Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ONU réclame une trêve humanitaire d'un mois en Syrie

29 civils tués dans des raids sur la Ghouta orientale



L'ONU a réclamé mardi une "cessation immédiate des hostilités" en Syrie, pour au moins un mois, afin de distribuer des aides et d'évacuer les blessés, mettant en garde contre "les conséquences désastreuses" de la crise humanitaire qui ravage le pays.
Le conflit qui déchire la Syrie depuis 2011 a fait plus de 340.000 morts, embrasant plusieurs fronts et impliquant acteurs locaux et étrangers, mais aussi des groupes jihadistes.
Déplorant "une situation extrême", les représentants des différentes agences de l'ONU basées à Damas réclament "une cessation immédiate des hostilités pour au moins un mois, dans toute la Syrie", selon un communiqué.
L'objectif est de "permettre la distribution d'aide humanitaire, l'évacuation des blessés et des malades dans un état critique, et alléger la souffrance" des civils, souligne le communiqué.
"L'équipe humanitaire des Nations unies en Syrie met en garde contre les conséquences désastreuses d'une aggravation de la crise humanitaire dans plusieurs régions du pays", souligne le communiqué.
Ces derniers mois, le régime de Bachar Al-Assad mène des frappes aériennes meurtrières contre deux bastions rebelles, la Ghouta orientale aux portes de Damas, et la province d'Idleb, dans le nord-ouest syrien.
Par ailleurs, la Turquie a lancé le 20 janvier une vaste offensive en Syrie contre l'enclave d'Afrine (nord-ouest), pour chasser de sa frontière la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).
L'ONU déplore la difficulté d'accès aux zones assiégées par les belligérants: les localités encerclées par les forces du régime ne peuvent pas recevoir d'aides humanitaires sans l'autorisation du pouvoir de Damas.
Un plan qui prévoit la distribution d'aides deux fois par mois dans des régions assiégées ou considérées comme difficiles d'accès est ainsi "paralysé", indique l'ONU.
"Si l'accès était donné, trois convois pourraient être envoyés chaque semaine, permettant d'atteindre en deux mois 700.000 personnes dans ces zones", précise le communiqué.
C'est le cas notamment dans la Ghouta orientale, enclave rebelle à l'est de Damas assiégée depuis 2013 par le régime, où les quelque 400.000 habitants subissent au quotidien des pénuries de nourriture et de médicaments.
Au moins 29 civils, dont sept enfants, ont été tués en une journée en Syrie dans cette enclave, un nouveau drame qui illustre le lourd tribut payé par les civils dans le conflit.
Ces frappes sur la Ghouta orientale, à l'est de la capitale, sont intervenues au lendemain de bombardements meurtriers à Idleb, province rebelle dans le nord-ouest du pays où le régime de Bachar Al-Assad est de nouveau soupçonné d'avoir utilisé des gaz toxiques, après des cas de suffocation.
Lundi, Washinghton a affirmé, par la voie de son ambassadrice à l'ONU Nikki Haley, disposer "de preuves provenant de dizaines de victimes" confirmant l'usage de chlore dans les attaques menées par le régime contre l'enclave rebelle.
Dans la Syrie ravagée par la guerre depuis 2011, le mois de janvier a été particulièrement meurtrier: 59 enfants ont péri dans les violences, selon l'Unicef, qui déplore un mois "sanglant" au Moyen-Orient.

Mercredi 7 Février 2018

Lu 544 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS