Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Secrétaire général de l’ONU épingle le Polisario

Antonio Guterres somme les séparatistes de rencontrer les membres de la MINURSO à Rabouni




Le Conseil de sécurité entamera en ce mois une série de consultations marathon à propos du Sahara marocain sur la base du rapport que le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a soumis au Conseil et dans lequel il a abordé les derniers développements de la situation et présenté quelques remarques et recommandations.
Dans la copie préliminaire de ce document, il a informé les membres dudit Conseil de la poursuite par le Maroc de ses investissements au Sahara, soulignant que les populations locales bénéficient directement de cette manne et qu’elles sont régulièrement consultées pour sa mise en œuvre.
Dans son rapport dont la MAP a publié de larges extraits, il a, également, mis en relief le calme et la stabilité qui y règnent tout en confirmant  que le Polisario continue de violer aussi bien les Accords militaires, les Résolutions du Conseil de sécurité, que la liberté de mouvement des observateurs militaires de la MINURSO.
Il a ainsi épinglé le Polisario, notamment pour ses constructions à l'Est du dispositif de défense, considérées comme des violations de l’Accord militaire n°1 et des Résolutions 2414 et 2440 du Conseil de sécurité.
Ces résolutions, adoptées respectivement en avril et octobre 2018, avaient sommé les séparatistes de quitter immédiatement la zone tampon de Guergerat et de ne construire, ni de transférer aucun bâtiment ou structure à l’Est du dispositif de défense au Sahara marocain.
 De plus, le Secrétaire général a informé pour la première fois les membres du Conseil de sécurité du fait que les images satellites fournies aux Nations unies par le Maroc, ont permis à la MINURSO d’identifier et de confirmer de nouvelles violations, notamment la construction de divers bâtiments à l’Est du dispositif de défense, en violation flagrante des Résolutions 2414 et 2440.
Il a, en outre, mis en garde le Polisario  contre le risque majeur de tensions dans la région, provoqué par ses exercices militaires et rappelé que les séparatistes continuent d’entraver la liberté de mouvement des observateurs militaires de la MINURSO, dont les patrouilles à l’Est du dispositif de défense sont déjà limitées par l’insécurité qui y règne.
Il convient de rappeler, à ce propos, que dans une lettre adressée au Secrétaire général et au Conseil de sécurité, le Maroc avait vivement dénoncé et condamné, aussi bien ces exercices que les constructions de bâtiments par le Polisario, qui constituent de graves violations du cessez-le-feu et des Résolutions du Conseil de sécurité, menaçant de surcroît la stabilité de la région.
Dans le même document, Antonio Guterres a sommé le Polisario de rencontrer les membres de la MINURSO à Rabouni, en Algérie, et non à l’Est du dispositif de défense au Sahara et noté que les réunions entre les séparatistes et la mission onusienne  n’ont pas repris à Rabouni, en Algérie, conformément à la pratique établie depuis la création de la MINURSO, ainsi que sa précédente demande dans ce sens n’a toujours pas été respectée par les séparatistes.
En adoptant cette position claire, ferme et ne souffrant aucune ambiguïté, il a battu en brèche les allégations fallacieuses du Polisario au sujet de son prétendu contrôle qu’il exercerait à l’Est du dispositif de défense marocain.
Ce réquisitoire du Secrétaire général contre le Polisario confirme, d’un côté, la non-reconnaissance par l’ONU de la supercherie des « territoires libérés » que le Polisario tente vainement d’entretenir, et de l’autre l’obstination des séparatistes à violer les Accords en vigueur et les Résolutions du Conseil de sécurité, à continuer d’obstruer les activités de la MINURSO et in fine à menacer la stabilité régionale.
Concernant les deux tables rondes tenues récemment à Genève en présence des parties concernées, à savoir le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie, Antonio Guterres a mis en exergue les discussions approfondies qui ont eu lieu  lors de la 1ère et la 2ème table ronde de Genève sur les moyens de parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique et durable basée sur le compromis, conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité.
Il a, dans ce cadre, souligné l’esprit positif et l’atmosphère constructive et de respect qui ont marqué ces tables rondes, en appelant toutes les parties à continuer à rechercher le compromis.
L’Algérie a été, ainsi, appelée in fine à s’engager pleinement et tout au long du processus, conformément à sa responsabilité politique, historique et juridique dans le différend et aux résolutions du Conseil de sécurité, notamment la Résolution 2440 d’octobre 2018.
A signaler également que le rapport du Secrétaire général qui ne contient aucune référence aux plans obsolètes, inapplicables et irréalistes, enterrés définitivement par l’ONU, consacre ainsi le processus de recherche d’une solution politique réaliste, pragmatique et durable qui repose sur le compromis, comme seule voie vers le règlement de la question; termes qui s’identifient clairement à l’Initiative marocaine d’autonomie dont le Conseil de sécurité a reconnu la prééminence, le sérieux et la crédibilité dans toutes ses résolutions depuis 2007.
Selon Moussaoui Ajlaoui, expert associé au Centre d’études pour l’Afrique et le Moyen-Orient (AMES-Center), le rapport d’Antonio Guterres contient trois volets. Le premier concerne les activités de la MINURSO, le deuxième a trait aux activités de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU au Sahara et les deux tables rondes organisées en décembre et en mars dernier à Genève, alors que le volet « le plus important a été réservé aux recommandations».
Selon notre interlocuteur, « Antonio Guterres a présenté le premier draft de son rapport au Conseil de sécurité sur la base duquel, les membres de celui-ci adopteront leur résolution après l’avoir discuté, modifié ou amendé comme ce fut le cas en 2016 et 2017 ». Et de préciser qu’ « il n’y aura de rapport officiel qu’après l’adoption de la nouvelle résolution » à la fin de ce mois d’avril.
Moussaoui Ajlaoui a, par ailleurs, estimé qu’il ne faut pas « attendre grand-chose de ce rapport », soulignant que celui-ci se contentera de mettre l’accent sur la nécessité de parvenir à une solution politique à la question du Sahara et d’exhorter les différentes parties à faire preuve de bonne foi. Et de souligner que «Guterres n’a pas demandé le renouvellement pour une année du mandat de la MINURSO comme il l’avait fait dans son précédent rapport».

La main tendue par le Maroc à l'Algérie mise en exergue

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a mis en exergue, dans son dernier rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara, la main tendue par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’Algérie, dans le discours Royal du 6 novembre 2018 à l’occasion du 43ème anniversaire de la Marche Verte.
Dans ce document, il a souligné que Sa Majesté le Roi avait appelé à mettre fin à l’absence d’unité au Maghreb et proposé "la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation" entre le Maroc et l’Algérie, "sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert". Un geste qui traduit la volonté du Royaume à aller de l’avant et ouvrir une nouvelle page dans les relations avec son voisin.
Le rapport ajoute que dans le même discours, Sa Majesté le Roi avait mis l’accent sur le retour du Maroc à l’Union africaine. Un retour qui couronne la vision du Souverain pour le développement et l’unité de l’Afrique et qui renforce les liens de fraternité et d’amitié qui unissent le Maroc avec les pays du continent.
Le rapport du Secrétaire général met également en exergue l’engagement du Maroc, annoncé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans le discours Royal du 6 novembre 2018, pour coopérer de bonne foi avec le Secrétaire général et son Envoyé personnel, aux fins d’établir un processus politique sérieux et crédible, en tenant compte des leçons et des expériences du passé.

H.T
Jeudi 4 Avril 2019

Lu 1134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com