Le grand défi de l’emploi en Inde


Libé
Mercredi 17 Janvier 2024

Le grand défi de l’emploi en Inde
L'Inde semble être la meilleure histoire de croissance dans le monde. Malgré des préoccupations légitimes quant à l'exactitude des statistiques officielles, l'économie indienne devrait croître de 6,3 % en 2024 – un exploit indéniablement remarquable étant donné que son PIB dépasse les 4,1 billions de dollars. Bien qu'elle reste un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure avec un revenu par habitant inférieur à 3.000 dollars (aux taux de change du marché), la croissance rapide de l'Inde suggère que son potentiel économique pourrait être plus fort que prévu.

Mais tout optimisme quant aux perspectives économiques de l'Inde doit être tempéré par son incapacité à relever deux défis connexes. Le premier est la répartition inégale des bénéfices de la croissance économique rapide, qui ont principalement touché les 10 à 20% des plus riches.

L'incapacité de l'Inde à publier des chiffres de consommation depuis 2011-12 a rendu difficile la production d'estimations fiables des augmentations potentielles des inégalités et de la pauvreté. Ces estimations reposent largement sur des enquêtes sur les dépenses de consommation, généralement menées tous les cinq ans. Mais le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a abandonné l'enquête de 2017-18 parce que les résultats ne correspondaient pas à son récit préféré. Le gouvernement a refusé de mener des enquêtes ultérieures, même si des données à jour sont cruciales pour une élaboration de politiques éclairées.

En outre, le recensement décennal, qui devait être achevé en 2021, a été reporté sine die. Par conséquent, ni le gouvernement ni les citoyens ne savent combien de personnes il y a en Inde, où elles vivent, ni leurs conditions de vie, ni leur statut professionnel. Néanmoins, divers indicateurs suggèrent que les revenus des personnes ayant les revenus les plus élevés ont fortement augmenté tandis que les salaires de la plupart des travailleurs, en particulier ceux de la moitié inférieure de la répartition, ont stagné ou diminué.

Le deuxième défi majeur auquel l'Inde est confrontée, c'est que la croissance rapide du PIB n'a pas créé suffisamment d'emplois pour subvenir aux besoins de sa population jeune. Avec des dizaines de millions de jeunes hautement qualifiés qui rejoignent le marché du travail chaque année, des attentes non satisfaites et des troubles sociaux croissants menacent de transformer le « dividende démographique » tant attendu du pays en une catastrophe.

L'Inde a longtemps lutté contre une faible création d'emplois, en particulier au cours de la dernière décennie. Selon les propres enquêtes du gouvernement sur la population active, le taux travailleurs/population du pays a diminué de 38,6 % en 2011-12 à 37,3 % en 2022-23. Les statistiques officielles montrent également que le taux de participation des femmes au marché du travail a chuté à seulement 20,8 %. Mais même ce chiffre est gonflé, car le gouvernement inclut les « aides non rémunérées dans les entreprises familiales » dans sa définition des travailleurs.

Cette approche des données sur le travail existe uniquement en Inde. Qualifier les aides non rémunérées de « travailleurs indépendants », même s'ils ne gagnent aucun revenu, va à l'encontre des meilleures pratiques internationales, qui définissent clairement l'emploi comme un travail rémunéré, soit sous forme de salaires et de traitements, soit sous forme de revenus provenant d'un travail indépendant. En outre, d'autres formes de travail non rémunéré en Inde, telles que les travaux ménagers et les soins, ne sont pas classées comme des emplois. En particulier, les femmes qui continuent d'effectuer la grande majorité des tâches ménagères ne sont pas considérées comme faisant partie de la population active.

L'exclusion des travailleurs non rémunérés révèle un taux d'activité bien inférieur à ce que suggèrent les chiffres officiels. En 2022-23, 48% des hommes en Inde occupaient un emploi rémunéré, contre seulement 13 % des femmes indiennes, ce qui se traduit par l'un des taux de participation féminine les plus faibles au monde.

Cela souligne la principale lacune du modèle de croissance tant vanté de l'Inde : son incapacité à créer des opportunités d'emploi, même des emplois relativement mal rémunérés et de mauvaise qualité, malgré une augmentation rapide du PIB global. Il ne faut donc guère s'étonner que les salaires réels soient restés largement stagnants au cours de la dernière décennie.

Notamment, même parmi les travailleurs agricoles, qui ont connu la plus forte croissance des salaires réels (quoique à un taux annuel moyen modeste de 0,9 %), les salaires réels ont en fait diminué entre 2014-15 et 2021-22 dans les principaux Etats comme le Haryana, le Kerala, le Pendjab, le Rajasthan et le Tamil Nadu. Pendant ce temps, environ la moitié de la main-d'œuvre indienne reste employée dans des secteurs à faible productivité qui ne représentent qu'un cinquième du revenu national.

Par conséquent, la consommation de masse est restée limitée, ce qui explique peut-être la réticence du gouvernement à mener des enquêtes sur les dépenses de consommation. Cela a contribué à une forte baisse des investissements intérieurs, qui ont chuté d'un pic de 42 % du PIB en 2006-07 à environ 31 % en 2022-23. En outre, les indicateurs de base du développement humain, en particulier ceux liés à la nutrition, sont restés faibles et se sont même détériorés ces dernières années, en raison de la faiblesse des dépenses publiques consacrées à la santé, à l'éducation et à la protection sociale.

Malheureusement, la création d'emplois de haute qualité ne semble pas être l'une des priorités du gouvernement Modi. Au lieu de cela, la stratégie économique du gouvernement s'est concentrée sur « l'incitation » destinée à un groupe restreint d'investisseurs d'entreprises par le biais de subventions financées par les contribuables et par des changements réglementaires. Les besoins de la grande majorité des micro, petites et moyennes entreprises, qui emploient la plupart de la main-d'œuvre indienne, sont souvent négligés. En outre, ces entreprises ont été affectées par des erreurs de politique, telles que le projet de démonétisation qui a brutalement annulé 86 % de la monnaie indienne en 2016 et la taxe sur les biens et services (Goods and Services Tax) de 2017,  mal conçue et mise en œuvre à la hâte.

Sans réformes ambitieuses visant à stimuler l'emploi et à garantir des salaires décents, l'Inde aura du mal à parvenir à un véritable succès économique. Les élections législatives prévues en avril et mai offrent aux électeurs indiens une chance de réorienter l'économie vers une trajectoire plus durable et plus équitable. Espérons qu'ils sauront saisir cette chance !

Par Jayati Ghosh
Professeur d'économie à l'Université du Massachusetts Amherst


Lu 2963 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2024 - 13:00 Vers un commerce international numérisé

Mardi 6 Février 2024 - 14:00 Les intermédiaires de la transition verte











services