Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’IPC continue de jouer au yoyo

Hausse de 0,3% de l’Indice des prix à la consommation au terme de quatre mois de baisses et de hausses alternées




L’Indice des prix à la consommation (IPC) continue de jouer au yoyo. Au terme de mois de baisses observées en juillet (0,8%) et en septembre (0,2%) et de hausses intervenues en juin (0,2%) et en août (0,3%) de l’année 2019, il a de nouveau repris de la hauteur en octobre dernier.
Selon les chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP), l’évolution de l’IPC au cours de la période étudiée s’explique notamment par l’accroissement de 0,4% de l’Indice des produits alimentaires et de 0,3% de l’Indice des produits non alimentaires.
En comparaison avec le mois précédent (septembre), cet indice avait enregistré une baisse en raison du recul de 1,0% de l’Indice des produits alimentaires et de la hausse de 0,2% de l’Indice des produits non alimentaires.
A noter que les hausses des produits alimentaires observées entre septembre et octobre 2019 ont concerné principalement les «légumes» (4,8%), le «lait, fromage et œufs» (0,5%) et les «huiles et graisses» (0,3%), a indiqué l’institution publique dans une note d’information relative à l’Indice des prix à la consommation du mois d’octobre 2019.
Ainsi que le fait remarquer le Haut-commissariat dans sa dernière note, le mois d’octobre a également été marqué par la baisse des prix des «poissons et fruits de mer» de 1,2%, des «fruits» (0,7%) et des «viandes» (0,4%). Alors qu’en ce qui concerne les produits non alimentaires, la hausse est intervenue principalement au niveau des prix des «carburants» qui ont grimpé de 2,5%.
A titre toujours de comparaison, les baisses des produits alimentaires observées entre août et septembre 2019 avaient concerné principalement les «poissons et fruits de mer» (5,8%), les «viandes» (2,6%) et les «légumes» (2,1%).
En revanche, les chiffres d’alors indiquaient une augmentation des prix pour les «huiles et graisses» (0,7%), pour les «fruits» (0,6%) et pour le «lait, fromage et œufs» (0,3%). Tandis que pour les produits non alimentaires, la hausse avait concerné principalement  les prix de l’«enseignement» (2,0%).
Il est à noter qu’au cours du mois d’octobre, les hausses les plus importantes de l’IPC ont été enregistrées à Béni Mellal (1,3%,) à Marrakech et Meknès (0,8%), à Fès (0,7%), à Safi (0,6%), à Tétouan et Tanger (0,4%) et à Oujda et Laâyoune (0,3%).
Le Haut-commissariat a, en revanche, fait savoir que des baisses ont été enregistrées à Al Hoceima (0,2%) et à Casablanca  (0,1%). Des baisses que l’institution publique avait également relevées dans sa précédente note d’information (septembre) lorsqu’elle avait indiqué avoir noté les baisses plus importantes de l’IPC à Béni Mellal et Al-Hoceima (1,4%), à Tétouan (0,7%), à Safi (0,6%), à Kénitra (0,5%), à Agadir et Tanger (0,4%)  et à Oujda (0,3%).
Dans cette note, le HCP avait, par contre, relevé des hausses à Settat (0,9%), à Guelmim (0,5%) et à Fès (0,3%).
Revenons au mois d’octobre pour dire que, comparé au même mois de l’année précédente, l’Indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 0,7% conséquence de la hausse de l’Indice des produits non alimentaires de 0,8% et celui des produits alimentaires de 0,6%, a souligné le HCP ajoutant, en ce qui concerne les produits non alimentaires, que les variations vont d’une  baisse de 0,2% dans le «Transport» à une hausse de 2,3% dans l’«Enseignement».
Dans ces conditions, le Haut-commissariat a conclu que «l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois d’octobre 2019 une stagnation par rapport au mois de septembre 2019 et une augmentation de 0,9% par rapport au mois d’octobre 2018».
En septembre, ce même indicateur avait, par contre, connu une baisse de 0,1%  par rapport au mois d’août 2019 et une hausse de 1,0% par rapport au mois de septembre 2018.


 

RAM primée pour ses performances opérationnelles et financières

Royal Air Maroc a remporté deux Prix en tant que meilleure compagnie dans les catégories "Global Operations" et "Best improved financial results" attribués par l'Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA), en marge de sa 51ème assemblée générale annuelle tenue récemment à l'Ile Maurice.
Ces prix traduisent la dynamique enclenchée par la compagnie nationale tant sur le plan opérationnel que financier en 2018, fait savoir RAM dans un communiqué.
"Nous sommes extrêmement fiers de cette reconnaissance internationale, d'autant plus que le jury est composé des professionnels du secteur de transport aérien à même de mesurer l'ampleur de nos efforts et de nos performances en matière de services en faveur de notre clientèle, ainsi que dans le domaine financier", a indiqué Hamid Addou, président directeur général de RAM, cité par le communiqué. Cette consécration, a-t-il poursuivi, "nous incite également à redoubler d’efforts pour la réalisation d'un marché unique africain du transport aérien qui permettra de supprimer les barrières de protectionnisme afin d’aboutir à un essor du trafic aérien dans notre continent, porté principalement par les compagnies africaines, et ce dans l'intérêt des économies de nos pays et de nos concitoyens", rapporte la MAP.
Placé sous le thème "Le succès dans une Afrique intégrée et interconnectée", ce sommet a réuni les responsables des compagnies aériennes africaines, les responsables des autorités de l’aviation civile, les partenaires stratégiques de l'industrie de l'aviation (dont notamment IATA, OACI, AFCAC) et les experts du transport aérien. Les travaux de cette rencontre ont permis d'aborder des questions relatives au transport aérien en Afrique et de confronter les différents modèles et stratégies de développement du secteur. Les conclusions tirées des discussions et des travaux de l'assemblée générale constitueront des références continentales, ainsi que des catalyseurs vitaux pour la croissance d'un secteur du transport aérien africain compétitif et intégré à l'échelle mondiale.
L'AFRAA, également connue sous le nom d'Association des compagnies aériennes africaines, est une organisation professionnelle regroupant les compagnies aériennes basées en Afrique. Fondée à Accra (Ghana) en 1968 et ayant aujourd'hui son siège à Nairobi (Kenya), l'AFRAA a pour objectif d'établir et de faciliter la coopération entre les compagnies aériennes africaines. Elle s'est assignée comme mission de communiquer aux parties prenantes africaines les développements du secteur et de promouvoir l'industrie aéronautique africaine.

 

Alain Bouithy
Mercredi 27 Novembre 2019

Lu 1569 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.