Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Royaume-Uni, le secteur des jeux en ligne dépend des joueurs qui perdent le plus


Libé
Mercredi 15 Juin 2022

Au Royaume-Uni, le secteur des jeux en ligne dépend des joueurs qui perdent le plus
Le secteur des jeux en ligne britannique "dépend" d'une minorité de joueurs qui perdent gros, et ces derniers viennent surtout des régions défavorisées au Royaume-Uni, un pays où l'addiction aux jeux d'argent est un problème majeur.

29% des comptes de jeux en ligne viennent des zones les plus défavorisées, contre une part de seulement 13% dans les régions britanniques les plus riches, selon l'étude du National Centre for Social Research (NatCen) et de deux professeurs de l'Université de Liverpool.

Un quart des pertes lors de jeux en ligne (bingo, jeux de casino...) touchent des comptes situés dans les 20% de régions les plus pauvres de Grande-Bretagne, contre seulement 15% venant des 20% les plus favorisées.

L'étude "montre que (...) le secteur des jeux en ligne dépend d'un petit pourcentage de clients avec les plus fortes pertes qui représentent l'essentiel de son chiffre d'affaires", d'après un communiqué de NatCen.

Comparés aux paris sportifs ou hippiques, les jeux d'argent (bingo ou type casino, en particulier les machines à sous) sont liés à une plus forte probabilité de lourdes pertes, souligne aussi NatGen.

"Cette recherche s'ajoute aux preuves qui s'accumulent sur l'impact disproportionné des dégâts provoqués par les jeux d'argent sur les communautés les plus pauvres", à l'heure où elles sont déjà confrontées à la crise du coût de la vie après la pandémie, a commenté Zoë Osmond, directrice générale de l'Association GambleAware, qui milite pour un meilleur encadrement des jeux d'argent.

L'étude fournit des conclusions "cruciales pour les futures politiques et réglementations en Grande-Bretagne", comme le fait de mettre l'accent sur les jeux d'argent plus que sur les paris sportifs ou hippiques, affirme Sokratis Dinos, directeur de la santé au NatCen.
 
 Environ 0,5% des adultes du pays sont considérés comme "joueurs à problèmes", soit environ 430.000 personnes au Royaume-Uni.

Les mois de confinement pendant la pandémie de Covid-19 n'ont fait qu'aggraver la situation pour de nombreux Britanniques cloîtrés chez eux.

Ces dernières années, toute une série de mesures ont déjà été prises pour lutter contre ce fléau, de l'interdiction d'utiliser une carte de crédit pour jouer, aux messages d'avertissement à la télé, en passant par la limite des paris dans les machines à sous ou le relèvement à 18 ans de l'âge pour jouer à la loterie nationale.

Une révision gouvernementale des règles sectorielles - qui datent de 2005 et ne sont plus adaptées à l'ère des paris sur internet - a été reportée plusieurs fois au grand dam des associations de lutte contre l'addiction.


Lu 665 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS