Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Feuille de route pour une rentrée scolaire marquée par le Covid-19




Feuille de route pour une rentrée scolaire marquée par le Covid-19
Malgré tous les efforts entrepris pour lutter contre le Coronavirus et tous les résultats positifs enregistrés pour le juguler, il est prématuré de parler de la fin de la pandémie.Or, en l’absence d’une visibilité claire sur la progression du fléau, les décideurs pédagogiques  se trouvent face à une situation pour le moins inédite qui les a mis en difficulté. Une crise sans précédent dans les annales de l’école actuelle  qui laisse désemparées les autorités pédagogiques compétentes. Une chose est désormais indéniable, le retour à la normale n’est pas pour demain et les intervenants éducatifs sont amenés à cohabiter avec une réalité dont ils ignorent les tenants et aboutissants et à faire preuve d’originilaté et d’inventivité. Comment donc garantir la continuité pédagogique sans pour autant porter préjudice à la santé publique ? Quelles mesures devrions-nous prendre pour contenir la propagation de l’épidémie tout en gardant intactes les chances de réussite de tous les apprenants ? Et quelles approches envisager pour s’adapter à cette nouvelle réalité ?
Le gouvernement marocain vient de décréter le début du déconfinement, néanmoins, l’éclipse  du Covid-19 est loin de se profiler à l’horizon, ce qui signifie substantiellement que les gestes barrières à l’école seront toujours de mise à la rentrée scolaire en vue, et qu’il faudrait en premier lieu penser des classes à 15 élèves seulement, ce qui est dans le fait tout simplement irréalisable étant donné la conjoncture économique actuelle ne permettant pas un recrutement massif d’enseignants. Pour mettre à exécution des classes à effectifs réduits, il est impératif de trouver des solutions innovantes susceptibles de mobiliser au moindre coût toutes les ressources à disposition, mais aussi de capitaliser à l’optimum l’expérience accumulée lors du confinement concernant l’enseignement à distance, l’objectif principal étant d’assurer la continuité pédagogique à géométrie égale au profit de tous les apprenants où qu’ils soient.
Standardisation et uniformisation seraient alors les maîtres-mots pour mener à bien cette opération de telle façon à garantir le principe de l’égalité des chances. A cet effet, un seul organisme du Elearning est à instaurer afin de chapeauter la création de  ressources numériques égalitaires, fiables, conformes, valides, attirantes et efficientes. Cette instance devrait aller vers davantage de professionnalisation  de manière à interpeller l’apprenant dans son émotivité et sa curiosité. 
Il va sans dire que l’ensemble des acteurs pédagogiques devraient être d’une volonté sans faille qui mettrait en avant l’intérêt des apprenants, et ce pour ne pas confisquer leurs chances de réussite et leur besoin d’acquérir des savoirs et des savoir-faire. 
Vis-à-vis de cette situation complexe, des mesures atypiques devraient être adoptées à l’orée de la prochaine rentrée scolaire :
1. Des classes à effectifs réduits :
En prévision de la prochaine année scolaire, la première barricade contre l’expansion de la maladie est vraisemblablement de  réduire la masse horaire impartie à chaque classe et à chaque matière  de telle façon à ne garder que les connaissances de base qui sont à définir avec précision pour chaque cycle et pour chaque niveau. Cette opération mène à annuler temporairement certaines matières en relation peu directe avec la filière d’appartenance de l’élève. A terme, cette mesure conduirait à un enseignement à temps partiel dans lequel l’accent sera mis sur «l’essentiel», c'est-à-dire les compétences minimales obligatoires que devrait acquérir chaque élève au bout d’une année scolaire. A cet effet, il est utile d’établir un descriptif exhaustif des capacités et leçons  pour tout niveau et filière. Il s’agit en fait de ne ramener l’apprenant à l’école que si sa présence est vraiment nécessaire. En parallèle, les heures de travail en ligne devraient être comptabilisées comme des heures de travail officiel avec la mise au point de tout l’arsenal juridique nécessaire pour réglementer l’enseignement à distance. Ce choix est en adéquation avec les orientations du ministère de l’Education qui prône un allègement progressif des curricula de telle façon à se focaliser sur les compétences principales.
Afin de favoriser l’émergence dans nos locaux d’un enseignement à temps partiel, il est pertinent d’adopter la pédagogie inversée. La pédagogie  inversée est un type d'apprentissage mixte où les apprenants s'exercent en classe à mettre en pratique ce qu’ils ont initialement appris à la maison. C’est une démarche pragmatique qui met l’accent sur le volet actionnel de l’enseignement tout en rendant responsable et partie prenante le rôle de l’élève dans la conception et la réalisation des contenus pédagogiques, ce qui facilite le processus d’assimilation, puisque les élèves ont tendance à mieux comprendre ce qu’ils ont eux-mêmes contribué à expliquer et à réaliser.Cette pédagogie permettra de faire gagner du temps en rendant  l'élève l'acteur de ses propres apprentissages en faisant de lui le concepteur de sa propre formation. Une redistribution des rôles va de pair avec cette approche qui transforme ainsi l'enseignant en modérateur, en orienteur, l'élève en pair, en tuteur et en agent principal de son éducation et le savoir en un support  d'autoapprentissage.  
Le travail de l'enseignant devient ainsi ciblé et libéré de toutes les étapes qui épuisent son temps et focalise son attention sur ce qui est jugé plus pertinent sur une échelle de priorité, à savoir les activités pratiques, les applications et les travaux dirigés, qui constituent autant d'activités permettant de vérifier le degré de réalisation des compétences visées.
De surcroît, une fois n’est pas coutume, pour avoir une moyenne de 15 élèves par classe, il est possible de recenser les cas d'élèves dont la santé est fragile et qui préfèrent bénéficier de l'enseignement à distance uniquement. Ces derniers peuvent ne venir en classe qu'en cas du contrôle qu'il faut programmer à l’avance dans une salle spacieuse dans les mêmes conditions de l'examen.
Plus encore, on pourrait mettre au point, dans chaque établissement scolaire, un dispositif de veille qui permettrait exclusivement et momentanément aux parents de garder à la maison les enfants dont la santé psychique serait instable, si telle est leur volonté, sans justificatif aucun avec l'obligation d'établir un cahier de suivi pédagogique et sanitaire rempli à distance par les enseignants, qui tracerait la progression des élèves tout en invitant les surveillants généraux à mettre au point un compte rendu mensuel des remarques signalées par les profs ;
Dans le même sens, plusieurs autres gestes barrières peuvent être adoptés :
- Observer une phase transitoire d'acclimatation des élèves avec les gestes barrières ;
- Annuler les activités parascolaires qui causeraient des rassemblements et encourager la créativité à distance ;
- Encourager les déplacements en petits groupes au sein des établissements scolaires ;
- Permettre de donner des leçons dans des espaces ouverts disponibles  au sein de l’établissement scolaire (un jardin, la cour, une esplanade, une terrasse, terrains de sport…) ;
- Redéfinir temporairement un espace minimal requis pour chaque élève qui ne favoriserait pas la contagion ;
- Bénéficier des locaux publics vastes voisins tels que les amphithéâtres pour donner des leçons au plus grand nombre ;
- Supprimer les pauses et intercours entre les heures et se contenter d’une pause toutes les deux heures, et décaler les déplacements des élèves tout en programmant avec précision l’entrée et la sortie de chaque classe et écarter des devantures des établissements scolaires les marchands ambulants…

