La Grande-Bretagne n’est pas encore un marché émergent


Libé
Vendredi 7 Octobre 2022

La Grande-Bretagne n’est pas encore un marché émergent
Suite au « mini-budget » du Premier ministre britannique Liz Truss – un méli-mélo de politiques allant des réductions d’impôts de style Reaganomics pour les entreprises et les riches à un plafond socialiste à l’ancienne sur les prix de l’énergie – les commentateurs ont réagi avec une hyperbole de plus en plus fleurie. Beaucoup se demandent maintenant si le Royaume-Uni n’est pas en train de ressembler moins à une économie avancée qu’à un marché émergent capricieux.

Il est vrai que les marchés financiers ont envoyé la livre à son niveau le plus bas jamais enregistré (contre le dollar), sans fond en vue. Le statut de monnaie de réserve de la livre, dernier vestige de la position autrefois vantée de la GrandeBretagne au centre du système monétaire international, est remis en question. Alors que parler d’un défaut pur et simple du Royaume-Uni est exagéré, il n’est pas déraisonnable d’anticiper un bilan douloureux juste avant ce résultat.

Et il convient de rappeler que le Royaume-Uni a à plusieurs reprises bénéficié de renflouements du Fonds monétaire international des années 1950 aux années 1970 (ce qui en fait le client le plus fidèle du FMI). Il serait naïf de penser que cela ne pourrait plus se reproduire, surtout si les taux d’intérêt à long terme mondiaux continuent de retrouver leur tendance de ( très ) long terme. Pas étonnant que le FMI s’oppose déjà au paquet économique à moitié cuit du Royaume-Uni, tout comme il le fait pour les demandeurs potentiels des marchés émergents sur ses ressources. Mais le ciel ne tombe pas – du moins pas encore. Notamment, à la fin septembre, le taux d’emprunt à dix ans du gouvernement britannique était d’environ un demi-point de pourcentage supérieur aux taux du Trésor américain. Il est donc encore bien inférieur à celui des marchés émergents comme l’Indonésie, le Mexique et le Brésil, dont les taux d’emprunt publics dépassent ceux des EtatsUnis de trois , cinq et huit points de pourcentage, respectivement. Cela dit, les taux d’intérêt peuvent monter très rapidement, surtout si les marchés perdent confiance. Les deux politiques les plus problématiques du gouvernement Truss sont les réductions d’impôts pour les riches et les subventions énergétiques . Alors qu’elles étaient célébrées par la presse conservatrice, les baisses d’impôts, surtout, font grincer des dents. L’investissement privé a, peut-être, été le principal facteur entravant la croissance du Royaume-Uni depuis la crise financière de 2008, et la réduction des taux marginaux d’imposition devrait, en principe, stimuler l’investissement. Si vous pensez qu’un gouvernement travailliste pourrait arriver au pouvoir et annuler les réductions d’impôts (et bien plus encore) dans les trois prochaines années, il est inutile de commencer la construction d’une nouvelle usine qui prendra trois ans pour être achevée. Et, bien sûr, plus le train de mesures est incohérent, plus il est susceptible d’être inversé, quel que soit le pouvoir. Les subventions énergétiques sont une idée encore pire. En plus d’ajouter environ 100 milliards de livres sterling (108 milliards de dollars) à l’endettement déjà élevé du Royaume-Uni, elles fausseront également les incitations à réduire la consommation de combustibles fossiles. Et bien que la mesure ait été qualifiée de «temporaire», les subventions énergétiques sont notoirement difficiles à supprimer une fois en place – comme le savent très bien de nombreux pays en développement et marchés émergents. Alors que d’autres pays européens recourent également à des mesures désespérées pour faire face aux énormes flambées de prix auxquelles les consommateurs sont confrontés depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le plan Truss ressemble à un programme de marché émergent à la fois dans sa portée et son ampleur. De nombreux marchés émergents, en particulier les exportateurs de carburant, cherchent à plafonner les prix de l’énergie auxquels leurs consommateurssont confrontés,souvent au prix d’énormes dépenses budgétaires. Il existe également des parallèles entre le paquet fiscal Truss et les efforts déployés par l’administration du président américain Joe Biden pour mettre en œuvre une série de politiques économiques progressistes qui sortent bien du cadre de la campagne de Biden. Mais au moins, les politiques de Biden ont été clairement articulées par d’autres candidats démocrates à la présidence en 2020, notamment Bernie Sanders et Elizabeth Warren. De plus, il n’est pas impossible d’imaginer un candidat démocrate à la présidentielle de 2024 gagner sur une telle plateforme, surtout si Donald Trump est le candidat républicain. Les politiques de Truss, en revanche, n’ont pas été diffusées récemment. Elle a remporté le poste de premier ministre après une brève campagne parmi les quelque 180.000 membres cotisants du Parti conservateur. Personne d’autre n’avait son mot à dire et il n’y avait aucune bonne raison de croire que les électeurs adopteraient son programme. De plus, même si l’on soutient que le mini-budget se veut un théâtre politique, il n’a pas été une performance très efficace. Les électeurs ont tendance à devenir plus attentifs à l’économie et aux largesses du gouvernement au cours de l’année précédant une élection, et il existe des « cycles budgétaires politiques » bien documentés : pendant les années électorales, les gouvernements poussent des projets de dépenses très visibles et réduisent les dépenses moins visibles à plus long terme. Mais les prochaines élections britanniques pourraient ne pas avoir lieu avant janvier 2025. A ce moment-là, il devrait être clair que lesréductions d’impôts ne seront pasrentables en stimulant la croissance économique, et toute réaction positive initiale des électeurs serait dissipée. Alors que Truss pourrait appeler à des élections anticipées pour obtenir un mandat plus large pour ses politiques, ce choix serait extrêmement risqué. Certes, les politiques radicales, en particulier celles des politiciens conservateurs, sont souvent réprimandées par la presse avant de s’avérer bien plus efficaces que prévu. Le Premier ministre britannique Margaret Thatcher et le président américain Ronald Reagan sont deux exemples marquants de cette tendance, et Truss n’a pas caché son admiration pour la Dame de fer. Mais Thatcher et Reagan avaient au moins un cadre politique cohérent qu’ils ont clairement communiqué ; on ne peut pas en dire autant du gouvernement Truss jusqu’à présent. Truss etson chancelier, Kwasi Kwarteng, ont raison d’affirmer que le plus gros problème économique du Royaume-Uni au cours des deux dernières décennies a été la croissance anémique de la productivité et que la solution doit résider dans des réformes du côté de l’offre. De plus, il est encore temps pour eux de proposer de meilleurs plans et de mieux les expliquer au public. La Banque d’Angleterre est également essentielle ici. Jusque-là, la livre va être un sac de boxe, et les choses vont probablement empirer avant de s’améliorer.

Par Kenneth Rogoff
Professeur d’économie et de politique publique à l’Université de Harvard et récipiendaire du prix Deutsche Bank 2011 d’économie financière


Lu 4670 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2022 - 18:00 La coupe du monde et l'économie mondiale

Dimanche 20 Novembre 2022 - 11:59 La question à un billion d'euros de l'UE