Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La CAN au Maroc, c’est peu probable



La CAN au Maroc, c’est peu probable
La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des nations n’en finit pas de créer des remous alors qu’elle n’a même pas commencé. Après avoir accueilli l'édition 1972, le Cameroun doit normalement organiser la prochaine CAN.

A cause de la pandémie, le coup d’envoi de l’échéance continentale sera finalement donné le 9 janvier 2022, au lieu de 2021. Mais comme pour la précédente édition, dont la CAF avait retiré l’organisation au Cameroun pour la délocaliser en Egypte, des rumeurs persistantes, alimentées par le récent report du tirage au sort, évoquent un scénario similaire. Et notamment la possibilité d’écarter encore une fois le Cameroun au profit d'un pays où la situation sanitaire serait moins préoccupante.

Plusieurs pays se seraient ainsi positionnés. Mais un tel scénario demeure hypothétique. D’abord, parce que le Cameroun a donné des garanties logistiques et organisationnelles à la Confédération africaine de football en recevant sur ses terres le Championnat d'Afrique des nations de football 2020 (CHAN), en janvier dernier.

De ce côté là donc, il n’y a rien à craindre contrairement à la CAN 2019 où les retards de travaux étaient insurmontables. Ensuite, car la situation sanitaire au Cameroun est beaucoup moins inquiétante qu’ailleurs sur le continent. A la date du 10 juin, au total 78.929 contaminations au nouveau coronavirus ont été enregistrées dans le pays, pour 1.275 décès. Et le 9 juin, aucun nouveau cas n’a été recensé.

Plusieurs pays se seraient ainsi positionnés. Mais un tel scénario demeure hypothétique. D’abord, parce que le Cameroun a donné des garanties logistiques et organisationnelles à la Confédération africaine de football en recevant sur ses terres le Championnat d'Afrique des nations de football 2020 (CHAN), en janvier dernier.

De ce côté là donc, il n’y a rien à craindre contrairement à la CAN 2019 où les retards de travaux étaient insurmontables. Ensuite, car la situation sanitaire au Cameroun est beaucoup moins inquiétante qu’ailleurs sur le continent. A la date du 10 juin, au total 78.929 contaminations au nouveau coronavirus ont été enregistrées dans le pays, pour 1.275 décès. Et le 9 juin, aucun nouveau cas n’a été recensé. 

Au milieu des pays cités par les médias pour suppléer le Cameroun, on retrouve le Maroc. Et au jeu des comparaisons, le Cameroun s’en sort plutôt bien. Dans le Royaume, 519.108 cas Covid+ ont été comptabilisés depuis le début de l’épidémie, pour 9.143 décès, et le 9 juin, 386 nouveaux cas ont été identifiés. Cela dit, la situation épidémiologique est sous contrôle, preuve en est le récent allégement des restrictions sanitaires. Bref, tout ça pour dire que si le critère sanitaire est avancé pour retirer la CAN au Cameroun, ça n’aurait pas de sens.

De toute façon sur Twitter, Seidou Mbombo Njoya, président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) n’y est pas allé par quatre chemins pour éteindre l’incendie médiatique qui enflamme la planète foot africaine ces derniers jours :«Notre pays abritera la Coupe d’Afrique des nations dès janvier 2022. La Fecafoot est mobilisée aux côtés de l’Etat pour faire de cette fête du football, une grande première en Afrique ainsi que le souhaite Patrice Motsepe, le président de la CAF».

C.C

 

Libé
Jeudi 10 Juin 2021

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Juin 2021 - 18:05 En manque d’inspiration, le WAC rate le coche



Flux RSS