Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La 114ème marche des étudiants brutalement empêchée à Alger





Source: EPA
Source: EPA
La 114ème marche des étudiants en Algérie a été brutalement empêchée dans la capitale par les forces de l'ordre qui ont procédé à l’interpellation de dizaines de manifestants. Les forces de la police ont été fortement mobilisées pour empêcher catégoriquement la tenue de cette marche des étudiants qui drainait chaque mardi à Alger des centaines de manifestants pacifiques brandissant des slogans hostiles au pouvoir en place. Des étudiants, des militants pacifiques, des journalistes et de simples citoyens ont été interpellés violemment et conduits manu militari vers plusieurs commissariats répartis à travers la wilaya d’Alger dont Kouba, Baraki, El-Harrach, Dar El-Beida, Zéralda ou Ain Benian.

Selon des médias locaux, qui citent des journalistes et témoins oculaires empêchés violemment de filmer les arrestations et l’intervention musclée des forces de l’ordre, cette attitude radicale témoigne d’une "volonté manifeste de verrouiller l’espace public aux activistes du Hirak". Les interventions musclées de ce mardi préfigurent un dispositif répressif inédit lors des prochaines manifestations populaires du Hirak prévues vendredi prochain, estiment les mêmes sources, qui avertissent que le climat risque d’être très tendu car les marches du vendredi sont beaucoup plus imposantes et puissantes que les actions de protestation organisées par les étudiants chaque mardi.

Le régime algérien tente donc un tour de vis brutal et radical pour reprendre le contrôle de la rue à la veille du rendez-vous électoral du 12 juin prochain qui est plus que jamais menacé par l’ampleur importante de la protestation populaire, expliquent ces médias. La Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH) s'est élevée contre la répression policière et a condamné une "nouvelle dérive autoritaire", avec les interpellations de mineurs, d'enseignants et de simples citoyens. Parmi la vingtaine de personnes interpellées, une douzaine ont été relâchées en fin de journée, dont l'universitaire et politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, a précisé le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association qui vient en aide aux prisonniers d'opinion.

Selon le site spécialisé "Algerian Detainees", 66 détenus d'opinion sont actuellement incarcérés, poursuivis en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles. Les étudiants manifestent chaque mardi depuis février 2019 en appoint aux marches populaires du Hirak qui ont lieu chaque vendredi, hormis lors de la pause observée à cause de la pandémie de Covid-19 entre avril 2020 et février 2021.

Libé
Jeudi 29 Avril 2021

Lu 186 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.