Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le “Made in Morocco”, un enjeu clé pour accélérer l’investissement dans la plasturgie

Permettre au secteur de saisir pleinement les opportunités liées à la Covid-19 et de gagner en compétitivité


Le “Made in Morocco”, un enjeu clé pour accélérer l’investissement dans la plasturgie
Le "Made in Morocco" constitue un enjeu majeur pour booster l'investissement dans le secteur de la plasturgie, a affirmé, récemment à Casablanca, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj.

S'exprimant lors de la 9ème édition du Forum-Exposition international de la plasturgie, organisée par la Fédération marocaine de la plasturgie (FMP) sous le thème "La plasturgie marocaine: relance post-crise sanitaire, souveraineté industrielle et économie circulaire", M. Alj a indiqué que "la valorisation du +Made in Morocco+ représente un enjeu clé pour accélérer l'investissement et la création d'emploi dans le secteur de la plasturgie".

La plasturgie, a-t-il fait remarquer, fait face depuis des années à plusieurs défis qu'il faut relever rapidement afin de permettre au secteur de saisir pleinement les opportunités liées à la Covid-19, de monter en puissance et de gagner en compétitivité, relevant que l'absence de la préférence nationale est "un premier challenge".

"L'avantage de la préférence nationale dans les marchés publics devrait bénéficier au produit "Made in Morocco" et non au fournisseur importateur installé au Maroc, a-t-il dit, notant que la faible protection du marché local contre la concurrence des importations étrangères de la majorité des produits plastiques fait aussi que le développement de la plasturgie profite plus à l'importateur qu'à l'industriel.

Le président de la CGEM a, en outre, mis l'accent sur l'importance d'opérationnaliser les synergies entre les écosystèmes industriels déjà existants et futurs. "L'objectif étant de sensibiliser et d'inciter les grands acheteurs et donneurs d'ordres marocains à s'approvisionner en produits +Made in Morocco+, en vue de substituer les importations du Maroc en produits plastiques finis", a précisé M. Alj à cet effet.

Il a également souligné, lors de cet événement tenu en mode hybride, la nécessité de consolider les acquis actuels, de continuer à œuvrer pour un cadre juridique fiscal et réglementaire adéquat et de profiter de la relance post-Covid-19 pour gagner en compétitivité, en misant davantage dans la recherche, le développement et l'innovation, dans la décarbonisation et dans la formation du capital humain en vue de permettre à la plasturgie au Maroc d'atteindre son plein potentiel.

Il a, de même, noté que la plasturgie est une industrie où les acteurs économiques du Royaume ont développé un savoir-faire remarquable, relevant que celle-ci connaît une croissance soutenue, avec 28 milliards de dirhams (MMDH) de chiffre d'affaires.
Et de constater que "malgré l'ampleur de la crise, l'industrie du plastique a montré une grande résilience couplée à une capacité d'adaptation salutaire".

Le président de la Fédération marocaine de la plasturgie (FMP), Hicham El Haid, a, pour sa part, relevé que la plasturgie génère 75.000 emplois directs et 350.000 emplois indirects, faisant savoir que 750.000 tonnes de produits de matières premières plastiques sont transformés, par l'industrie nationale.

M. Haid a également noté que l’écosystème de la plasturgie est en évolution permanente et regorge de potentialités importantes à développer, relevant que le secteur est conçu à même d'encourager les entreprises à créer davantage d'emploi.

De son côté, le directeur général de l'industrie au ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Ali Seddiki, a estimé que le secteur de la plasturgie est un secteur extrêmement important pour le Royaume, affirmant que celui-ci fait partie des premiers secteurs structurés en écosystème.

Il a, de même, indiqué que les enjeux aujourd'hui sont ceux de l'intégration de cet écosystème avec les métiers d'avenir, à savoir l'automobile et l'aéronautique, soulignant l'importance de créer davantage de produits technologiques et techniques en lien notamment avec le travail réalisé sur les exportations marocaines.

Libé
Dimanche 20 Juin 2021

Lu 841 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS