Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Commerces fermés et artères vides à Tanger




Commerces fermés et artères vides à Tanger
Inhabituellement en cette période de l'année, les rues de Tanger sont devenues désertes et les commerces ont fermé tôt lundi soir, tandis que les patrouilles des forces publiques et des autorités locales sillonnent les rues de la ville pour veiller à l'application de l'état d'urgence sanitaire afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).
Quelques passants de ceux qui travaillent encore peuvent être aperçus se rendant rapidement à leurs domiciles, tandis que les commerces et les grandes surfaces ont fermé à 18h, et ce conformément à la décision des autorités compétentes. Les hôpitaux, les cliniques et pharmacies de garde ont par ailleurs continué à fournir leurs services aux citoyens.
De la Place du cinéma Tarik à Béni Makada, une patrouille conjointe des éléments de la sûreté nationale et des forces auxiliaires a commencé à sillonner les rues principales de Tanger, où les éléments de la police questionnent les passants sur les raisons de leur circulation à cette heure, et les incitent à se conformer aux instructions du ministère de l'Intérieur. Les patrouilles ont également investi les principales avenues de Tanger, arrêtant les véhicules pour s'assurer que les citoyens sont munis des autorisations exceptionnelles de circulation, dans le respect total de toutes les conditions de sécurité sanitaires et ce, sous peine de sanctions prévues par le Code pénal.
Ces mesures sécuritaires visent à limiter au maximum la circulation comme moyen inévitable pour maintenir la situation épidémiologique du Covid-19 sous contrôle, par la restriction des déplacements à des situations particulières comme les déplacements pour des causes professionnelles ou pour se procurer des médicaments et des produits de première nécessité.
Le ministère de l'Intérieur avait décrété "l'Etat d'urgence sanitaire" à partir de vendredi à 18h00 pour préserver la santé et la sécurité de la société marocaine.
Un communiqué du ministère avait affirmé que cette décision s'inscrit dans un esprit de responsabilité et de solidarité nationale et après la constatation de la contamination de citoyens résidant au Maroc par le nouveau coronavirus.
"L’état d’urgence sanitaire" et la restriction de la circulation jusqu'à nouvel ordre ont été décidés comme seul moyen inévitable pour garder le coronavirus sous contrôle, avait indiqué le ministère, expliquant que cela ne signifie pas l’arrêt de l’activité économique, mais la prise de mesures exceptionnelles imposant la limitation du mouvement des citoyens, et le fait de quitter le domicile sera conditionné par l’obtention d’un document officiel auprès des agents d’autorité, selon certaines conditions.
Ces cas, avait précisé le communiqué, sont limités pour "se rendre au travail pour les administrations et les établissements ouverts, dont les sociétés, les usines, les travaux agricoles, les locaux et espaces de commerce en rapport avec la vie quotidienne du citoyen, les pharmacies, les secteurs bancaire et financier, les stations d’approvisionnement en hydrocarbures, les cliniques et cabinets médicaux, les agences des sociétés de télécommunications, les professions libérales indispensables et les locaux de vente des produits d’hygiène".

Jeudi 26 Mars 2020

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif