Le changement climatique nous rend malades


Libé
Vendredi 23 Décembre 2022

Le changement climatique nous rend malades
Un jour avant le début de la dernière Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27), un groupe d'experts mondiaux réunis par The Lancet a publié un rapport sur les effets néfastes du changement climatique sur la santé. Leur conclusion était aussi choquante que simple : la santé humaine est à la merci des combustibles fossiles.

Malheureusement, la santé est restée au bas de la liste des priorités lors de la COP27. Certes, d'importantes conversations axées sur la santé ont eu lieu dans le pavillon latéral de l'Organisation mondiale de la santé. Ces discussions étaient particulièrement opportunes, compte tenu de la flambée actuelle de COVID-19, alimentée par les nouvelles sous-variantes d'Omicron, en Europe et aux Etats-Unis. Mais, au-delà d'une mention en un clin d'œil dans le préambule, la déclaration de la COP27 ne fait aucune mention substantielle du lien climat-santé.

C'est une omission flagrante. Le lien entre le climat et la santé est profond et multiforme. Considérez, par exemple, comment le réchauffement des températures et des inondations sans précédent ont encouragé la propagation des moustiques - vecteurs de maladies comme la dengue, le paludisme et le virus Zika - bien au-delà de leurs lieux de reproduction traditionnels. Si rien n'est fait, Zika menacera 1,3 milliard de personnes supplémentaires d'ici 2050, et la dengue touchera 60% de la population mondiale d'ici 2080.

De même, la migration induite par le climat et le rétrécissement des habitats des animaux augmentent le risque que les virus et les bactéries passent des hôtes animaux aux humains - tout comme le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, l'a probablement fait. Cela rend une autre pandémie de plus en plus probable.

Le réchauffement climatique aggrave également la pollution de l'air et, à son tour, les maladies chroniques non transmissibles telles que l'asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques. Arvind Kumar, qui a fondé la Lung Care Foundation à Delhi, déplore que pratiquement tout le monde en Inde ait le profil de santé d'un fumeur, simplement à cause de la pollution de l'air. En fait, près de 1,7 million d'Indiens meurent chaque année de ses effets.

Les personnes les plus touchées par ces problèmes de santé liés au climat ont souvent fait le moins pour les créer. De nombreux habitants du Bangladesh, du Mozambique et du Pakistan ne possèdent même pas de voiture. Pourtant, ils souffrent des inondations, des cyclones et de l'élévation du niveau de la mer qui ont résulté des émissions des pays développés.

Heureusement, les principaux enseignements tirés de la riposte à la pandémie peuvent nous aider à relever les défis sanitaires que pose le changement climatique. Pour commencer, nous avons besoin d'une révolution dans la collecte et l'analyse des données. Les systèmes mondiaux de collecte et de partage des données pertinentes ont considérablement progressé pendant la pandémie, mais nous n'utilisons toujours qu'une petite partie des informations générées. Pire, les données ont tendance à être divisées en silos.

Pour obtenir une image plus complète des effets du changement climatique sur la santé, nous devons intégrer les données cliniques, épidémiologiques et génomiques des systèmes de santé avec diverses données non sanitaires, notamment sur les conditions météorologiques, la surveillance des eaux usées, le comportement des consommateurs et même les médias sociaux et mobilité. Les nouvelles plateformes open source comme Global.health sont un pas important dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup à faire.

Une autre leçon à tirer de la pandémie est que, pour éviter de retomber dans le cycle de la panique et de la négligence, tout programme de résilience nécessite un financement durable. Lorsque le COVID-19 est apparu, des dizaines d'acteurs mondiaux - en particulier dans le domaine de la recherche sur les vaccins - ont agi avec une rapidité et une coordination sans précédent.

Mais alors que de grandes quantités de financement ont soutenu des initiatives à court terme, pas assez d'investissements ont été canalisés par la suite vers la prévention et la préparation en cas de pandémie. De même, alors que les gouvernements ont réagi à certains des effets dramatiques immédiats du changement climatique, tels que les catastrophes naturelles, les interventions pour faire face à la crise climatique restent maigres.

Dans un premier temps, les dirigeants mondiaux devraient soutenir l'Agenda de Bridgetown, qui vise à réformer la finance mondiale pour le XXIe siècle, notamment en veillant à ce qu'elle soutienne l'action climatique et la prévention des pandémies. Ils devraient également saisir toutes les occasions de relier les questions climatiques et de santé dans les forums internationaux, y compris lors de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité de ce mois-ci à Montréal.

Une dernière leçon essentielle de la pandémie de COVID-19 est qu'une réponse efficace dépend de la confiance et de l'engagement de la communauté. Comme pour les masques faciaux et les vaccins, les organisations communautaires et la société civile joueront un rôle central pour déterminer s'il existe une large adhésion du public à un programme audacieux couvrant à la fois le climat et la santé.

Cela nécessitera une discussion globale sur l'élaboration des politiques qui établit un langage commun et des intentions partagées dans tous les secteurs. Où devrions-nous viser à prévenir les conséquences sanitaires associées au changement climatique, et où devrions-nous les atténuer ? Où devrions-nous nous adapter aux effets sur la santé d'une planète qui se réchauffe, et pourquoi un programme d'adaptation devient-il de plus en plus urgent ?

En octobre, l'ONU a confirmé que le monde est loin d'atteindre l'objectif, établi dans l'accord de Paris sur le climat de 2015, de limiter le réchauffement climatique à 1,5° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, et que nous pourrions plutôt nous diriger vers une température catastrophique de 2,8°C d'ici la fin du siècle. Comme l'a fait remarquer le représentant du Royaume-Uni à la COP27, Alok Sharma, après la conférence, l'objectif de 1,5 °C est désormais en "réanimation".

Une action concertée doit être entreprise pour le raviver - et cela commence par la reconnaissance que le climat et la santé font partie de la même conversation. Ils peuvent et doivent être abordés ensemble.

Par Naveen Rao et Eloïse Todd
Naveen Rao est vice-président principal de l'Initiative Santé de la Fondation Rockefeller.
Eloise Todd est directrice exécutive et cofondatrice du Pandemic Action Network.


Lu 9179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >