Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

David Serero : Je suis en train de créer la première Compagnie d’ opéra marocaine

Le chanteur d’opéra, acteur et producteur franco-marocain, David Serero a remporté nombre de prix pour ses réalisations artistiques. Rien qu’en 2021, quatre Broadway World Awards ont été décernés à l’artiste franco-marocain. Il s’agit des prix du meilleur interprète, meilleur producteur d’une comédie musicale, et meilleur producteur d’une pièce de théâtre de la décennie ainsi que celui de meilleur chanteur d’opéra de l’année.En février 2021, dans un contexte de fermeture totale de la scène artistique new-yorkaise en raison de la pandémie, le maire de New York, Bill de Blasio a rendu hommage à l’artiste en lui octroyant un certificat de reconnaissance pour ses contributions en tant que chanteur d’opéra, qu’acteur, réalisateur et producteur au “paysage culturel dynamique de la ville”. M. De Belasio a déclaré à cette occasion que David Serero a “enrichi notre dynamique secteur des arts de la scène et a rehaussé et inspiré plusieurs NewYorkais”. Serero a rencontré la MAP à New York pour cet entretien en cinq questions


David Serero : Je suis en train de créer la première Compagnie d’ opéra marocaine
Vous habitez à New York, qui, tout au long de la pandémie, a été fermée. Broadway était sombre, la musique live n’était pas autorisée et les productions théâtrales étaient interdites. En tant qu’artiste prolifique, comment avez-vous tenu ?

Je venais de fêter mes 40 ans en avril 2020, et abstraction faite de la pandémie, j’avais envie de faire une pause, de prendre une année sabbatique. J’avais tellement de projets que je voulais achever, notamment des albums, des spectacles et des productions théâtrales. J’avais tous ces disques durs remplis de musique et de spectacles que j’avais fait au cours des 5 ou 6 dernières années. Ils étaient pleins de fichiers à éditer. Donc, la pandémie a été pour moi l’occasion de les aborder avec un regard nouveau.

Qu’est-ce que cela vous a fait de recevoir le prix du maire de New York reconnaissant vos efforts pour garder Broadway en vie ?
C’était vraiment bien. Des milliers de personnes ont voté pour moi et le maire de Blasio m’a rendu hommage avec de belles paroles. Je lui suis vraiment, vraiment reconnaissant.

Qu’en est-il de l’opéra marocain ?
Je suis en train de créer la première Compagnie d’opéra marocaine.Ce sera pour les chanteurs marocains, pas forcément ceux nés au Maroc, mais d’origine marocaine. L’idée est d’écrire un nouvel opéra en darija, où l’on retrouvera un thème marocain, avec des histoires du patrimoine national traditionnel. Cependant, ce que je souhaite faire en premier, c’est de réaliser Carmen en darija. L’autre idée, c’est de faire une adaptation marocaine d’Otello, que j’ai fait à New York. Je garderais les phrases en français et j’incorporerais des chansons classiques marocaines comme Sidi Habibi. Carmen et les opéras classiques traditionnels ont généralement des chœurs et des forces énormes et de multiples solistes.

Avez-vous pensé à faire de l’opéra baroque qui demande moins de force ?
Je n’ai pas peur de prendre les grands Verdi et de les adapter à mon style. C’est ce que je fais ici à New York. J’ai pris Don Giovanni et je l’ai fait mien. Le récitatif, je l’ai transformé en dialogues. Je l’ai rendu juif, et je lui ai donné une dimension drôle. J’ai ajouté des blagues et j’ai fait participer le public. Pour le Maroc, je pense que Carmen serait géniale. Mais ce que j’aimerais faire, ce serait Nabucco en arabe. J’ai hâte d’aller au Maroc pour fusionner la culture occidentale de l’opéra et la belle culture maghrébine. À la fin du mot “Morocco”, il y a un “o”. Ce n’est donc déjà le premier pas de l’opéra. Une idée que j’ai eue est de faire Fiddler on the Roof en arabe.

Quel est votre message aux jeunes artistes qui n’ont pas pu se produire depuis plus d’un an devant un public en direct ?
J’espère qu’ils ont profité de ce temps pour perfectionner leur art. Quand vous êtes un artiste débutant, vous devez jouer, jouer et jouer. Mais après, il faut réfléchir davantage et ne performer que lorsque c’est nécessaire. Bien sûr, vous devez pratiquer.J’espère qu’ils ont utilisé ce temps pour pratiquer davantage à la maison. Pour rendre leurs notes aiguës plus fortes. Pour réviser leurs techniques, pour apprendre de nouveaux rôles.Ainsi,si un jour, ils sont choisis pour un nouveau rôle, ils auront déjà fait le travail de base – améliorer leurs langues, avoir le temps d’écouter d’autres musiques et de regarder de nombreuses productions d’opéra, à lire à ce sujet et à regarder des documentaires, et s’ils sont comédiens, de lire à haute voix quelques monologues. Pour les artistes débutants qui aimeraient se faire connaître, il faudrait d’abord, avoir une bonne idée de ce que vous vous voulez accomplir. Quel est le but que vous voulez atteindre et ensuite se frayez votre chemin vers cet objectif. Encore une fois, pensez grand, mais commencez petit. Le meilleur marketing que vous puissiez faire est sur vous-même. Vous pouvez revenir en arrière et honorer votre passé.Appelez les personnes qui vous ont embauché en premier. Ne cherchez pas trop vite à brûler les étapes.

Libé
Vendredi 25 Juin 2021

Lu 982 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS