Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En recrutant Donnarumma, le PSG assure ses arrières


En recrutant Donnarumma, le PSG assure ses arrières

Gianluigi Donnarumma, le héros de l'Italie à Paris! Le PSG a fait monter la température d'un mercato d'été bouillant mercredi en recrutant pour cinq saisons le gardien italien, tout frais champion d'Europe à 22 ans, un pari d'avenir qui pose question à court terme.

Une envergure tentaculaire (1,96 m), titulaire avec l'AC Milan depuis qu'il a 16 ans et demi, installé au sein de la Nazionale avec laquelle il vient de remporter l'Euro en étant élu meilleur joueur... "Donna" affiche déjà le CV d'un très grand gardien.

Alors, quand son contrat est arrivé à expiration avec l'équipe lombarde, le PSG a sauté sur l'occasion, même si le poste de gardien semblait déjà blindé avec l'excellent Keylor Navas (34 ans).

"Je sais que Gianluigi recevra un accueil chaleureux de la part de tout le monde au club, y compris de ses coéquipiers, de notre staff et de tous les supporters parisiens", a déclaré le président parisien Nasser Al-Khelaïfi, cité dans un communiqué. Quant au nouveau venu, il s'est dit "prêt à relever ce nouveau défi, et continuer à grandir ici".

Comme pour Georginio Wijnaldum, arrivé libre de Liverpool, ou Sergio Ramos, en fin de contrat au Real Madrid, Donnarumma vient renforcer un effectif taillé pour remporter la Ligue des champions, sans que le club n'ait eu à verser d'indemnités de transfert.

Côté salaire, la presse italienne évoque des émoluments entre 8 et 12 millions d'euros par saison, ce qui ferait de l'Italien l'un des joueurs les mieux payés de l'effectif.

Pour Paris, c'est le prix à payer pour s'assurer la présence d'un gardien international à long terme, et ainsi éviter un débat qui a pourri le début des années QSI. Entre Salvatore Sirigu, Kevin Trapp, Alphonse Areola et Gianluigi Buffon, les boulettes de ces gardiens ont longtemps coûté cher aux énormes ambitions parisiennes.

Donnarumma, lui, semble avoir les gants sûrs. Ce monstre de précocité, qui a débuté en professionnel en octobre 2015, présente de meilleurs temps de passage que son illustre aîné, Buffon, auquel il a succédé au sein des Azzurri en 2018.

Le natif de Castellammare di Stabia, près de Naples, compte aujourd'hui plus de 200 matches de Serie A et plus de 25 sélections, deux barres que le Toscan a franchies à 24 ans.

Certes, "Gigio" n'a jamais joué en Ligue des champions, mais son excellent parcours à l'Euro, avec plusieurs arrêts décisifs lors de la finale remportée aux tirs au but contre l'Angleterre, plaide en sa faveur.

Un différend sur les prétentions salariales de Donnarumma, conseillé par l'influent et gourmand agent Mino Raiola, a fini par lui faire quitter l'AC Milan, où le Français Mike Maignan l'a remplacé.

L'ambiance n'était pas au mieux non plus avec les supporters. Dès 2017, ceux-ci l'ont taxé du surnom "Dollarumma", en lui jetant des faux billets derrière sa cage...

A Paris, l'argent est moins un problème, surtout quand le président Al-Khelaïfi annonce, dans L'Equipe, un mercato "plus actif que les précédents".

 

Le club reste sur une saison difficile, marquée par la perte du titre de champion de France, au profit de Lille.

L'un des rares points positifs concerne sa demi-finale de C1, perdue contre Manchester City, au terme d'un parcours qui a vu briller Navas dans les buts.

Le Costaricien, triple vainqueur de la C1 avec le Real, a même prolongé jusqu'en 2024 son bail dans la capitale, fin avril, la preuve que les dirigeants étaient convaincus par ses prestations.

Mais l'arrivée de Donnarumma relance le débat sur l'identité du gardien N.1 au PSG, la cohabitation entre les deux internationaux rappelant celle entre Areola et Buffon, en 2018-2019, qui a mal tourné pour les deux.

Le premier nommé, d'ailleurs, est toujours sous contrat avec le PSG, tout comme la doublure Sergio Rico, l'expérimenté Alexandre Letellier qui a récemment prolongé jusqu'en 2022, et les jeunes Marcin Bulka et Garissone Innocent, prêtés la saison dernière.

Le directeur sportif Leonardo, qui a côtoyé Donnarumma quand il occupait ces fonctions à l'AC Milan entre 2018 et 2019, a encore du boulot devant lui.

Le feuilleton ne fait que commencer, et son intrigue se raccroche à l'autre, interminable, qui anime la capitale depuis des mois: la prolongation de Kylian Mbappé.

En fin de contrat en 2022, l'attaquant star a conditionné sa signature à l'arrivée de recrues de haute volée. Avec Wijnaldum, Ramos, Achraf Hakimi et Donnarumma, le voilà servi... mais Paris n'a peut-être pas dit son dernier mot.


Libé
Jeudi 15 Juillet 2021

Lu 477 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Mondial biennal: La Fifa convoque un sommet

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Ligue des champions: Ronaldo libère Manchester

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Classement FIFA: L’EN dans le Top 30

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS