Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée internationale de la femme. Où en sommes-nous ?


Dr. Houda Abadi
Jeudi 9 Mars 2023

Journée internationale de la femme. Où en sommes-nous ?
Je me souviens encore très bien de l'horrible journée du 9 mai 2022. Ma sœur bien-aimée venait de décéder après une lutte courageuse contre le cancer. C'était ma meilleure amie et elle n'avait que 45 ans ! Au bout d'une semaine environ, mes parents ont demandé que je les accompagne dans cette démarche administrative compliquée.

Cela signifiait aider à la paperasse et être témoin devant Adoul pour témoigner de l'identité de ma sœur bien-aimée. Désemparée et en plein deuil mais prête à assumer les responsabilités familiales, j'ai été refoulée par l'Adoul.

Pour la simple raison d'être une femme. Oui, en 2022, je n'étais toujours pas en mesure d'être témoin de tout ce qui touche au patrimoine et à l’héritage même si cela ne me concerne pas directement. En colère et humiliée, j'ai réalisé que nous avons encore un très long chemin à parcourir.

Alors que cette semaine nous célébrons la Journée internationale de la femme, j'espère que nous ne célébrerons pas seulement les réalisations des femmes qui se sont battues pour le changement et la parité entre les sexes, mais que nous aurons également un débat honnête sur les défis qui restent et doivent être relevés. Allons au-delà de la perpétuation des stéréotypes de genre consistant à offrir  des bouquets de fleurs, des bons de pédicure et des roses durant cette journée.
Parlons des droits pour que la moitié de la population de la nation puisse vivre dans la dignité et le respect.

Quels changements avons-nous accomplis ces dernières années? Comment nous nous engageons à être des agents positifs du changement pour que nos enfants puissent grandir et jouir des mêmes droits et des mêmes libertés ?

En tant que praticienne qui a travaillé pendant plus de 18 ans sur l'inclusion et l'avancement des processus de paix dans différentes parties du monde, j'ai été témoin de la manière dont l'exclusion mène à l'instabilité, au sous-développement et aux conflits. Les individus et les groupes qui défendent les droits des femmes et l'égalité des sexes dans les pays à majorité musulmane sont confrontés à plusieurs obstacles.

Certains de ces défis comprennent les barrières sociétales et structurelles, l'analphabétisme, l'exclusion économique, les menaces à la sécurité physique et mentale, la violence sexiste et la stigmatisation. Les femmes des zones rurales sont souvent confrontées à des défis plus importants, tels que des taux d'analphabétisme, mariage précoce, et de mortalité maternelle plus élevés.

Souvent, l'exclusion des femmes est liée aux valeurs et mentalités traditionnelles patriarcales et, dans ce contexte, considérée comme normale. En tant que tel, l'avancement des droits des femmes a été sapé par les normes culturelles et tribales patriarcales au niveau local, l'instrumentalisation et la politisation par les programmes de politique nationale, d’une part, et l’agenda étranger, d'autre part.

Nous devons examiner la nature politique de        la formation de nos connaissances et comment la configuration de certains sujets empêche la remise en cause du statu quo politique, social, culturel ou religieux.

Alors que le Coran prône la justice et l'égalité, qui garantissent les droits des deux sexes dans une mesure égale, l’interprétation des textes religieux sur les droits des femmes continue d'être le produit des traditions dominées par les hommes qui promeuvent une compréhension patriarcale de la façon dont les femmes s'intègrent dans la société.
 
Compte tenu de la centralité de la religion dans la vie publique et privée de nombreux pays à majorité musulmane et de leurs liens avec les normes culturelles des communautés, le système juridique islamique offre un moyen de justifier une nouvelle compréhension des positions des femmes dans la société et de donner la priorité aux voix, aux coutumes et aux pratiques des communautés locales.
La promotion de l'inclusion et la diversité à travers une lecture humaniste du Coran et de la tradition prophétique est essentielle pour l'égalité des sexes et la lutte contre les préjugés sexistes.

Ces enseignements doivent être généralisés pour sensibiliser la communauté et lutter contre les pratiques néfastes et restrictives. Il est nécessaire d'autonomiser les femmes et les filles tout en sensibilisant les hommes et les garçons de manière à transformer les inégalités de genre.

Les rôles actifs des femmes musulmanes dans la vie socio-politique et religieuse ne sont toujours pas intégrés au sein du grand public musulman car la production de connaissances religieuses est encore fortement dominée par les hommes. Ceci est important car les normes sociales et culturelles restent les principaux obstacles à la réalisation de l'égalité des sexes.
Les constitutions et les systèmes juridiques des pays à majorité musulmane peuvent souvent refléter ces conceptions patriarcales des femmes comme occupant des rôles limités et prescrits dans la société, à savoir en tant que mères, épouses, minorités et victimes ayant besoin de  protection.

Cela a conduit à l'enracinement des normes socioculturelles dominantes dans de nombreux pays musulmans qui considèrent les femmes d'une manière qui ne correspond pas aux enseignements du Coran.
Les normes tribales et culturelles patriarcales limitent la participation des femmes et leur accès au pouvoir dans les sphères publiques et privées.

De plus, certaines normes socioculturelles locales qui limitent l’égalité du genre dans les pays à majorité musulmane sont formulées ou justifiées en termes religieux, mais sont en fait enracinées dans le tribalisme et les coutumes ou traditions patriarcales.

Dans le cadre de la Shari'ah, les codes du statut personnel restreignent les droits des femmes dans les espaces privés et peuvent, selon les pays, renforcer les inégalités quant aux  droits des femmes à hériter de biens, tolérer la contrainte des femmes à se marier, limiter leurs droits de tutelle et de garde de leurs enfants et peuvent limiter même leur liberté de circulation et de mouvement.

Alors que de nombreuses constitutions dans les pays à majorité musulmane incluent, à des spécificités variables, des quotas pour l'inclusion des femmes au gouvernement, leur participation significative est encore limitée. Au Maroc, la représentation des femmes a augmenté grâce aux quotas, mais les femmes sont encore instrumentalisées par certains partis politiques.

Parfois, les femmes peuvent trouver des échappatoires pour contourner les dispositions discriminatoires, par exemple en inscrivant des clauses dans leurs contrats pour se protéger contre la polygamie, ou pour sécuriser des actifs pour leurs filles afin de remédier aux inégalités liées à l’héritage. Cependant, il est essentiel de faire la distinction entre les idéaux islamiques fondamentaux d'égalité entre les sexes et les normes et pratiques culturelles dominées par les hommes.

Les principes des droits humains, d'égalité, d'inclusion et de justice ne sont pas en contradiction avec l'islam, au contraire, ils font partie des piliers fondamentaux de l'islam. Le grand juriste médiéval Ibn Qayyim al-Jawziyyah a affirmé que «le fondement de la Shari'ah est la sagesse et la sauvegarde du bien-être des gens dans cette vie et dans la suivante.

Dans son intégralité, il s'agit de justice, de miséricorde, de sagesse et de bien. Toute règle qui remplace la justice par l'injustice, la miséricorde par son contraire, le bien commun par le mal et la sagesse par la folie, est une règle qui n'appartient pas à la sharia, même si elle aurait pu être ainsi revendiquée selon une interprétation...» (I'lam al-Muwaqi'in an Rabb al-Alamin, vol.1, p.182). Le but de la loi est la protection du bien-être de la communauté et d'assurer la justice.
Cela ouvre un espace pour que l'ijtihad réponde aux circonstances sociales et politiques réelles du contexte islamique.

Les droits des femmes ne doivent pas être considérés indépendamment, mais comme faisant partie de la démocratisation et de la protection des droits humains pour tous. Le Maroc a pris des mesures positives en faveur des droits des femmes et s’est engagé à mettre en œuvre la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes et la paix et la sécurité au niveau national.

De même, la Constitution de 2011 garantit des droits importants pour les femmes, y compris l'auto-tutelle, la femme n'a plus besoin d'un tuteur masculin pour approuver son mariage dès l'âge de 18 ans.

Le Code pénal a également abrogé la loi sur le viol et le mariage et s'est attaqué à la violence sexiste. De même, en 2020, le Maroc a pris des mesures pour lutter contre la violence domestique, le mariage des enfants et le décrochage scolaire à travers la Déclaration de Marrakech pour éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles.

Malgré ces réalisations, il reste encore beaucoup à faire pour assurer l'inclusion égale des femmes dans tous les aspects de la vie. Les femmes souffrent toujours d'inégalité de traitement, de harcèlement sexuel, de viol conjugal et de la corruption. Pour mettre en œuvre une politique plus inclusive, il est essentiel d'élaborer des stratégies pour surmonter les obstacles, des mécanismes constitutionnels qui autonomisent et protègent les femmes, un plan de mesures de responsabilisation et d’application contre la discrimination, et des moyens pour parvenir à un consensus et à l'inclusion.

Journée internationale de la femme. Où en sommes-nous ?
Une approche globale et holistique de la société permettra la réduction des écarts où l'égalité des sexes n'est pas un jeu à somme nulle. Les hommes et les garçons doivent être des partenaires et des acteurs actifs du changement et du développement global. Aborder les barrières sociales et culturelles est obligatoire si nous recherchons vraiment un changement transformateur.

Dr. Houda Abadi
Fondatrice et Directeur Exécutive
Transformative Peace
Experte Internationale dans les processus de paix, prévention de l’extrémisme violent, inclusion, et du genre.


Lu 1376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p