Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans le West End à Londres, le spectacle continue pendant la pandémie




“On ne peut pas rester toujours chez soi. Mais j'ai mes lingettes et mon gel désinfectant!", plaisante un peu nerveusement John, avant d'aller voir "Tina". Dans le quartier des théâtres de Londres, les fans de comédies musicales sont toujours là, malgré la crainte du coronavirus. Ce vendredi soir, le West End reste très animé.
Beaucoup d'amateurs de "musicals", qui ont réservé des places souvent très chères des semaines à l'avance, ne sont pas prêts à renoncer à une soirée mémorable. "J'ai confiance dans ce que disent les autorités et les scientifiques et ils ont décidé de garder les théâtres ouverts", confie un septuagénaire venu voir le spectacle consacré à son idole, la "tigresse" du rock Tina Turner, avec sa femme, parée de paillettes, pour fêter leurs cinquante ans de mariage.
Margaret, élégante avec son chemisier beige et noir bouffant, et son mari sont originaires d'Irlande du Nord et en visite à Londres pour le week-end: les billets pour "Tina" étaient leur cadeau de Noël. A quelques dizaines de mètres, devant le théâtre Lyceum aux lourdes colonnades grecques, les gens font la queue pour "Le roi Lion", un carton international. Une dizaine de personnes se serrent tout sourire pour une photo de famille autour d'une jeune femme qui porte un ballon "30 ans!".
Alyzée Ganiou, une chargée de projet de 27 ans, pianote nerveusement sur son téléphone en attendant une amie retardataire à quelques minutes du lever de rideau. Elle vient d'arriver de Lyon. "Je n'ai pas peur mais en revanche j'ai eu peur que mon avion soit annulé, surtout après que Trump a décidé de stopper les vols" de l'Europe vers les Etats-Unis, dit-elle. "Si ça se trouve c'est une question de jours avant qu'ils arrêtent le show ici aussi, donc je suis vraiment contente d'être là", ajoute-t-elle avant de courir vers son amie qui arrive. Abby, venue avec son fils surexcité, est un peu blême.
"Dans le train je n'arrêtais pas de lui dire +ne touche à rien+", raconte-t-elle, angoissée à l'idée de se retrouver enfermée dans une salle avec des dizaines, voire des centaines de personnes, en pleine pandémie de coronavirus. Pour rassurer, les théâtres du West End ont installé des distributeurs de gel désinfectant un peu partout. Les visites en coulisses et signatures d'autographes sont interdites jusqu'à nouvel ordre. A New York, les autorités ont fermé tous les théâtres de Broadway.
Des festivals comme Coachella ont été annulés. Ailleurs, des fermetures ou limites aux tailles des rassemblements sont imposées. Des stars comme Madonna ou les icônes britanniques The Who ont annulé des représentations. Entretemps, de nombreux touristes, suivant les recommandations des autorités de renoncer aux déplacements non essentiels, annulent leurs projets de voyages pour les semaines à venir.
"L'impact du virus pourrait porter un coup de massue à l'industrie musicale britannique (...) Ça ne touchera pas seulement ceux qui travaillent directement pour le secteur" mais des milliers d'emplois indirects, avertit l'organisation sectorielle UK Theatre dans une lettre au ministre de la Culture.

Lundi 16 Mars 2020

Lu 209 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif