Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enquête judiciaire sur l'opération collective d'émigration illégale vers le préside occupé de Sebta


Le service préfectoral de la police judiciaire de Tétouan a ouvert, mardi, une enquête pour identifier l'ensemble des personnes impliquées dans l'organisation d'une opération collective d'émigration illégale via les voies maritimes, depuis le large de Fnideq. Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a souligné que l'enquête concerne 23 candidats à l'émigration illégale remis par les services sécuritaires espagnols après leur arrivée à Sebta par voie maritime. Ces candidats ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent pour élucider les motifs et les circonstances entourant cette affaire, et déterminer ses éventuels liens avec les réseaux d'émigration illégale, conclut la DGSN. Par ailleurs, l'Espagne a conclu un accord avec le Maroc pour renvoyer dans leur pays la centaine de migrants marocains arrivés dimanche à la nage, a indiqué l'AFP en citant la préfecture dudit préside. "Les expulsions ont commencé ce matin" et concernent "entre 100 et 120" personnes, tous "Marocains" et "adultes", a affirmé cette préfecture à l'AFP. Dimanche, une centaine de migrants se sont jetés à l'eau près de la ville marocaine de Fnideq (aussi appelée Castillejos), afin de rejoindre Sebta située à quelques kilomètres. "Ce n'est pas habituel, il peut y avoir des groupes de 3, 4 ou 5, mais autant, non", a souligné la Guardia civil espagnole. La plupart ont été secourus en mer par les autorités espagnoles, et trois personnes ont été hospitalisées pour hypothermie. Des migrants venus du Maroc tentent régulièrement de rejoindre par la mer ledit préside occupé, séparé du reste du Maroc par une immense barrière de sécurité. Sebta et Mellilia, l'autre préside occupé situé sur la côte marocaine sont régulièrement le théâtre de tentatives de passages en force de migrants.

Libé
Jeudi 29 Avril 2021

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS