Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hausse persistante des importations de biens

Accroissement, en glissement annuel, du déficit commercial de 2,4% à 154,5 milliards de dirhams




«Les échanges extérieurs des biens au titre des neuf premiers mois de 2019 font ressortir une hausse, en glissement annuel, du déficit commercial de 2,4% à 154,5 milliards de dirhams », selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).
Le creusement du déficit commercial s’est poursuivi, en relation avec la hausse persistante des importations, notamment des biens d’équipement, des produits finis de consommation et des demi-produits, a relevé la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de novembre 2019 soulignant une hausse conjointe des exportations de 3,5% et des importations de 3,1%.
En détail, les exportations de biens se sont élevées à 211,4 milliards de dirhams au terme des neuf premiers mois de l’année, grâce particulièrement aux contributions positives des secteurs de l’agriculture et agroalimentaire, de l’automobile, de l’aéronautique et dans une moindre mesure des phosphates et dérivés, a souligné ce Département relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration.
En effet, les exportations du secteur de l’agriculture et agroalimentaire se sont améliorées de 5,4% pour se situer à 45,1 milliards de dirhams à fin septembre 2019, soit 21,3% des exportations totales et contribuant à hauteur de 32% à leur accroissement.
Premier secteur exportateur du Maroc avec une part de 26,7%, « les ventes à l’étranger du secteur automobile ont enregistré un accroissement de 4,1% pour s’établir à 56,4 milliards de dirhams, recouvrant une hausse des exportations du segment câblage de 6,3% à 23,8 milliards de dirhams et un léger recul de celles du segment construction de 0,3% à 25,1 milliards », a souligné la Direction. Tandis que les expéditions du secteur de l’aéronautique ont enregistré une hausse de 9,9% pour atteindre 11,8 milliards de dirhams.
Concernant les exportations de phosphates et dérivés, les données analysées font état d’une légère hausse de 0,4% pour atteindre 38,6 milliards de dirhams, représentant 18,2% des exportations totales.
Sur le registre des baisses, la DEPF a relevé des baisses au niveau des exportations du secteur du textile et cuir, qui ont reculé de 1% pour se situer à 28,3 milliards de dirhams, soit 13,4% des exportations totales ; et des exportations des secteurs de l’électronique, des autres extractions minières et de l’industrie pharmaceutique qui ont accusé respectivement des replis de 6,1%, 9,1% et 1%.
Les importations de biens se sont établies à 365,9 milliards de dirhams à fin septembre 2019, en raison essentiellement de l’accroissement des importations de biens d’équipement, des produits finis de consommation et de demi-produits.
Selon la DEPF, les achats des biens d’équipement qui représentent le premier poste des importations avec une part de 25,9%, ont connu un accroissement de 8,9% pour atteindre 94,8 milliards de dirhams, contribuant ainsi à hauteur de 71,6% à la hausse des importations totales. Tandis que les importations des produits finis de consommation se sont accrues de 4,3% à 83,2 milliards de dirhams au cours de la même période.
Quant aux importations de demi-produits, il ressort des chiffres présentés qu’elles ont enregistré une hausse de 4,3% à 77,5 milliards de dirhams, notamment celles des demi-produits en fer ou en aciers non alliés (+82,2%) et des fis, barres et profilés en fer non alliés (+24,1%). Tout comme les importations des produits alimentaires ont enregistré une hausse de 1,8% à 35,5 milliards de dirhams, a indiqué la DEPF précisant que cette évolution incorpore une hausse des importations de maïs de 12,7% et de thé de 15,9%.
Du côté des baisses, on retiendra le recul des approvisionnements en produits énergétiques de 4,5% à 58 milliards de dirhams, soit 15,9% des importations totales, en relation avec le retrait des importations de l’énergie électrique (-93,3%) et de gas-oil et fuel-oil (-3,9%) ; et celui des achats des produits bruts de 8,5% à 16,6 milliards de dirhams, recouvrant une baisse de ceux du minerai de cobalt (-59%) et de l’huile d’olive brute ou raffinée (-75,5%).
En dépit du creusement du déficit commercial, il apparaît que « le taux de couverture des importations par les exportations a affiché une amélioration de 0,3 point pour atteindre 57,8%, consécutivement à la hausse relativement plus importante des exportations, impulsée, particulièrement, par la dynamique des métiers mondiaux du Maroc », a fait savoir la DEPF notant que les réserves internationales nettes permettent de couvrir 5 mois d’importations de biens et services.

 

Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d’euros

Le Maroc a émis jeudi un emprunt obligataire sur le marché financier international pour un montant de 1 milliard d'euros, assorti d'une maturité de 12 ans et d'un spread de 139,7 pb, soit un taux d'intérêt de 1,5%, a annoncé le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration.
Cette émission qui a marqué le retour du Royaume sur le marché financier international après une absence de 5 ans a connu "un succès remarquable auprès des investisseurs internationaux", indique le ministère dans un communiqué.
Outre le rendement qui constitue le niveau le plus bas jamais obtenu par le Maroc sur le marché international, cette émission a bénéficié du carnet d’ordre le plus important par sa taille pour une transaction en euro du Maroc dépassant les 5,3 milliards d’euros au cours de la transaction avec plus de 285 investisseurs impliqués, fait savoir le ministère.
"Ce succès confirme la confiance dont jouit le Maroc auprès des grandes institutions financières internationales et des agences de notation", se félicite la même source, notant que cette émission fait suite à un roadshow d’une semaine mené par le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, accompagné d’une délégation de la Direction du Trésor dans les principales places européennes, rapporte la MAP.
La délégation a ainsi visité Paris, Zurich, Londres, Francfort et Amsterdam/La Haye et a tenu une trentaine de réunions avec plus de soixante investisseurs dont des gestionnaires de fonds, des assureurs et des fonds de pension.
"Au cours de ce roadshow, les investisseurs ont apprécié en particulier la stabilité politique dont jouit le Royaume, la résilience de son cadre macroéconomique confirmée par le maintien de la notation Investment Grade depuis plus d’une décennie, ainsi que la portée des réformes menées sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi, qui augure d’un renforcement des perspectives économiques du Maroc", lit-on dans le communiqué.
Cette émission a été réalisée au format 144A/RegS afin de permettre la participation des investisseurs aussi bien européens qu’américains, note la même source.

Alain Bouithy
Lundi 25 Novembre 2019

Lu 1612 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.