Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grève de la faim à l’Université de Fès

Après les promesses, les étudiants attendent les confirmations officielles




Il fallait réagir vite … avant qu’il ne soit trop tard ! La situation qui prévalait au campus universitaire Dhar Mehraz de Fès était devenue alarmante. Les six étudiants qui observaient une grève de la faim étaient arrivés au trente-huitième jour… ! Sans que personne ne s’inquiète de leur état de santé ni de leur devenir. L’entame jeudi d’un dialogue entre les étudiants d’une part et une délégation de la présidence de l’université de l’autre était un signe de déclenchement d’une réelle crise qui allait mener au pire. En effet, l’état de santé des grévistes était détérioré et un dialogue s’avérait nécessaire, voire indispensable pour sauver la vie des six jeunes hommes.
Pour ce qui est de l’objet du dialogue et de la grève de la faim, le mouvement estudiantin avait listé une série de doléances qui rentrent dans l’ordre des revendications normales : transport, restauration, logement et d’autres volets pédagogiques normaux.
Les sources estudiantines affirment que les responsables de la présidence de l’université ont promis de satisfaire la majorité des doléances pédagogiques. Quant aux revendications relatives au transport, la société «City bus» a également fait la promesse mercredi de résoudre les problèmes dont souffrent les étudiants.
Les étudiants grévistes, dont un a été évacué dans un état grave jeudi à l’hôpital, se disent prêts à arrêter ce mouvement protestataire, à condition de répondre favorablement aux doléances des étudiants et de publier toutes les promesses dans un communiqué officiel. Donnant pour preuve les antécédents des dernières années, au cours desquelles les responsables n’avaient jamais tenu leurs promesses.
Pour l’instant, l’heure est à l’expectative, les jeunes font des crises de temps à autre et un drame pourrait avoir lieu d’un moment à l’autre. En attendant un communiqué officiel de la part de la présidence de l’université pour dissiper les doutes, mettre fin à un mauvais feuilleton et permettre aux étudiants de reprendre leurs examens … calmement !

Mustapha Elouizi
Samedi 2 Juin 2018

Lu 1037 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés