Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’écrivain marocain Youssouf Amine Elalamy parmi les finalistes du Prix des cinq continents de la Francophonie





L’ écrivain et artiste marocain Youssouf Amine Elalamy figure parmi les dix finalistes du Prix des cinq continents de la Francophonie 2020, avec son roman « C’est beau la guerre », paru aux éditions Le Fennec, apprend-on auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Youssouf Amine Elalamy avait déjà reçu, pour ce même roman, le prix Orange du livre en Afrique qui récompense depuis 2019 un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié par un éditeur basé sur le continent africain. Auteur de plusieurs romans écrits en arabe, en français ou en anglais, Youssouf Amine Elalamy avait obtenu en 1999 le prix du meilleur récit de voyage décerné par le British Council International pour ses écrits en anglais. “C’est beau, la guerre” raconte l’histoire d’un jeune comédien, chassé de son pays par une guerre fratricide et qui embarque sur un rafiot pour prendre la route de l’exil. Placé dans un camp de réfugiés après la traversée, il décide d’utilisersestalents de comédien pour ressusciter les morts et soulager ainsi la douleur de ses compagnons d’infortune... Créé en 2001 par l’OIF, le Prix des cinq continents récompense chaque année un texte de fiction narratif (roman, récit et recueil de nouvelles). Le Prix permet de mettre en lumière destalentslittérairesreflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents et de les promouvoir sur la scène internationale. Pour la 19ème édition du Prix, dix titresfinalistesreprésentant 8 pays ont été sélectionnés parmi 132 œuvres en lice. De l’avis des représentants des cinq Comités de lecture du Prix des 5 continents de la Francophonie, réunis le 1er octobre à distance, il ressort de cette sélection 2020 des thématiques du vécu migratoire, desrécits marqués par un retour sur des passés occultés et du travail de la mémoire qui déterminent les identités.

Libé
Jeudi 8 Octobre 2020

Lu 388 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.