La pauvreté du pessimisme de l'IA


Libé
Mardi 13 Juin 2023

La pauvreté du pessimisme de l'IA
Suite à la sortie publique de puissantes applications d'IA génératives comme ChatGPT, un chœur croissant de pionniers dans le domaine s'est exprimé pour souligner les dangers que la technologie pose pour la stabilité économique. Mais s'il est évident qu'une réglementation solide est nécessaire, l'alarmisme pourrait faire plus de mal que de bien. 

Il ne se passe pas une semaine sans que divers pionniers de l'intelligence artificielle ne lancent de terribles avertissements sur la technologie qu'ils ont introduite dans le monde. J'ai eu un aperçu précoce de ce consensus pessimiste émergent il y a quelques mois, lorsque j'ai assisté à un dîner avec des experts en IA qui ont suggéré que des millions d'emplois relativement sophistiqués et bien rémunérés pourraient être menacés. Je suis reparti en demandant si cette sombre perspective était vraiment justifiée.

J'ai mes doutes. Depuis le début de ma vie professionnelle dans les années 1980 (et bien sûr depuis bien plus longtemps), le progrès technologique a été présenté à plusieurs reprises comme une menace majeure pour les emplois dans des industries clés telles que la construction automobile. Pourtant, jusqu'à la débâcle du Brexit, le Royaume-Uni produisait plus de véhicules qu'il ne le faisait à l'âge d'or supposé de l'industrie automobile, en raison du rôle des nouvelles technologies sophistiquées dans la dynamisation des activités principales des principaux producteurs. Dans la ville portuaire de Sunderland, dans le nord de l'Angleterre, Nissan exploite actuellement l'une des usines automobiles les plus productives au monde.

De même, bien que les travailleurs de l'automobile allemands perçoivent des salaires nominaux relativement plus élevés, les constructeurs automobiles du pays ont réussi à s'adapter et à prospérer pendant des décennies, en faisant concurrence à l'échelle mondiale et en aidant à satisfaire la demande croissante de la classe moyenne mondiale pour des véhicules performants de haute qualité. Oui, les constructeurs automobiles allemands sont confrontés à leur plus grand défi à ce jour avec la transition mondiale vers les véhicules électriques, et le ralentissement en Chine implique une croissance plus faible à court terme. Mais si le passé est un guide, l'industrie pourrait s'adapter et émerger d’une manière encore plus forte à l'avenir.

Les pessimistes de l'IA ignorent également le fait que les populations vieillissent rapidement dans la plupart des pays développés et dans de nombreuses grandes économies en développement et émergentes. Avec le ralentissement de la croissance de la population active à un moment où les gens vivent également plus longtemps, il y aura de plus en plus de pression sur les petites populations en âge de travailler pour financer les retraites, les soins de santé et d'autres engagements (généralement) non discrétionnaires.

A moins que cette population active réduite ne devienne plus productive, la performance de croissance de l'économie sera difficile. Le Japon et l'Italie sont deux exemples remarquables de cette tendance des dernières décennies, mais ils ne sont pas les seuls. Entre autres, la Chine, la Corée du Sud et la majeure partie de l'Europe continentale sont dans le même bateau. Alors que l'immigration offre une solution partielle, c'est une question politique de plus en plus chargée. Les applications d'IA améliorant la productivité pourraient être précisément ce dont nous avons besoin.

De plus, il suffit de regarder ce qui s'est passé au sein du précieux National Health Service du Royaume-Uni, qui engloutit de plus en plus les finances du pays. Le NHS emploie plus de personnes que jamais , pourtant il devient de moins en moins productif. Au Royaume-Uni, nous sommes exposés à des histoires d'horreur sans fin sur les échecs du NHS et ce qu'ils signifient pour les citoyens qui demandent des soins.

Après avoir creusé cette question en tant que membre de la Times Health Commission , il est évident pour moi que le NHS a besoin d'une adoption spectaculaire de la technologie moderne pour aider à des tâches simples (comme faire en sorte qu'un système informatique communique avec un autre), ainsi que des plus compliquées. Par exemple, l'intégration de diagnostics à grande vitesse et renforcés par l'IA dans l'ensemble du système pourrait aider à détecter les risques de maladie et à fournir un traitement plus précoce, de préférence par l'intermédiaire de pharmacies ou de médecins généralistes. De telles interventions amélioreraient considérablement à la fois la productivité et la qualité des soins.

Nous avons déjà des preuves précoces mais extrêmement puissantes de ce que l'IA pourrait faire pour la santé publique dans le monde. Selon un article de la BBC du 25 mai , un groupe de scientifiques au Canada et aux Etats-Unis ont utilisé l'IA pour découvrir un nouvel antibiotique qui s'avère efficace (jusqu'à présent) contre Acinetobacter baumannii, l'une des superbactéries résistantes aux antimicrobiens connues sur le marché mondial de la santé.

Ayant dirigé l'examen indépendant du Royaume-Uni sur la résistance aux antimicrobiens de 2014 à 2016, je suis très encouragé par cette évolution. Le médicament devra encore passer par les essais cliniques habituels, ce qui est un processus long et coûteux. Mais si tout se passe bien, ce sera la première fois depuis des décennies que nous aurons acquis un antibiotique véritablement efficace contre les superbactéries mortelles. Imaginez maintenant ce que l'IA pourrait faire d'autre dans le domaine de la médecine, qu'il s'agisse d'aider à découvrir ou à développer des vaccins pour des maladies jusqu'ici impossibles à prévenir ou de rationaliser plus largement le processus d'essai clinique.

Bien sûr, les experts en intelligence artificielle ont sûrement raison de dire que nous aurons besoin de garde-corps et de normes de réglementation élevées, de peur que cette dernière vague d'innovation ne cause des ravages sociaux, politiques et économiques. L'ère actuelle des médias sociaux 24 heures sur 24, des pièges à clics et des fausses nouvelles n'a pas grand-chose à recommander et rend une grande partie du pessimisme compréhensible. Mais ce n'est pas une raison pour ignorer les avantages potentiels évidents et massifs de l'IA.

Par Jim O'Neill
Ancien président de Goldman Sachs Asset Management, ancien ministre du Trésor britannique et membre de la Commission paneuropéenne de la santé et du développement durable.
 
 


Lu 1262 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.




services