2. Alternance enseignement en 
présentiel et à distance :
Le tout à distance a montré ses limites car le face à face prof-élève est un facteur de motivation extrinsèque indispensable pour ce dernier. La classe virtuelle n'est pas contraignante ne serait-ce que parce que le vide législatif ne permet pas de réglementer la relation d'enseignement apprentissage. A l’heure actuelle, le mieux serait de procéder, comme le stipule la charte nationale, à l'intégration partielle et graduelle du télé-enseignement grâce aux techniques d’enseignement et de communication pour l’enseignement dites TICE.L'ingénierie pédagogique devrait veiller à ce que les activités du télé-enseignement soient définies d'une manière claire et nette.
A tout prendre, ce fléau pourrait s’avérer une aubaine dans la mesure où il pourrait renforcer la  mobilisation pour une école  moderne, adaptée aux besoins réels de la société et marquée du sceau de l’efficience.

  *   adildaigham77@gmail.com

Adil Daigham *
Mercredi 1 Juillet 2020

Lu 1156 fois


1.Posté par Rachid le 30/06/2020 22:30
Il est vrai que la rentrée ne sera nullement aisée. A en croire l'OMS, le futur proche n'est prometteur d'aucune amélioration dans la situation épidémiologique, d'où la nécessité de la mobilisation de mesures ralliant le souci hygiénique à l'urgence d'une relance économique et sociale. L'article prospecte, combien éloquemment, les alternatives susceptibles de pérenniser les acquis en matière d'enseignement à distance, tout en mettant l'intérêt de l'élève ainsi que sa santé psychique et physique au coeur des préoccupations pédagogiques .

2.Posté par Badi le 30/06/2020 22:48
Toutes mes Félicitations Mr.Adil.
Enfin un prof qui ose marquer le pas et donner au lecteur un avant-goût de la prochaine rentrée scolaire en proposant des solutions pratiques qui peuvent aider au bon fonctionnement de notre système éducatif qui sera certainement entravé par le Covid19.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif