La crise climatique est aussi une crise sanitaire


Libé
Lundi 5 Décembre 2022

La crise climatique est aussi une crise sanitaire
Le dernier rapport du Lancet Countdown, qui surveille les conséquences sanitaires du changement climatique, souligne la nécessité de se préparer aux catastrophes futures. Même si le COVID-19 continue de se propager, une étude récente suggère que la probabilité d'une autre pandémie augmente de 2% chaque année. Dans les décennies à venir, l'interaction entre la crise climatique et la santé publique pourrait créer une tempête parfaite de dévastation et de perturbations mondiales.

La bonne nouvelle est que si nous prenons des mesures immédiates pour transformer nos systèmes de santé, nous pouvons éviter une autre catastrophe de type COVID. Comme pour la pandémie actuelle, les obstacles à l'atténuation du changement climatique ne sont pas seulement scientifiques ou technologiques, mais aussi ancrés dans la géopolitique et les forces du marché.

L'intérêt personnel peut saper la santé publique, en particulier lorsqu'il s'agit d'un accès équitable aux ressources. Malgré cela, la communauté internationale s'est réunie pour introduire des mécanismes innovants comme le mécanisme d'accès mondial aux vaccins COVID-19 (COVAX), qui a été conçu pour supprimer les obstacles financiers qui empêchaient les pays à faible revenu d'obtenir des vaccins.

Nous devons lancer des mécanismes similaires pour faire face à l'impact mondial du changement climatique sur la santé publique. Bien que nous connaissions déjà bon nombre des solutions probables, leur efficacité exige que nous les mettions en place avant que la catastrophe ne se produise. Ce n'est pas seulement un impératif moral; c'est aussi un choix économique intelligent qui réduirait probablement le coût global des épidémies et autres catastrophes liées au climat.

La Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Egypte en novembre dernier a souligné le fait que la durabilité ne se limite pas à la décarbonisation, aux véhicules électriques ou aux mesures d'adaptation au climat telles que les défenses contre les inondations. Il s'agit également de la préparation à une pandémie. Plus largement, le changement climatique devrait modifier la gamme d'habitats des agents pathogènes mortels, provoquant la propagation de maladies infectieuses transmises par les moustiques comme le paludisme, la fièvre jaune et la dengue jusqu'en Europe du Nord et au Canada. Dans le même temps, la crise climatique menace d'augmenter la prévalence du paludisme, du choléra et de la schistosomiase dans le monde en développement.

Les pays les plus pauvres du monde restent les plus vulnérables au changement climatique, même s'ils contribuent le moins à créer le problème. C'est pourquoi la communauté internationale doit prendre des mesures immédiates pour garantir que les communautés pauvres et marginalisées aient accès aux vaccins, aux traitements et aux diagnostics. Compte tenu de l'impact dévastateur qu'un seul virus a eu sur des milliards de vies, sur les moyens de subsistance et sur l'économie mondiale au cours des trois dernières années, il est tout à fait clair que nous devons prendre de toute urgence des mesures pour contrer les menaces sanitaires liées au climat.

L'effort mondial pour assurer une distribution équitable des vaccins COVID-19 fournit un modèle utile. Le Gavi COVAX Advance Market Commitment, un mécanisme financier financé par des donateurs et accéléré par la Banque européenne d'investissement, a permis aux habitants des 92 pays les plus pauvres du monde d'obtenir des vaccins gratuits. Ces pays à faible revenu, qui représentent environ la moitié de la population mondiale, auraient eu du mal à garantir l'accès autrement.

Jusqu'à présent, plus de 1,6 milliard de doses de COVAX ont été livrées aux pays en développement, contribuant à garantir que 52% de leurs citoyens sont entièrement vaccinés, contre une moyenne mondiale de 64%. Il s'agit d'une réalisation remarquable, en particulier dans le contexte de la thésaurisation intense des vaccins par les pays développés, des restrictions à l'exportation que certains pays ont imposées sur les vaccins et les composants nécessaires à leur production, et des actions de certains fabricants qui ont apparemment donné la priorité au profit plutôt qu'à l'équité.

Le succès du modèle COVAX montre qu'il existe une marge pour des solutions de financement innovantes similaires aux risques sanitaires liés au climat. Par exemple, plusieurs acteurs du secteur privé étudient actuellement un Climate Advance Market Commitment pour stimuler l'innovation et l'investissement dans les solutions climatiques. De même, il existe un grand potentiel pour des mécanismes basés sur le modèle de la Facilité internationale de financement pour la vaccination, qui utilise des «obligations vaccinales» dédiées pour anticiper les engagements à long terme des donateurs afin que les fonds puissent être mis à disposition immédiatement.

Le multilatéralisme est essentiel pour établir ces mécanismes de filet de sécurité. COVAX n'a ​​été possible que parce qu'il a réuni la puissance de feu financière et le savoir-faire de plus de 190 gouvernements, ainsi que des partenaires du secteur privé, des groupes de la société civile et des agences internationales, autour d'une cause commune qui a profité à tous. Mais si COVAX avait déjà existé avant la pandémie, équipé d'un financement d'urgence à risque et d'une capacité de pointe, il aurait pu monter sa réponse - le déploiement mondial de vaccins le plus important et le plus complexe au monde - encore plus rapidement, sauvant finalement plus de vies.

Suite à la COP27, les gouvernements donateurs et les bailleurs de fonds multilatéraux doivent examiner comment les mécanismes financiers existants pourraient être adaptés à la lutte contre le changement climatique pour garantir la mise à disposition des fonds dès qu'une menace apparaît. Minimiser les coûts financiers globaux des risques sanitaires liés au climat implique non seulement la prévention mais aussi une action précoce. Ces mécanismes de filet de sécurité devraient également être conçus pour protéger les personnes les plus vulnérables du monde, où qu'elles vivent.

Mais ce qui importe le plus, c'est que ces mesures soient prises maintenant. Comme l'indique le rapport The Lancet, le compte à rebours de la prochaine crise sanitaire mondiale a déjà commencé.

Par Seth Berkley et Werner Hoyer
Seth Berkley est PDG de Gavi, l'Alliance du vaccin.
Werner Hoyer est président de la Banque européenne d'investissement


Lu 1617 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades