Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fin de l’aventure africaine du Wydad

Cap sur la Coupe arabe




La campagne du Wydad en Ligue africaine des clubs champions a pris fin au stade des quarts de finale. Vendredi soir au Complexe Mohammed V à Casablanca, les Rouges ont été tenus en échec (0-0) par les Algériens de l’Entente de Sétif au grand dam de leur public qui croyait dur comme fer en une qualification au dernier carré.
Défaits à l’aller à Sétif sur la courte marque de 1 à 0, les Wydadis se devaient de remporter cette seconde manche par deux buts d’écart. Un scénario qui n’a pas pris forme même si l’on a eu droit à un match à sens unique avec des joueurs du WAC, poussés par un peu plus de 40.000 spectateurs, qui ont abordé la partie pied au plancher.
Sauf que dominer ne veut rien dire en football, surtout lorsque l’attaquant attitré du club excelle dans le ratage des occasions toutes faites. Et si certains n’ont pas manqué d’encenser le gardien de but sétifien, Zeghba, pour sa prestation, il faut dire que William Jebor s’est «appliqué» dans son dernier geste à lui offrir des ballons à sa portée. Seul le headding de Mohamed Nahiri avait obligé Zeghba à sortir une belle parade pour conserver sa cage inviolée.
De là à prendre le coach provisoire du WAC, Abdelhadi Sektioui, pour premier responsable de cette élimination, serait déplacé, dans la mesure où son schéma tactique a permis à ses poulains de brûler la politesse à l’arrière-garde sétifienne et de se créer bon nombre d’occasions lamentablement manquées.
Lors de la conférence de presse d’après match, Sektioui n’a pas mâché ses mots, s’en prenant aux personnes qui le considéraient comme un bon entraîneur lorsqu’il gagnait le Wydad et le Raja à Casablanca, alors que maintenant, c’est l’étiquette de mauvais qu’on lui colle. Et d’ajouter que l’équipe avait tout essayé ; le match aurait pu se terminer sur un score fleuve mais la malchance a été au rendez-vous.
Pour sa part, l’entraîneur de l’Entente de Sétif, Rachid Taoussi, aux anges après cette qualification obtenue au détriment du tenant du titre, a fait savoir qu’il a dû changer au fil du match sa tactique en vue de stopper le danger des Rouges qui provenait des latéraux.
Outre l’élimination du WAC, ce tour des quarts a été fatal à un autre sacré morceau du football continental. Il s’agit du TP Mazembe de la RD Congo, sorti par les Mozambicains de Club Desportivo de Agosto (Aller : 0-0, retour : 1-1) qui affronteront au dernier carré l’Espérance de Tunis tombeur de l’autre formation tunisienne de l’Etoile du Sahel après s’être imposé en deux temps : 2-1 à Radès et 0-1 à Sousse.
Le quatuor demi-finaliste a été complété par les Egyptiens d’Al Ahly qui n’ont pas trop fait dans les détails, s’offrant les Guinéens de Horoya Conakry sur le large score de 4 à 0.
La page de la Ligue des champions tournée, le Wydad devra se concentrer sur la Coupe arabe et le match des 32èmes de finale aller prévu à 19 heures au complexe Mohammed V face à la formation libyenne d’Ahly Tripoli.
 

Mohamed Bouarab
Lundi 24 Septembre 2018

Lu 513 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:51 Les Verts raflent la mise