Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jacques Chagnon, président de l'Assemblée nationale du Québec

Il est de notre devoir de consolider nos valeurs communes et notre action




Libé : La Chambre des représentants et l’Assemblée nationale du Québec ont signé le 16 mai 2012 une convention pour la création d’une commission permanente interparlementaire entre les deux institutions. Quel bilan dressez-vous des relations entre les deux institutions parlementaires depuis la création de cette commission ?

Jacques Chagnon : Il y a eu fondamentalement de notre côté une réflexion sur l’opportunité de choisir le Maroc comme  premier pays d’Afrique et du Maghreb francophone avec lequel nous avons une relation bilatérale. Et la conclusion à laquelle nous avons abouti, c’est que notre réflexion était juste et nous avons eu tout à fait raison de choisir le Maroc comme pays avec lequel notre Assemblée nationale entretient des relations bilatérales notamment au niveau de la Chambre des représentants.
La discussion que nous avons menée tout à l’heure (NDLR : Jacques Chagnon faisait allusion au débat suite à la présentation par le président du groupe du MP à la première Chambre, Mohamed Moubdii, d’un exposé sur l’expérience marocaine en matière de démocratie participative), s’inscrit exactement dans le sens que nous voulons. Vous savez que notre Parlement a 225 ans d’expérience.
Par le passé, j’ai reçu des demandes de la part des parlementaires et des secrétaires généraux du Parlement marocain afin de trouver des moyens techniques qui permettraient d’améliorer le mode de fonctionnement de cette institution législative. Et ce que j’ai entendu aujourd’hui (séance de mardi à la Chambre des représentants) me fait plaisir parce qu’on voit qu’il y a une évolution sur le plan de l’ouverture démocratique par rapport au rôle des citoyens dans la société marocaine.
L’un des objectifs consistait à essayer de mieux comprendre une société qui est différente de la nôtre d’autant plus que plus de 100.000 Marocains résident au Québec.

Quels sont, effectivement, les problèmes qui entravent la bonne intégration des Marocains dans la société québécoise ?
En fait, le premier problème auquel fait face la communauté marocaine au Québec concerne la reconnaissance des diplômes. Il y a une véritable volonté des autorités québécoises d’assurer la rapidité de la reconnaissance des diplômes et de l’expérience des personnes qui viennent chez nous. Car il est tout à fait anormal qu’un ingénieur ou un agronome fasse un travail qui ne correspond pas aux études qu’il avait faites. Certes l’intégration des migrants dans n’importe quel pays est un sujet un peu délicat. En tant que société accueillante, on n’a pas intérêt à gaspiller des talents qui arrivent chez nous. Par contre, l’intégration est plus facile pour les étudiants qui poursuivent leurs études au Québec.

Pourquoi avez-vous choisi de tels thèmes?
Les thèmes ont été choisis de manière conjointe. Le thème des changements climatiques, est un sujet important d’autant que le Maroc a abrité la COP22 il y a deux ans et que le Canada et notamment le Québec y a pris part. En plus, le Canada, le Québec et le Maroc figurent ensemble parmi les pays qui jouent le rôle de leadership en matière de contrôle d’émissions de GES.
Le deuxième thème a trait au Parlement numérique. En tant que président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, j’ai conçu un plan de numérisation pour les pays francophones et j’ai incité particulièrement les pays africains, à prendre de l’avance dans ce domaine, car je crois que l’avenir de l’Afrique passe par cette voie. Je suis content de constater que le Maroc est en avance au niveau de l’intégration à Internet. J’ai visité plusieurs pays africains et j’ai relevé que le Maroc est le plus intégré dans ce domaine, ce qui va ressentir des effets positifs dans les années à venir.

Quant au troisième sujet, il concerne l’actualité politique du fait que notre mode de fonctionnement favorise des rencontres annuelles à Rabat et au Québec.
Normalement, on traite des sujets qui préoccupent les parlementaires des deux pays et on échange des expériences et des points de vue avec des collègues. Cela est très important, car il nous permet une meilleure compréhension des sujets.
Cette réunion reflète donc les valeurs que partagent le Maroc et le Québec, lesquelles sont susceptibles de consolider l’action commune de nos institutions en faveur de la Francophonie.

Qu’en est-il des relations politiques et surtout économiques entre le Maroc et le Québec ?
C’est un bilan très positif. D’un point de vue économique, vous savez que des sociétés canadiennes et québécoises comme la société Bombardier sont installées au Maroc. Des milliers de Marocains vivent au Québec et au Canada et contribuent à améliorer l’économie locale. Il ne faut pas oublier également que ces Marocains participent au développement de l’économie marocaine par les transferts d’argent qu’ils effectuent régulièrement.
A ce propos, je vais vous raconter une anecdote. La dernière fois que je suis venu ici remonte à deux ans. Lorsque je suis retourné à mon bureau à Montréal, l’agent de sécurité m’a salué et m’a dit : je vous ai vu hier à la télévision. Je lui ai répondu : vous vous trompez monsieur je n’étais pas hier au Canada et je crois que vous parlez de quelqu’un d’autre. Et puis il m’a dit qu’il m’a vu à la Chambre des représentants du Maroc. L’agent de sécurité est marocain. Et vous savez que les Marocains suivent au quotidien l’actualité du Maroc. En fait, c’était moi qui n’avais pas fait le lien entre la capacité d’avoir des nouvelles du Royaume à Montréal et le fait que j’étais au Maroc. 

Propos recueillis par Mourad Tabet
Jeudi 11 Janvier 2018

Lu 1045 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés