Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La fiscalisation des géants du streaming et leur avenir au Maroc au centre d’ une conférence à Rabat



La fiscalisation des géants du streaming et leur avenir au Maroc au centre d’ une conférence à Rabat
La fiscalisation au niveau mondial des géants du streaming et son avenir au Maroc a été au centre d'une conférence organisée, mercredi à Rabat, par le groupe CINEATLAS.

Intervenant à cette occasion, le directeur général (CEO) de CINE ATLAS HOLDING, Pierre-François Bernet a, de prime abord, abordé l'impact "majeur" de la vague mondiale de fiscalisation des "Sillicon Six" (GAFAM+Netflix), avant de présenter une liste d'infractions à la loi marocaine par "Netflix" et "Amazon Prime".

Selon lui, ces deux "mastodontes" du streaming violent une kyrielle de dispositions juridiques, entre autres les articles 5, 6 et 8 de la loi N°20-99 relatifs à l'activité de distribution de films cinématographiques.

"Ils s'affranchissent de la licence obligatoire délivrée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA)", enfreignent "la régulation relative à l'Office des changes et violent, d'une part, l'article 61 imposant une autorisation du directeur du Centre cinématographique marocain (CCM) pour l'imposition de films étrangers et, d'autre part, l'article 301 qui impose au distributeur que le contrat d'exploitation sur le territoire marocain soit visé par le CCM", a-t-il ajouté.

Citant "Television Business International", M. Bernet a fait savoir que le Maroc est aujourd'hui le 3ème  consommateur de Netflix dans la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) avec 6,9% des abonnements et comptera 770.000 d'abonnés en 2025.

Il a ensuite révélé que la société encaissant les recettes de Netflix réalisées au Maroc et de nombreux autres pays est basée aux Pays-Bas. Et de poursuivre que si Netflix encaissait ses recettes, non pas via sa filiale néerlandaise mais une filiale marocaine, les recettes fiscales dépasseraient, en 2025, 1,2 milliard de dirhams selon "Newswire" ou 550 millions de DH selon "Television Business International".

Evoquant les récentes mesures prises à l'étranger par certains pays, M. Bernet s'est appuyé notamment sur l'exemple du Royaume-Uni dont les autorités ont imposé à Netflix de déclarer, à partir de 2021, 100% de ses revenus, ainsi que la France qui a imposé à la firme californienne une déclaration totale de ses revenus réalisés sur le sol français à partir de l'année courante.

Côté impôts, M. Bernet a relevé que "si Netflix régularisait sa situation au Maroc sans modifier son organisation locale, il devrait payer entre 286 et 620 millions de DH d'impôt sur les sociétés (IS)".

"De toute évidence, Netflix, comme on peut l'observer actuellement à l'étranger, fera le choix de se créer des charges au Maroc pour réduire ce montant d'IS en investissant dans la production locale", a-t-il souligné, notant qu'"une fois le secteur entièrement régulé et fiscalisé, c'est entre 1,3 et 3,1 Mds de DH qui peuvent être investis en local". Le lancement de "PLAY ATLAS", une "plateforme des succès marocains, hollywoodiens et indiens" et "palliatif au manque de cinémas au Maroc" a également été au menu de cette conférence.
 
M.O

M.O
Jeudi 1 Juillet 2021

Lu 1041 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS