de la 6ème édition du Festival international des contes et des arts populaires. Un total de 25 établissements relevant de l'Académie de l'éducation et de la formation (AREF) de Drâa-Tafilalet ont bénéficié de cette activité qui s'assigne pour objectif, selon la direction du festival, de promouvoir la culture de l'ouverture sur l'autre à travers des spectacles artistiques et des contes populaires, animés par des conteurs marocains et étrangers.
Parmi les établissements concernés figure le lycée Sidi Ahmed Ben Nasser où les élèves étaient au rendez-vous avec le conteur marocain Mimoun El Ghazi, le conteur français Michel Guilari, en plus de la conteuse et comédienne italienne Frida Moro. Au terme d'un atelier intitulé "Ne pas désespérer, pour plus de générosité", les organisateurs ont voulu "encourager les élèves à s'ouvrir sur les arts dans toutes ses couleurs", en particulier les arts populaires en tant qu' “héritage qui relie toutes les générations”.
Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, le directeur du lycée Sidi Ahmed Ben Nasser, Idriss Derii, a indiqué que la présence de conteurs étrangers à cet évènement constitue une valeur ajoutée pour le festival, et renforce pour autant "le lien entre la culture marocaine et la culture étrangère", tout en se félicitant de l'implication totale des élèves et des artistes conteurs dans les ateliers "Al Hakawati", "joués entièrement en langue française".
Dans ce sillage, le conteur français Michel Guilari a exprimé sa joie de participer pour la deuxième fois au festival, et s'est dit content de la forte implication des élèves, soulignant que "la culture sans conte populaire est vouée à la disparition".
Pour leur part, les élèves du lycée Sidi Ahmed Ben Nasser ont manifesté, dans des déclarations à la MAP, leur joie pour participer à ces ateliers, tout en se montrant fiers, étant des habitants de la ville de Zagora, d'accueillir une pléiade de conteurs marocains et étrangers.
Rappelons enfin que le festival est organisé par le Centre "Al Kasbah" pour la culture et les arts en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication, le conseil de la région de Drâa-Tafilalet et le conseil provincial de Zagora.

Jeudi 18 Octobre 2018

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif