Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Intenses activités Royales à Casablanca : Lancement de 26 investissements industriels dans le secteur de l'automobile

Montant global des fonds engagés : 13,78 MMDH




Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, lundi au Palais Royal de Casablanca, la cérémonie de lancement de 26 investissements industriels dans le secteur de l’automobile, d’un montant global de 13,78 milliards de dirhams (MMDH).
 Ces nouveaux investissements attestent du positionnement affirmé du secteur industriel du Royaume sur des activités à haute valeur ajoutée, ainsi que de la confiance d’opérateurs internationaux de renom dans le programme industriel national. Ils attestent aussi du changement de dimension industrielle à l’œuvre dans le Royaume qui migre ostensiblement vers un modèle économique solide confortant sa marche vers le concert des nations émergentes.
Au début de cette cérémonie, il a été procédé à la projection d’un film institutionnel retraçant l'évolution qu'a connue le secteur de l’industrie automobile nationale durant ces dernières années à la faveur notamment du plan d'accélération industrielle, lancé le 2 avril 2014, ainsi que les mesures d’accompagnement prises, notamment en matière de formation, pour une mise en œuvre optimale de cet ambitieux plan.
Par la suite, le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a prononcé une allocution devant S.M le Roi dans laquelle il a souligné que «les succès engrangés dans le secteur industriel, en général, et dans celui de l’automobile, en particulier, sont le fruit de la Vision tracée sous le leadership de Sa Majesté le Roi».
«Le Plan d’accélération industrielle et la démarche des écosystèmes sont des leviers réels de l’accélération industrielle en marche», a ajouté le ministre, notant que les 26 investissements lancés dans l’automobile introduisent de nouvelles spécialisations au Maroc, renforcent l’intégration locale, densifient le tissu productif, répondent à un besoin jusque-là comblé par l’import et généreront 11.568 emplois directs.
Le lancement de ces investissements amorce désormais la production de jantes en aluminium, de tableaux de bord, de pare-chocs, de sièges ou encore de boîtiers électromécaniques, a précisé M. Elalamy.
Sur les 26 investissements, six projets s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de l’Ecosystème Renault qui développe une plateforme mondiale d’approvisionnement depuis le Royaume. Grâce à la structuration de cet écosystème d’envergure, le constructeur s’approvisionne actuellement en pièces usinées à hauteur d’un milliard d’euros par an à partir du Maroc et atteint un taux d’intégration locale de 55%.
Treize investissements seront réalisés dans le cadre de l’Ecosystème PSA Peugeot qui impulse un nouveau développement pour l’ensemble de la filière et participe à faire émerger un pôle industriel d’excellence à Kénitra. Cinq autres investissements s’inscrivent dans le cadre des activités de l’écosystème «câblage et connectique», lancé en octobre 2014 et enfin deux investissements se déploieront dans le cadre de l’Ecosystème Valeo.
Ces écosystèmes ont permis la création de plus de 80.597 emplois, soit 90% de l’objectif à l’horizon 2020. Ils ont généré, en 2016, un chiffre d’affaires à l’export de 60 milliards de dirhams, soit une hausse de 50% par rapport à 2014.
L’industrie automobile incarne pleinement le résultat tangible de la stratégie industrielle du Royaume. Elle est désormais enracinée et son empreinte s’étend chaque jour davantage.
A cette occasion, S.M le Roi Mohammed VI  a présidé la cérémonie de signature de cinq documents relatifs à ces 26 investissements dans le secteur de l’industrie automobile.
Le Souverain a ensuite été salué par Marc Nassif, directeur général du Groupe «Renault Maroc», Jean Christophe Quemard, directeur de la Région Afrique-Moyen-Orient du groupe PSA Peugeot, Jean Luc Di Paola, vice-président du groupe Valéo, et Hakim Abdelmoumen, président de l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (AMICA).
Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment du chef du gouvernement, du président de la Chambre des conseillers, des conseillers de S.M le Roi, de membres du gouvernement, de représentants du corps diplomatique accrédité au Maroc, d’opérateurs économiques et de plusieurs autres personnalités.

Participation Royale au Sommet mondial sur le climat

S.M le Roi Mohammed VI  a pris part, mardi à Paris, au Sommet mondial sur le climat « One Planet Summit », annonce lundi le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie dans un communiqué.

Plusieurs agents d’autorité sanctionnés pour manquement dans l’exercice de leurs fonctions

Un wali, six gouverneurs et six secrétaires généraux suspendus


S.M le Roi Mohammed VI  a reçu, lundi au Palais Royal à Casablanca, le chef du gouvernement, le ministre de l’Intérieur et le premier président de la Cour des comptes, en présence de Fouad Ali El Himma, conseiller du Souverain.
 Cette audience intervient suite aux Hautes instructions données auparavant par le Souverain lors de l’audience qui leur avait été accordée le 24 octobre 2017, en rapport avec l’évaluation de l’action des centres régionaux d’investissement (CRI), par la Cour des comptes, et les investigations nécessaires entreprises au niveau national par le ministère de l’Intérieur concernant les responsables, tous grades confondus, relevant de ce département.
A cette occasion, Driss Jettou a présenté à Sa Majesté le Roi un rapport comportant les conclusions des investigations menées par la Cour des comptes concernant l’évaluation de l’action des centres régionaux d’investissement. Ces investigations, menées dans le cadre d’une approche de concertation avec les différentes institutions concernées, ont permis de relever les anomalies qui empêchent ces centres de remplir leur mission fixée par la Lettre Royale adressée au Premier ministre en date du 9 janvier 2002.
Ainsi, ces conseils ont pu réaliser des résultats significatifs notamment en rapport avec leur rôle dans la création d’entreprises. Toutefois, ils ont été moins performants en ce qui concerne l’accompagnement et l’aide aux investisseurs. Dans ce cadre, il est relevé particulièrement l'absence de suivi post-création, la non-assistance aux petites et moyennes entreprises, outre l'absence de données actualisées ou d'études détaillées sur l'investissement et sur le potentiel économique des régions, ainsi que l’inefficience de la commission régionale d'investissement.
Il s’avère alors essentiel pour les CRI de se défaire de l’approche purement bureaucratique qui caractérise leur action pour se pencher sur le traitement des dossiers qui leur sont soumis au niveau local au lieu de les renvoyer, de manière non justifiée, aux services centraux à Rabat, et de s’approprier totalement leurs missions impliquant esprit d’initiative, proactivité et mobilisation des potentialités.
Parallèlement à cela et pour assurer un suivi permanent du dispositif national d’aide à l’investissement, il convient de mettre en place la commission de haut niveau, prévue par la Lettre Royale de 2002, chargée de préparer les mesures nécessaires à la mise en œuvre de la réforme de l’investissement et du suivi de son application.
Dans ce cadre, Sa Majesté le Roi a donné ses Hautes instructions au chef du gouvernement afin d’œuvrer avec l'ensemble des secteurs concernés et avec la Cour des comptes en vue de soumettre à la Haute appréciation Royale, dans un délai ne dépassant pas deux mois, les propositions relatives à la réforme et à la mise à niveau des centres régionaux d'investissement pour qu’ils accomplissent leurs missions d’incitation à l'investissement, de promotion du développement, d'exploitation des grandes potentialités d'investissement qu’offre l'économie nationale et d'accompagnement du développement que connaît le Maroc.
S.M le Roi a insisté également sur la nécessité d’accorder un intérêt particulier à la formation des directeurs et des cadres de ces centres et leur qualification pour être à la hauteur des missions qui leur sont assignées afin de relever les défis du développement, sur le plan local et national, dans notre pays.
Sa Majesté le Roi a mis l’accent en outre sur la nécessité pour les centres régionaux d’investissement d’accorder une attention particulière aux petites et moyennes entreprises, de les accompagner et d’apporter l’écoute nécessaire à leurs ambitions, afin de contribuer à transcender les obstacles qu’elles affrontent et garantir ainsi leur développement, eu égard à leur importance et leur rôle dans la promotion du développement et la création de l’emploi.
Sa Majesté le Roi a rappelé que ces centres doivent accorder une attention égale aussi bien aux petites et moyennes entreprises qu’aux grandes entreprises, sachant que certaines grandes sociétés disposent d’interlocuteur institutionnel représenté par la commission nationale des investissements, présidée par le chef du gouvernement, en plus du fait qu’elles disposent de structures efficaces et de mécanismes particuliers de suivi et d’évaluation.
Par la suite, le ministre de l’Intérieur a soumis à Sa Majesté le Roi les résultats des investigations menées par le ministère, en se basant sur les enquêtes et les rapports de terrain relatifs au suivi continu de l’action des agents d’autorité.
Ces investigations ont relevé des cas de manquement dans l’exercice de la responsabilité chez un certain nombre d’agents d’autorité de différents grades. Il s’agit de :
. Un wali,
· Six gouverneurs,
· Six secrétaires généraux,
· 28 pachas, chefs de cercle et chefs de district urbain,
· 122 caïds,
 · 17 khalifas
 En application du principe constitutionnel de reddition des comptes à l’encontre de tous ceux qui auront manqué à leurs devoirs et responsabilités professionnels, le ministre de l’Intérieur a soumis à l’appréciation Royale des propositions de mesures disciplinaires à l’endroit des responsables concernés, comme suit:
1- Pour le wali et les six gouverneurs : suspension de leurs fonctions et leur traduction devant les conseils disciplinaires compétents,
2- Pour les responsables appartenant aux autres grades d’agents d’autorité : suspension de leurs fonctions de 86 agents d’autorité en attendant de les traduire devant les conseils disciplinaires compétents pour prendre les sanctions adéquates,
3- Des blâmes à l’encontre de 87 agents d’autorité,
Dans ce cadre, Sa Majesté le Roi a donné ses Hautes instructions pour prendre les mesures légales qui s’imposent à ce sujet.

 

Mercredi 13 Décembre 2017

Lu 1050 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés