Guy Mbenza : C’est une joie et une fierté d’être champion du Maroc et d’Afrique et meilleur buteur sur la même saison


Alain Bouithy
Jeudi 7 Juillet 2022

Guy Mbenza : C’est une joie et une fierté d’être champion du Maroc et d’Afrique et meilleur buteur sur la même saison
Buteur attitré du Wydad de Casablanca, Guy Mbenza a terminé sa saison avec une triple consécration : meilleur buteur, champion du Maroc et  d’Afrique (Ligue des champions de la CAF). Une saison bien riche pour le jeune attaquant congolais qui entend se fixer un nouveau cap et  relever de nouveaux défis.
 
Libé : Actualité oblige, le Maroc accueille jusqu’au 23 juillet la CAN féminine de football. Avez-vous le temps de suivre cette compétition. Sinon, qu’en pensez-vous ?
Guy Mbenza : Bien sûr ! J’ai suivi le match qui a opposé l’équipe du Cameroun à celle de la Zambie, par exemple.  Je pense que la compétition se déroule bien dans l’ensemble et surtout dans de bonnes conditions. Maintenant, que le meilleur gagne !

Vous avez terminé en tête des buteurs du championnat avec 16 réalisations au titre de la saison 2021-2022. Vous attendiez-vous à un tel exploit ?
Je m’y attendais un peu puisque c’était l’un de mes objectifs en arrivant au Maroc. Quoi qu’il en soit, je suis très content de l’avoir atteint d’autant plus qu’un travail avait été mis en place en amont pour y parvenir. Je peux dire que c’est le fruit de cet effort qui m’a permis de réaliser cet exploit.

Le WAC a été l’auteur d’une double consécration cette année : champion du Maroc et champion d’Afrique. Comment avez-vous vécu ce doublé ?
D’abord, je suis très content pour ces deux sacres. C’est une joie et une fierté d’être champion du Maroc et d’Afrique et meilleur buteur sur la même saison. C’est dire qu’il faudrait maintenant que je passe à un autre cap. Je pense que le travail ne doit pas s’arrêter là parce qu’il y a encore du lourd devant. C’est dire que je dois me fixer d’autres objectifs et défis à relever.

Que pensez-vous du championnat marocain ? Quelle image aviez-vous du WAC avant d’y évoluer ?
C’est un bon championnat. Certainement le premier du continent africain avec un bon niveau.
Quant au WAC, quand bien même je connaissais déjà le club, je ne regardais pas pour autant régulièrement ses matches. En revanche, je savais que deux excellents joueurs congolais figuraient parmi ses effectifs : Fabrice Ondama et Lys Mouithys.
Je me souviens d’avoir été très bien accueilli aussi bien par les dirigeants du club que par mes coéquipiers à mon arrivée.
L’amour qu’a manifesté le public wydadi à mon égard, c’est quelque chose qui m’a vraiment touché
Le passage de vos deux compatriotes chez les Rouges a-t-il pu influencer ou faciliter votre intégration au sein du club?
C’est certain. Mais j’ajouterai qu’il y avait aussi d’autres raisons personnelles. Pour dire vrai, je suis arrivé au WAC avec l’intention de faire mieux, sachant que mes aînés Fabrice Ondama et Lys Mouithys ont donné le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils y évoluaient et ont laissé d’excellents souvenirs. Autant dire que je n’avais pas droit à l’erreur.

Parlons du derby Raja-WAC. Comment prépariez-vous les rencontres avec ce club aussi redoutable que le vôtre ? Ressentiez-vous des appréhensions avant les confrontations ?
(Sourire). En ce qui me concerne, j’ai toujours préparé les matches du derby comme tout autre match. Je veux dire par là que la pression face au Raja a toujours été la même que celle que je ressentais lors des rencontres avec toutes les autres équipes du championnat. Mais il est vrai que cela reste quand même un derby avec tout ce que cela induit.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué tout au long de cette saison ?
L’amour qu’a manifesté le public wydadi à mon égard, c’est quelque chose qui m’a vraiment touché. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle je devais redoubler d’efforts, sortir toute l’artillerie. Je ne sais pas si les supporters des autres clubs manifestaient autant d’enthousiasme à l’égard de leurs joueurs, mais ceux du WAC sont formidables.

Comment qualifieriez-vous vos rapports avec vos coéquipiers ?
D’abord, ils m’ont bien accueilli à mon arrivée, tout comme le staff. Ensuite, on entretient de bons rapports : on s’entend bien, on s’appelle souvent et il arrive qu’on se fasse des restos avec certains d’entre eux.

Selon certaines indiscrétions, vous seriez sollicité par plusieurs clubs, notamment égyptiens. Vrai ou pas, avez-vous déjà un projet pour la saison prochaine ?
Je n’ai reçu pour le moment aucune offre concrète. Je ne saurais donc vous dire que je suis sollicité ici ou là. Mais rien n’est exclu.

Les Diables rouges du Congo, dont vous faites partie, passent des moments difficiles depuis quelques années. Comment vivez-vous les difficultés de la sélection nationale congolaise ?
Il faut tout d’abord dire que c’est une équipe en pleine construction et qu’un staff s’en charge. Après, je suis persuadé qu’on finira par arriver à construire notre équipe.
Je n’ai reçu pour le moment aucune offre concrète. Mais rien n’est exclu
Ressentez-vous une motivation, un enthousiasme lors de vos échanges avec les collègues de l’équipe nationale ?
Bien sûr que la motivation y est. Il n’y a qu’à se référer au dernier match où l’on a gagné 1-0 face à la Gambie, après une petite réunion avec tous les Diables rouges. On s’est dit qu’on ne pouvait pas continuer de collectionner des défaites et qu’il fallait coûte que coûte reprendre le chemin de la victoire. Parce que tous ces échecs devenaient insupportables tout comme les critiques du public qui n’en pouvait plus de nos défaites. Je pense que nous allons continuer sur cette lancée lors de la prochaine rencontre des éliminatoires de la CAN.
Quoi qu’on en pense, je crois que le travail qui a été mis en place commence à donner des fruits, soyons juste un peu patients pour les apprécier.

Que vous suggère le niveau du football africain ?
Pour en parler, je citerai le cas du Maroc dont les infrastructures sont proches de celles que l’on trouve en Europe. Il y a de magnifiques stades et un public nombreux et enthousiaste.

Propos recueillis par Alain Bouithy


Lu 3613 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.