Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Gad Elmaleh et le mirage américain


Chady Chaabi
Mardi 31 Août 2021

“Pour un étranger, faire carrière dans le stand-up aux Etats-Unis, c’est comme si quelqu’un voulait fabriquer une voiture en Allemagne, ouvrir une usine de pâte en Italie, aller en France faire du vin, écrire une pièce de théâtre en Angleterre. Ou encore partir en Chine pour inventer un nouveau genre de communisme. Venir aux USA pour faire du stand-up, c’est se retrouver face à des gens habitués à l’excellence. Donc si j’étais à ta place, avec le succès que tu as en France, je ne bougerai pas”. Dans cet extrait du documentaire “10 minutes in America” consacré à l’aventure outre-Atlantique de Gad Elmaleh dans l’univers du stand-up new-yorkais, la légende vivante de l'humour, Jerry Seinfeld, a tenté de dissuader le comédien marocain de manière subtile, sans le blesser. Mais le message était on ne peut plus clair. Pourtant, Gad Elmaleh en a fait fi, malgré des débuts plus que mitigés. Il a même poussé le bouchon encore plus loin. Même beaucoup trop loin. Après “American dream”, un premier spectacle en anglais, où il parcourt avec plus ou moins de succès les use et coutumes américains, le natif de Casablanca a pour ambition de remettre le couvert avec un nouveau one man show intitulé «D’ailleurs», certainement motivé par la récompense du Comedy Special of the Year récompensant “Amercian dream” produit par Netflix. Mais s’il a le droit de s'enorgueillir d'avoir raflé la mise à des stars telles que John Mulaney, Chris Rock ou Hannah Gadsby, il n’en reste pas moins que l’histoire entre Gad Elmaleh et les Etats-Unis est loin d'être idyllique. Au vrai, Gad Elmaleh n’a jamais réussi à percer aux Etats-Unis. La mayonnaise n’a jamais pris. Et cela ne risque pas d’arriver de sitôt. De toute façon, il a l’air résigné. Pour preuve, “D’ailleurs”, le second spectacle en anglais, sera interprété par Gad en tournée dans toute la France à partir du mois de septembre, alors que le premier a été diffusé sur Netflix. Bref, à l’évidence, l’histoire d’amour entre Gad Elmaleh et les Etats-Unis s’est terminée avant même d’avoir commencé, malgré toute la bonne volonté du monde. Une telle issue était prévisible. Mais depuis le scandale de plagiat qui l’avait éclaboussé en 2019, elle est devenue inévitable. L’auteur cinquantenaire a été épinglé par la chaîne YouTube CopicComic qui avait mis en lumière dans une vidéo d’importantes similitudes entre ses blagues et celles de plusieurs humoristes américains français et québécois, parmi lesquels, Patrick Huard et Martin Matte. Pis, Gad Elmaleh n’a pas eu froid aux yeux quand il a piqué, 20 ans plus tard, le sketch sur les hôtesses de l’air de l’Américain Jerry Seinfeld. Certes, en grand seigneur, l'humoriste américain n’en a pas pris ombrage en expliquant avoir rencontré “Gad Elmaleh il y a 12 ans, et je l’ai tout de suite reconnu comme un vrai humoriste. Allez le voir, il est formidable” mais le mal était déjà fait. Ainsi dire que la carrière de Gad Elmaleh en a pris un sacré coup relève du doux euphémisme. Et son mea culpa n’y a rien fait : “C'était un épisode douloureux, mais j’ai une part de responsabilité, je n’aurais pas dû être dans l’orgueil. Cet épisode fut instructif et m’a fait grandir”. Mais pas que. Dans cette affaire, Gad Elmaleh a perdu de nombreux fans et une crédibilité, peut-être à jamais. En tout cas, il tente de se relever. Mais c’est tout sauf gagner.


Lu 1031 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Août 2022 - 10:22 Moga Festival de retour à Essaouira