Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La préparation des Bleus commence sur fond de polémique Rabiot




La préparation des Bleus pour la Coupe du monde a débuté ce mercredi à Clairefontaine, et Adrien Rabiot a mis les pieds dans le plat en refusant son statut de suppléant.
En haut lieu, cela n'a pas plu: le Parisien de 23 ans a été repris de volée par le sélectionneur de l'équipe de France, le président de la Fédération (FFF) et même le porte-parole du gouvernement.
Et d'un: "Je suis convaincu qu'il a fait une énorme erreur. Dans le très haut niveau, il n'y a pas de place pour les états d'âme, on se doit d'être professionnel en toutes circonstances", l'a taclé Didier Deschamps en conférence de presse.
Et de deux: "Sa déception ne l'autorise pas à abandonner et à ne pas se mettre au service de l'équipe de France", a jugé Noël Le Graët dans un communiqué.
Et de trois: Benjamin Griveaux est venu lui aussi tirer l'oreille du jeune Parisien en lâchant, lors du compte-rendu du conseil des ministres à l'Elysée, que "quand on a l'honneur d'être appelé à porter le maillot tricolore et à défendre les couleurs de son pays, on répond présent, quel que soit le poste proposé".
 Rabiot figure parmi les onze suppléants, qui doivent se tenir prêts en dehors de Clairefontaine en cas de blessure chez les 23 mondialistes.
Une énorme déception pour le milieu de 23 ans, doublé dans la dernière ligne droite par Steven N'Zonzi, appelé en doublure de N'Golo Kanté au poste de sentinelle. Il y a deux ans, Rabiot avait été réserviste pendant la préparation de l'Euro-2016, doublé cette fois-là par Morgan Schneiderlin, choisi pour remplacer Lassana Diarra, forfait.
Dans leur édition de mercredi, L'Equipe et Le Parisien révélaient son refus d'être sur liste d'attente. Il a signé un email à l'attention de Deschamps où il prend d'abord acte de ce statut, puis indique: "Dans ces conditions, je ne pourrai pas suivre le programme" d'entretien physique envoyé aux suppléants, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.
Et cet email, Deschamps a d'abord eu du mal à y croire. "Je l'ai appelé et je lui ai envoyé un SMS pour avoir la confirmation que c'était bien lui qui avait envoyé ce courriel. Il ne m'a pas répondu, et j'ai eu confirmation par le responsable administratif de l'équipe de France que c'était bien lui. J'ai dans la foulée averti mon président du contenu, et par correction j'ai averti aussi le président du PSG Nasser" Al Khelaifi, a raconté le sélectionneur.
"DD" avait expliqué jeudi n'avoir pas pris Rabiot dans les 23 car ses performances "en équipe de France ne sont pas du tout du même niveau qu'avec le PSG".
Le patron des Bleus n'a pas souhaité non plus se prononcer sur l'avenir d'un joueur qui aujourd'hui "s'auto-exclut": "Je ne prends jamais de position radicale. Il se met à la faute, point barre". Mais le "Duc de Paname", à la carrière internationale déjà en pointillés (six sélections, dont quatre titularisations), la met désormais entre parenthèses.
La défection de Rabiot réduit le groupe des suppléants à dix éléments, parmi lesquels il ne reste plus qu'un milieu, Moussa Sissoko. La liste officielle des 23 mondialistes sera remise à la Fifa le 4 juin, et peut ensuite évoluer en cas de blessure dûment constatée.
Tous les joueurs convoqués (sauf Raphaël Varane, concerné par la finale de Ligue des champions avec le Real Madrid samedi) ont effectué une sortie en VTT en dehors du Centre national du football de Clairefontaine mercredi après-midi.
Le premier arrivé au château yvelinois en matinée était l'arrière droit Djibril Sidibé, qui avait décidé de se passer d'opération au genou, risquant ainsi la rechute.
"Aujourd'hui je n'ai pas d'inquiétudes, les deux sont guéris", a dit Deschamps en lui associant son pendant gauche, Benjamin Mendy, qui n'a joué qu'une grosse heure depuis fin avril, répartie en trois apparitions pour Manchester City, suite à son opération du genou droit à l'automne (ligaments croisés).
L'ailier Ousmane Dembélé, lui, a subi dimanche un violent tacle qui lui a fait une "entorse de la cheville droite", selon son club du FC Barcelone. Mais Deschamps, qui a "craint le pire", "n'exclu[t] pas qu'il soit disponible pour lundi": "Toute blessure grave est écartée".
Les Bleus ont trois matches de préparation (Eire le 28 mai au Stade de France, Italie le 1er juin à Nice, Etats-Unis le 9 juin à Lyon) avant le grand saut dans le groupe C du Mondial en Russie, face à l'Australie, au Pérou et au Danemark (les 16, 21 et 26 juin).

Vendredi 25 Mai 2018

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés