Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La mort dans l’âme




Plantons d’abord le décor.  Quinze personnes ont trouvé la mort et cinq autres ont été blessées dans une bousculade survenue dimanche lors d'une opération de distribution de denrées alimentaires organisée dans un souk hebdomadaire de la province d'Essaouira. Aussi triste et pénible que soit ce drame et aussi prompte que fût l’intervention des autorités locales, rien ne permet  cependant d’augurer d’une quelconque prise de conscience par les autorités publiques de sa gravité et de la volonté d’en combattre les causes véritables. Certes, il y a eu constitution d’une commission d’enquête, mais celle-ci n’a nullement reçu mandat pour déterminer les responsabilités politiques dans ce qui est advenu. En effet, la misère qui pousse les gens à risquer leur vie pour une croûte de pain, n’est, au final, que l’un des dommages collatéraux de toute politique publique qui ne met pas l’homme et sa dignité au centre des stratégies et plans d’action pour le développement.  Les autres sont le chômage, la paupérisation, les inégalités sociales, le naufrage du système éducatif, et le reste à l’encan.
Or, les politiques publiques mises en œuvre vont à l’encontre des valeurs de solidarité qui ont toujours fondé notre vie en commun et conditionnent l’accès des démunis aux droits fondamentaux à des critères qui les empêchent, de plus, à prendre l’ascenseur social, voire à tout simplement rêver de lendemains meilleurs.
L’emprise de ce contexte sur le commun des mortels transforme de plus en plus ces politiques en des politiques de gestion de la misère dans la plus totale des urgences, voire en stratégies de communication destinées à en cacher le caractère hideux et insupportable.
De fait, toute ambition sérieuse d’éradication de la pauvreté aurait dû s’appuyer en tout premier lieu sur un changement d’approche radical, et s'inspirer de l’intelligence et des résistances des personnes exclues pour maintenir la tête hors de l’eau et échapper à cette double peine qu’ils subissent de plein fouet: celle de vivre dans la misère, et celle du regard culpabilisateur porté sur elles.
Certes, cela demanderait une plus grande mobilisation, une politique globale de prévention, une meilleure articulation des divers acteurs institutionnels et un accompagnement social conçu de façon plus communautaire.
Pour l'accès aux droits de tous et pour l'insertion, des actions de proximité sont certes à développer davantage, mais il faut également des actions globales, d'ordre structurel, en matière de redistribution des richesses nationales, de protection sociale, de travail, de logement, de formation, de prévention... qui puissent bénéficier prioritairement aux plus démunis. Sans cela, les morts d’Essaouira et ceux des autres contrées touchées par la précarité resteront vains.

A.S
Mardi 21 Novembre 2017

Lu 1013 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs