L'Afrique mérite-t-elle une aide verte ?


Libé
Vendredi 16 Décembre 2022

L'Afrique mérite-t-elle une aide verte ?
De nombreux membres de la communauté mondiale du développement poussent les pays riches à transférer d'importantes sommes d'argent aux pays en développement pour les aider à passer à une énergie plus propre sans entraver la croissance économique. Ce plaidoyer soulève des questions économiques importantes qui ne reçoivent pas suffisamment d'attention dans la presse grand public.

Une chose que nous avons apprise en 2022 est que la guerre entre pays, considérée par plus d'un universitaire comme obsolète, est tout sauf cela. Et c'est loin d'être la seule attente ou hypothèse sur les relations internationales qui n'a pas survécu à 2022.

Considérez l'Afrique. Le deuxième plus grand continent du monde n'aurait contribué qu'à 1% des émissions historiques de carbone. Aujourd'hui, il ne génère que 4% des émissions mondiales. Les émissions anthropiques annuelles de l'Afrique en équivalent dioxyde de carbone s'élèvent à quelque 1,4 milliard de tonnes, dont 35% proviennent de la seule Afrique du Sud.

Les émissions de dioxyde de carbone des Africains ne représentent que 20% de la moyenne mondiale par habitant. Pourtant, le monde doit réduire de près de dix milliards de tonnes de CO2 par an pour avoir une chance d'atteindre l'objectif 2030 d'une "augmentation maximale de 2° Celsius", selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. La dure réalité est donc qu'amener l'Afrique jusqu'à zéro émission nette accablerait les Africains d'une part importante du coût mondial. Le prix de la contribution de l'Afrique à la réalisation de cet objectif d'émissions est estimé à 1,3 billion de dollars, ce que les dirigeants africains et leurs conseillers demandent au reste du monde de payer.

Mais que se passerait-il si, plutôt que de payer l'Afrique pour qu'elle ne pollue pas, le monde riche payait plutôt l'Afrique pour qu'elle construise des industries à plus forte intensité de carbone. Cela semble scandaleux jusqu'à ce que l'on se rende compte que les investissements étrangers directs en Afrique s'élèvent à environ 80 milliards de dollars par an. Sur la base des références actuelles pour l'intensité carbone de l'industrialisation, l'Afrique pourrait ajouter trois points de pourcentage à sa croissance économique annuelle avec une augmentation correspondante des émissions d'environ 100%. Le besoin d'IDE pour ce coup de pouce est d'environ 40 milliards de dollars, et nous pourrions même augmenter le nombre à 80 milliards de dollars.

En doublant à la fois les émissions et les IDE en Afrique, la croissance annuelle moyenne de 4,6% des dernières décennies pourrait atteindre près de 8% ou potentiellement plus, en raison d'effets multiplicateurs. En grandissant à ce rythme, l'Afrique doublerait son revenu par habitant d'ici 2030, ce qui pourrait suffire à sortir 90% de la population de la pauvreté. Ce serait particulièrement une bonne nouvelle si la courbe environnementale de Kuznets se maintenait à long terme, les émissions de CO2 continuant de diminuer dans de nombreux pays à mesure que le revenu national augmente.

L'environnement institutionnel de l'Afrique restera probablement plus réceptif aux industries polluantes qu'aux industries vertes pour la simple raison que les industries vertes nécessitent des niveaux plus élevés de compétences, de capital et de pouvoir d'achat. Compte tenu des faibles contributions nettes de l'Afrique, il peut être judicieux de tolérer des horizons plus longs pour la décarbonation sur le continent, car les pays les plus riches ont un avantage comparatif plus fort pour passer aux industries vertes.

Mis à part les impératifs moraux, l'analyse économique peut produire des résultats contre-intuitifs. Beaucoup de gens sont sceptiques quant à la base de «l'aide verte» à l'Afrique. Et, étant donné que les émissions non anthropiques en Afrique sont bien plus élevées que les émissions totales aux États-Unis, le plus grand pollueur mondial, d'autres se demandent ce que des réductions marginales des émissions d'origine humaine en Afrique signifieraient réellement dans le schéma plus large des choses.

La réceptivité institutionnelle peut être généralisée pour englober le contexte complet de la qualité institutionnelle. Certains affirment que les épisodes précédents d'«aide normale» à l'Afrique ont eu des résultats mitigés. Le «financement climatique » n'est, après tout, pas une véritable nouvelle catégorie d'aide, juste un changement de nom de l'argent qui provient des mêmes vieux pots d'aide au développement. Quelle base y a-t-il alors pour croire que 1 300 milliards de dollars d'«aide verte» sont susceptibles d'avoir des résultats généralement positifs? Ces facteurs de confiance complexes compliquent le processus d'élaboration de l'aide verte pour financer les transitions vers le zéro net dans des endroits comme l'Afrique.

L'inertie de l'efficacité de l'aide soutient la suggestion de promouvoir un «IDE normal» sans conditions vertes. Le continent s'est déjà adapté à ces financements. Un nouveau paradigme d'aide verte nécessitant une profonde réforme institutionnelle a déjà rencontré un certain scepticisme, même s'il n'a pas été exprimé ouvertement. Le nombre croissant de cadres pour lutter contre la corruption dans le financement climatique en fait clairement allusion.

Bien sûr, les investisseurs privés pourraient eux-mêmes agir pour «verdir» les IDE, mais la coordination sur les marchés privés transnationaux est difficile, ce qui complique un tel changement. De nouveaux partenariats publics-privés multilatéraux sont nécessaires pour concilier les arbitrages moraux, politiques et économiques, mais les progrès sont lents, comme nous l'avons vu avec le Fonds vert pour le climat.

L'institutionnalisation de ces nouvelles structures prendra du temps. En leur absence, il y a de fortes raisons de douter que d'importants montants de financement vert iront au monde en développement et à l'Afrique pour payer une transition climatique juste. Ce pessimisme s'exprime rarement en bonne compagnie. Mais pourquoi continuer la mascarade si les perspectives sont si mauvaises ?

Par Bright Simons
Fondateur et président de mPedigree, une entreprise sociale travaillant sur la réforme technologique des chaînes d'approvisionnement.


Lu 1522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades