Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jamel Debbouze : "Ma sœur n'est pas comme ma mère. Ma fille, encore moins"




Dans son nouveau spectacle Maintenant ou Jamel, Jamel Debbouze évoque pêle-mêle la paternité, le racisme, la quête d'identité mais aussi sa famille, l'intégration. Dans la dernière édition du Parisien, l'humoriste évoque longuement cet aspect de son spectacle, par le prisme notamment, de sa mère, qu'il cite régulièrement.
"Ma mère m'inspire beaucoup quand elle parle français, justement", concède l'intéressée qui n'a qu'à se "baisser pour ramasser les vannes". "C'est très touchant d'entendre ma mère parler français. Et encore plus touchant de voir qu'elle ne quitte pas complètement l'arabe. Vingt-cinq ans qu'elle est en France, et elle garde l'accent", s'étonne encore le natif de Trappes. "Ça m'émeut car je me rends compte que la génération de ma mère, qui a un pied en Afrique et un pied en Europe, n'existera bientôt plus. Dans vingt ans, il n'y en aura plus, des comme ça, poursuit-il. Ça me fait mal au cœur, vous n'imaginez pas."
Un problème de générations qui lui fait dire : "Ma sœur, elle, n'est pas comme ma mère. Ma fille, encore moins. Les générations suivantes vont se fondre dans la masse." Plutôt que de parler d'intégration, Jamel préfère évoquer la transmission. Etre intégré, sans oublier d'où l'on vient. "Je fais en sorte que mes parents et mes enfants passent du temps ensemble. Que mes enfants entendent la langue arabe, qu'ils écoutent les histoires de mon père qui a grandi dans un village pauvre du Maroc. Tu regardes mon père, Ahmed, et mon fils, Léon, c'est deux mondes ! Ils n'ont rien à voir", assure le comédien franco-marocain.

 

Samedi 16 Décembre 2017

Lu 1860 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés