Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc réaffirme son engagement en faveur d' une solution définitive au Sahara


Saad Dine El Otmani réitère devant l'ONU la profonde préoccupation du Royaume à propos de la situation humanitaire dans les camps deTindouf dont la gestion a été cédée par l'Algérie à un groupe séparatiste armé en violation flagrante de ses engagements internationaux



Le Maroc a réaffirmé son engagement en faveur d'une solution définitive au différend régional autour du Sahara marocain, dans le cadre de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale, à l’occasion du segment de haut niveau de la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations unies. "Le Royaume du Maroc est constamment attaché aux principes consacrés dans la Charte des Nations unies, relatifs au principe de résolution pacifique des différends et de respect de la souveraineté nationale des Etats et de leur intégrité territoriale. Partant de là, le Maroc reste engagé à aboutir à une solution définitive au différend régional autour du Sahara marocain, dans le cadre de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale", a souligné le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, dans un discours préenregistré diffusé samedi à la salle de l’Assemblée générale devant les représentants des Etats membres de l’ONU à New York. La position du Maroc ne souffre d’aucune ambiguïté, en ce sens que toute solution politique définitive à ce différend ne peut aboutir que dans le cadre de quatre paramètres fondamentaux, a affirmé le chef du gouvernement. Il s’agit de la souveraineté totale du Maroc sur son Sahara et de l’initiative d’autonomie comme unique solution à ce différend artificiel; la participation entière de toutes les parties dans la recherche d’une solution définitive; le respect total des principes et paramètres consacrés par le Conseil de sécurité dans toutes ses résolutions depuis 2007 selon lesquelles la solution ne peut être que politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis; et le rejet de tous plans dépassés, que le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de sécurité ont jugé depuis une vingtaine d’années comme caducs et inapplicables, visant à dérouter l’actuel processus politique des paramètres fixés par le Conseil de sécurité. Et de relever, à cet égard, que le processus politique, sous les auspices exclusifs des Nations unies, a été marqué par un nouvel élan avec la tenue des deux tables rondes de Genève en décembre 2018 et mars 2019, marquées par la participation pour la première fois de l’ensemble des parties. Saad Dine El Otmani a estimé qu’il est particulièrement encourageant que le Conseil de sécurité ait consacré le processus des tables rondes comme voie unique vers une solution politique réaliste, pragmatique, durable et de compromis à ce différend régional. Et d’ajouter que le Maroc réitère sa profonde préoccupation quant à la situation humanitaire déplorable des populations des camps de Tindouf, dont la gestion a été délaissée par le pays hôte à un groupe séparatiste armé, en violation flagrante de ses engagements internationaux en vertu de la convention sur la situation des réfugiés de 1951 et les autres conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire. Le contexte de la pandémie de Covid19, a poursuivi le chef du gouvernement, ne fait qu’accentuer les préoccupations sur le sort de cette population séquestrée dans des camps gérés par un groupe armé ne disposant d’aucune légitimité au vu du droit international. Il est grand temps que la communauté internationale prenne une mesure décisive pour pousser le pays hôte à permettre au Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés de procéder au recensement et à l’enregistrement de la population des camps de Tindouf, conformément au droit international humanitaire des réfugiés et aux appels incessants du Conseil de sécurité dans l’ensemble de ses résolutions depuis 2011, a insisté Saad Dine El Otmani. Un tel recensement est devenu plus que jamais nécessaire pour mettre fin au détournement en cours depuis plus de 40 ans de l’aide humanitaire destinée à la population séquestrée dans les camps de Tindouf, a-t-il conclu.

Soutien constant au dialogue interlibyen et à la cause palestinienne

I ntervenant lors du débat général virtuel de la 75ème session de l'Assemblée générale de l'ONU, le chef du gouvernement a réitéré samedi le soutien constant du Maroc au dialogue interlibyen et à la cause palestinienne. Il a ainsi souligné que «la sécurité de la Libye, pays frère avec lequel nous partageons une histoire et un destin communs, fait partie intégrante de la sécurité du Royaume du Maroc». Il a assuré que la solution à cette crise ne peut être que politique et doit être décidée par les Libyens eux-mêmes, loin de toute ingérence et des agendas étrangers, citant à cet égard la réunion de Skhirat tenue avec le soutien de la communauté internationale. «Le Maroc reste déterminé à offrir un cadre neutre de dialogue entre les parties libyennes», a-t-il dit, rappelant que le Royaume a accueilli au cours de ce mois à Bouznika des réunions de délégations du Haut Conseil d'Etat et du Parlement de Tobrouk ayant abouti à un accord global sur des critères et des mécanismes transparents et objectifs pour occuper les postes de souveraineté. Par ailleurs, Saad Dine El Otmani a déploré l'incapacité de régler la question palestinienne et de relancer le processus de paix au Proche-Orient, relevant qu'il s'agit d'«une source de profonde préoccupation pour le Royaume». «Il n’y a pas de paix juste et durable sans que le peuple palestinien puisse exercer son droit légitime à l’établissement de son Etat indépendant et viable, avec Al Qods acharif comme capitale», a affirmé le chef du gouvernement. Le Maroc, a-t-il poursuivi, «rejette catégoriquement toutes les actions unilatérales des autorités israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, que ce soit en Cisjordanie ou à AlQods acharif», assurant que ces mesures risquent d'attiser les tensions et l’instabilité dans la région. Il a indiqué que SM le Roi Mohammed VI, en sa qualité de Président du Comité Al Qods, issu de l'Organisation de la coopération islamique, insiste sur la préservation de la ville sainte d’Al Qods, en tant que patrimoine commun de l'humanité, symbole de coexistence pacifique pour les adeptes des trois religions monothéistes et centre de rayonnement pour les valeurs de respect mutuel et de dialogue tel que préconise l'appel d’Al Qods que Sa Majesté a cosigné avec Sa Sainteté le Pape François le 30 mars 2019 à Rabat.

Libé
Dimanche 27 Septembre 2020

Lu 360 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.