Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars

Le trafic transitant par les ports gérés par l’ANP accuse une baisse de 2,3%





L’activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars
L’ activité portuaire reste sur une tendance baissière. Selon les récentes statistiques publiées par l’Agence nationale des ports (ANP), le trafic transitant par les ports gérés par celle-ci est ressorti en baisse à fin mars 2021.

Dans une note de synthèse sur l’activité portuaire du mois de mars dernier, l’Agence annonce que le trafic a atteint un volume global de 22,9 millions de tonnes, marquant ainsi une baisse de 2,3% en glissement annuel.

Soulignons qu’il s’agit de la troisième baisse consécutive du trafic commercial depuis le début de l’année en cours, après celles enregistrées en janvier (7,7%) et févier (8,6%) derniers. Pour rappel, le trafic transitant par les ports gérés par l’Agence avait atteint au cours de ces deux premiers mois de l’année respectivement un volume global de 7,5 et 13,6 millions de tonnes.

D’après l’organe de régulation des ports marocains, par nature de flux, les évolutions enregistrées à fin mars font ressortir une baisse des importations de 3,6% avec un volume de 14,1 MT en raison du recul des importations des aliments de bétails (-18,3%), des céréales (-2,9%), du charbon & coke (-13,9%) et des produits sidérurgiques (-38,1%). Les données recueillies par l’ANP font aussi état d’une hausse de 1,5% des exportations, avec un volume de 8 MT, due particulièrement à la progression des exportations du gypse (+64,1%) et de l’acide phosphorique (+42,8%). Elles laissent apparaître également « une baisse des volumes du cabotage de 13,9%, avec un trafic de 717.116 tonnes, induite essentiellement par la baisse du trafic des hydrocarbures (-45,6%) », souligne l’agence.

Dans sa note de synthèse, l’Agence indique que la répartition du trafic par port fait ressortir que les ports de Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar ont assuré le transit de 17,5 millions de tonnes correspondant à environ 76,4% du trafic de l’ensemble des ports qu’elle gère.

Dans le détail, et après analyse des principales évolutions enregistrées par port, il apparaît que l’activité du port de Mohammedia a enregistré un volume de 1,2 million de tonnes. Elle marque ainsi une régression de 8,6% par rapport aux trois premiers mois de l’année 2020 due principalement à la baisse du trafic du fuel oil (- 90,2%) et du gasoil (- 5,5%).

Le port de Casablanca, qui représente environ 33,2% du trafic global, a, de son côté, assuré le transit de 7,6 MT à fin mars 2021, soit une baisse de 1% par rapport à la même période de l’année précédente. A en croire l’ANP, « ce recul est dû à la baisse des produits sidérurgiques (-51,5%), des importations du charbon (-25,3%) et des exportations du phosphate (- 1,9%) », explique-t-elle. Et de préciser, qu’en revanche, les importations des céréales ont enregistré une hausse de 7,1% en glissement annuel.

Concernant l’activité du port de Jorf Lasfar, les chiffres recueillis par l’ANP révèlent qu’elle s’est élevée à 8,7 millions de tonnes au troisième mois de 2021 avec une quote-part de 38% du trafic global.
Si elles confirment sa première place, ces données montrent, cependant, que l’activité du port a enregistré une baisse de 9,3% par rapport à la même période de l’année précédente.
Ce recul s’explique principalement par « la forte baisse des importations du charbon & coke de pétrole (-34,9%), des céréales (- 22,8%), du trafic des hydrocarbures (-12,4%) et des exportations des engrais (-6,8%) », souligne l’agence.

S’agissant des activités des autres ports, il ressort que celle du port de Nador a connu une forte baisse de 20,7% à fin mars 2021, avec un volume d’environ 765.570 tonnes, suite à la forte régression du trafic du charbon et coke de pétrole de 56,2% et des importations des céréales de 26,3%.

Avec un volume de 1,5 million de tonnes, l’activité du port d’Agadir a accusé « une baisse de 12,8%, due essentiellement au recul des importations des céréales (- 24,1%), des aliments de bétail (- 35,2%), du trafic des conteneurs en tonnage (-9%) et des hydrocarbures (-6,1%) », comme l’explique l’ANP.

Quant aux ports de Safi et de Laâyoune, ils sont les seuls à avoir enregistré des hausses au cours de cette même période.

En effet, avec un volume d’environ 2,5 MT, l’activité du port de Safi s’est inscrite en hausse de 58,4% par rapport à la même période de l’année précédente, en raison notamment du fort rebond des importations du charbon & coke de pétrole (+ 240,4%), des céréales (+186%) et des exportations du gypse (+66,5%).

De son côté, le trafic commercial au port de Laâyoune a connu une progression de 11,1% par rapport à la même période de l’année 2020. Il a, en effet, assuré le transit de 419.402 tonnes à fin mars 2021, « faisant suite particulièrement à la hausse des exportations du phosphate (+20,8%) et des importations du clinker (+130,8%) », relève-t-on.

Alain Bouithy

Libé
Vendredi 16 Avril 2021

Lu 867 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.