Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’OCDE relève ses prévisions de croissance pour 2021

Les perspectives économiques mondiales s’améliorent avec le déploiement des vaccins et la relance engagée par les pouvoirs publics


Alain Bouithy
Mercredi 10 Mars 2021

«Accélérer la production et le déploiement des vaccins est la meilleure politique économique envisageable actuellement pour stimuler la croissance et l’emploi », a soutenu l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un nouveau rapport. Dans ses perspectives économiques intermédiaires de mars 2021, consacrées aux pays du G20, l’organisation internationale a également annoncé qu’«une reprise économique mondiale est en vue ». Il faut dire que les perspectives de l’économie mondiale se sont considérablement améliorées ces derniers mois, avec le déploiement progressif de vaccins efficaces, l’annonce de relance budgétaire supplémentaire dans certains pays et l’apparition de signaux indiquant que les économies réagissent mieux face aux mesures de lutte contre la Covid-19, a noté l’OCDE. Grâce à une adaptation aux restrictions imposées par la pandémie, l’activité économique s’est partiellement redressée dans de nombreux secteurs, a-t-elle constaté dans ce rapport intermédiaire de mars 2021. Et d’ajouter : les perspectives se sont éclaircies ces derniers mois à la faveur de signes de rebond du commerce et de la production industrielle devenus plus manifestes dès la fin de l’année écoulée. Soulignons en outre que « la croissance du PIB mondial devrait être de 5,6 % cette année, soit une révision à la hausse de plus d’1 point de pourcentage par rapport aux perspectives économiques de l’OCDE de décembre », comme l’a relevé le rapport intermédiaire. Selon toujours les perspectives intermédiaires du mois en cours, « la production mondiale devrait renouer avec les niveaux d’avant la pandémie vers le milieu de 2021 ». Le rapport prévient toutefois que son évolution sera fortement tributaire de l’issue de la course entre vaccins et variants du virus. Par ailleurs, si « le déploiement des vaccins monte en régime et la relance engagée par les pouvoirs publics, en particulier aux EtatsUnis, devrait insuffler un élan puissant», le document rendu public récemment affirme qu’«une montée en puissance de la vaccination et une relance budgétaire plus ciblée s’imposent pour préparer une reprise durable ». Cependant, il n’a pas échappé aux auteurs du rapport que les perspectives de croissance durable varient considérablement selon les pays et les secteurs. Ces derniers jugent ainsi « primordial d’accélérer et de mieux organiser la vaccination dans le monde entier ». D’après l’OCDE, « il faut agir vite et accélérer le déploiement des vaccins pour consolider la reprise », faisant remarquer que les écarts se creusent aux niveaux international et national. L’organisation n’ignore pas également que le déploiement des vaccins à l’échelle mondiale demeure inégal et que des restrictions subsistent dans certains pays et certains secteurs. Pour mieux apprécier l’impact du vaccin sur l’évolution de la croissance mondiale, l’OCDE recourt à deux scénarios (favorable et non favorable). Concernant le scénario favorable, l’organisation indique que « les perspectives de croissance s’amélioreraient si la production et la distribution de doses s’accéléraient, étaient mieux coordonnées au niveau mondial et précédaient les mutations du virus ». Selon les perspectives de mars 2021, « c’est ce qui permettrait d’assouplir plus rapidement les mesures de confinement et de faire en sorte que la production mondiale se rapproche des projections d’avant la pandémie ». S’agissant du scénario défavorable, « les dépenses de consommation et la confiance des entreprises seraient entamées si les campagnes de vaccination n’étaient pas menées assez rapidement pour faire baisser les taux de contamination ou si de nouveaux variants se propageaient et exigeaient des adaptations des vaccins actuels ». Soulignons qu’en dépit de l’amélioration des perspectives internationales, l’OCDE pense que la production et les revenus risquent d’être toujours, fin 2022, inférieurs aux niveaux attendus avant la pandémie dans de nombreux pays. 


Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 19:45 Fort recul des importations des céréales

Lundi 24 Janvier 2022 - 18:48 Le dirham quasi-stable face à l'euro

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS