Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans une ville endeuillée, des Moscovites partagés sur les accusations visant l'Ukraine


Libé
Mercredi 27 Mars 2024

Meurtris par la sanglante attaque du Crocus City Hall, des Russes insistent sur leur union dans la douleur. Mais les opinions sont partagées quant à la version des faits du Kremlin semblant accuser l'Ukraine.

L'attentat commis par un commando armé vendredi soir et qui a fait au moins 137 morts a été revendiqué par les jihadistes de l'Etat islamique (EI). Mais le Kremlin n'a jamais évoqué leur responsabilité, insistant sur le fait que les quatre assaillants présumés, qui ont été arrêtés, auraient tenté de fuir en Ukraine, pointant du doigt le pays qu'il a attaqué en 2022 et combat depuis deux ans.

Beaucoup refusent de s'exprimer sur un sujet aussi sensible. Mais Vamig Aliev, étudiant en médecine de 22 ans et qui dit que ses parents sont musulmans, accepte.

Il estime que Kiev a déjà commis des attentats, référence à des assassinats ciblés à la bombe pour lesquels l'Ukraine fait figure de principal suspect. Mais il note aussi que le modus operandi de l'attaque de vendredi lui paraît être le fait de combattants islamistes.

"Je pense que derrière cet acte terroriste il y a les islamistes extrémistes de l'EI. L'Ukraine commet aussi des actes terroristes, mais là ça rassemble plus à ce que font les islamistes", a relevé le jeune homme, qui dit être un habitué du Crocus City Hall.
"Je ne crois pas à la version de la participation de l'Ukraine même après ce que le président (Poutine) a dit", a-t-il insisté.
Malgré ce désaccord, il juge que la tragédie a été un facteur d'unité.

"De tels événements unifient afin qu'on puisse ensemble surmonter les obstacles", ajoute Vamig. "Je ne suis pas surpris (du soutien des Occidentaux qui ont dénoncé l'attaque), personne n'aime les terroristes".
Rouslana Baranovskaïa, juriste de 35 ans, est, elle, très émue. Des yeux pleins de larmes, elle raconte avoir été "souvent" au Crocus City Hall et se dit en "état de choc".

Mais elle s'interroge sur le fait que les autorités russes, qui ont toujours vanté la puissance de leur appareil sécuritaire, n'aient pas pu empêcher cette tragédie.
D'autant que des pays occidentaux avaient mis en garde Moscou et leurs ressortissants en Russie d'une attaque en préparation.

"Les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient prévenu leurs ressortissants, alors voilà la question: pourquoi nos services spéciaux ne savaient-ils rien?", s'agace-t-elle.
Mardi, trois jours avant l'attentat, Vladimir Poutine avait dénoncé les mises en garde "provocatrices" des Etats-Unis et "une volonté d'intimider et de déstabiliser notre société", lui qui considère Washington comme un ennemi existentiel.

Et dimanche, Washington a répété que "l'Etat islamique porte l'entière responsabilité de cet attentat" et dit ne voir "aucune implication ukrainienne". "Début mars, le gouvernement américain a partagé avec la Russie des informations sur un projet d'attentat terroriste à Moscou", a indiqué une porte-parole de la Maison Blanche.
"Je ne me sens pas en sécurité, que quelqu'un puisse surgir et me tuer, ça fait peur", confie pour sa part Mme Baranovskaïa.

Pour d'autres cependant, l'implication de Kiev est probable. Les autorités russes ne cessent de présenter l'Ukraine comme étant dirigée par des "nazis" ou comme menant des "attaques terroristes", afin de justifier l'assaut lancé le 24 février 2024 par le Kremlin.

Valéry Tchernov, 52 ans, relève qu'avec l'attaque du Crocus City Hall tout le monde va "comprendre que le front n'est pas seulement dans une partie de la Russie mais dans tout le pays".
"Certains n'avaient pas compris qu'il y a une guerre et que dans ce cas tous les moyens sont bons", affirme ce commerçant.

"Qui est derrière (les assaillants)? Les ennemis de la Russie et de Poutine pour déstabiliser le pouvoir".
"Concrètement c'est possible (que ce soit) l'Ukraine et les Occidentaux. Je n'exclus rien. C'est possible qu'ils aient utilisé l'EI pour détourner l'attention de l'opinion publique", a-t-il martelé.

M. Tchernov espère donc désormais que "la société a compris que la guerre est dans tous les recoins du pays".
Le Kremlin a reconnu cette semaine que le pays était en "guerre" en Ukraine alors qu'il avait banni l'emploi du mot, lui préférant le terme "d'opération militaire spéciale".


Lu 656 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p