Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'UpM et R20 s ’ unissent pour un financement de la lutte contre le changement climatique en Méditerranée

Promouvoir les opportunités de financement du climat


Lundi 28 Octobre 2019

Le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Nasser Kamel, et le directeur exécutif des Régions de l'action pour le climat (R20), Christophe Nuttall, ont signé récemment un accord de partenariat visant à promouvoir les opportunités de financement du climat, notamment au niveau des autorités régionales et locales; et pour les petites et moyennes entreprises (PME), avec l'aide de financements privés mobilisés par le biais de financements publics. Le protocole d’accord a été signé à l'occasion du Sommet One Planet consacré à «L'augmentation du financement mixte pour une transition sobre en carbone et résiliente au climat ». L'accord fournit une base solide pour renforcer la coopération et la coordination des efforts dans le domaine du financement du climat. Le secrétariat de l'UpM et R20 ont convenu d'identifier et de soutenir conjointement le développement de projets d'infrastructures durables, dans les domaines de l'optimisation des déchets, des énergies renouvelables décentralisées et dans l'efficacité énergétique, ainsi que de réaliser des études de faisabilité démontrant la valeur de tels projets. Un portefeuille de projets "prêts à être investis" est en préparation et sera présenté conjointement à la COP 25. « Cet accord de coopération permettra de monter des initiatives telles que la gestion des déchets ou l'accès aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique afin de les rendre rentables. Cela aidera à mettre en œuvre plus rapidement la transition verte », a déclaré le secrétaire général de l'UpM, Nasser Kamel. « Investir dans un financement mixte sera la clé pour libérer l’énorme marché potentiel inexploité que représente l’infrastructure infranationale. Les expériences précédentes de R20 en matière de gestion zéro déchet en Algérie ou des panneaux solaires photovoltaïques de 50 MW au Mali prouvent, non seulement que de tels projets d'infrastructures ont des impacts sociaux et environnementaux élevés, en tant que contribution aux ODD, mais démontrent également les très bons retours sur investissement pour les investisseurs », a ajouté Christophe Nuttall, directeur exécutif de R20. L'UpM a déployé d'importants efforts pour cartographier la situation du financement climatique dans la région depuis 2016 et poursuivra ses travaux afin d’élaborer une étude complète incluant les sources de financements publics et privés pour le climat à différentes échelles. L'UpM a labellisé le projet Clima-Med en mars 2019, qui est géré et financé par l'UE. Ce projet régional a pour objectif d’aider les villes dans leur transition vers l’énergie propre et d’accompagner les autorités nationales dans la mise en œuvre de leurs stratégies en matière de lutte contre le changement climatique. L'Algérie, l'Egypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie sont accompagnés dans leur transition vers une économie à faibles émissions de carbone et résiliente au climat, aux niveaux national et local. La signature de l’accord d’aujourd’hui souligne le rôle clé de l’UpM dans la mise en place de liens directs entre Clima-Med et R20, en étroite coordination avec la Commission européenne, afin d’identifier et financer des projets émanant de municipalités. Pour rappel, l'Union pour la Méditerranée (UPM) est la seule organisation intergouvernementale euro-méditerranéenne réunissant les 28 pays de l'Union européenne et les 15 pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. L'UpM fournit un forum pour renforcer la coopération régionale, le dialogue et la mise en œuvre de projets et d'initiatives concrets ayant un impact tangible sur les citoyens, en particulier les jeunes, afin de répondre aux trois objectifs stratégiques de la région : stabilité, développement humain et intégration. R20 est une organisation internationale à but non lucratif créée en 2011 en coopération avec un certain nombre de régions et d'ONG de premier plan, les Nations unies, des banques de développement, des entreprises de technologies propres et des universités, dans le but d'accélérer les infrastructures durables infranationales et les investissements dans l'économie verte pour aider les administrations infranationales du monde entier à mettre en place des projets d'infrastructures résilientes au changement climatique et à faibles émissions de carbone afin de contribuer de manière significative aux objectifs de développement durable (ODD).


Lu 1247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS