Ali Hajji : Ce qui fait la singularité du Festival de Marrakech, c’est la rencontre entre les jeunes réalisateurs et les plus grandes personnalités du cinéma mondial


Libé
Jeudi 3 Novembre 2022

Pour sa 19ème édition (11-19 novembre), très attendue après deux années off à cause de la crise sanitaire mondiale, le Festival international du film de Marrakech ratisse large. Au menu, pas moins de 76 films de 33 pays, représentant des générations et des cultures cinématographiques intrinsèquement différentes. Dans cette interview accordée à la MAP, Ali Hajji, coordinateur général et membre du Comité de sélection de cette édition, passe en revue les nouveautés de la programmation de cette année et s'arrête sur la place dévolue au septième art marocain.

Après deux ans de report en raison de la crise sanitaire du Covid-19, le Festival international du film de Marrakech revient pour une 19ème édition particulièrement riche et éclectique. Parlez-nous grosso modo des nouveautés de cette édition…
Le Festival est une célébration des cinémas du monde dans toute leur diversité et le programme mettra en avant, cette année encore, des œuvres et des talents en provenance du monde entier.

Lors des précédentes éditions, plusieurs nouvelles sections avaient été lancées dont le 11e Continent qui présente des films d'avant-garde, le Panorama du cinéma marocain, les projections à destination du jeune public et la série "In Conversation with...". En 2018, le festival avait inauguré son programme dédié à l'industrie, les Ateliers de l’Atlas, qui a pour vocation d’accompagner une nouvelle génération de cinéastes en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. Lors des deux dernières années, les ateliers se sont poursuivis en ligne et ont permis de soutenir 47 projets de films. Le retour du festival est très attendu par les professionnels, les médias, les cinéphiles et le grand public. Pour faciliter l’expérience, un tout nouveau site web a été conçu et il est désormais possible de s’accréditer en ligne et d’obtenir gratuitement un badge électronique donnant accès aux projections et activités du festival.

Enfin, en vue de renforcer le programme Jeune Public et de former les cinéphiles de demain, le festival proposera, cette année pour la première fois, des projections à destination des lycéens.

76 films en provenance de 33 pays : c’est la programmation du Festival pour cette année. Quels sont les critères qui président au choix des œuvres participantes et comment se déroule le processus de sélection ?
C’est la création cinématographique mondiale que le festival entend mettre en valeur et chaque section a sa propre identité. La Compétition officielle est dédiée à la découverte de nouveaux cinéastes et présente des premiers et seconds longs-métrages en provenance du monde entier. Les Séances de Gala présentent une sélection de films internationaux parmi les plus attendus de l’année, en présence de casting prestigieux. Les Séances Spéciales permettent de montrer les films de cinéastes reconnus par la critique et les festivals internationaux. Le 11e Continent propose des films audacieux et novateurs qui bousculent les représentations cinématographiques. Le Panorama du Cinéma Marocain offre une sélection de fictions et documentaires récents issus de la production nationale. La section Jeune Public a pour but de sensibiliser les spectateurs de demain, de la première expérience du grand écran pour les plus petits à des projections suivies de débats pour les lycéens. Chaque soir, des films populaires sont projetés en plein air sur la mythique place Jemaa El Fna où des personnalités du cinéma viennent à la rencontre du public pour faire vivre le festival au cœur de la ville de Marrakech.

Le comité de sélection a visionné plus de 800 films cette année pour aboutir à cette sélection de 76 films en provenance de 33 pays. Au-delà des spécificités de chaque section, le comité est constamment à la recherche de regards singuliers, d’œuvres qui apportent un éclairage nouveau sur le monde ou qui font bouger les lignes cinématographiques de leur pays d’origine.

Tout en mettant à l’honneur des valeurs sûres du cinéma mondial (Guillermo del Toro, James Gray, Neil Jordan…), cette édition fait le pari de partir à la découverte des jeunes talents à travers le monde. Le Festival international du film de Marrakech a-t-il justement cette ambition, ce souci de participer à l’éclosion d’une nouvelle génération de cinéastes dont le regard, le langage et les thématiques sortent des sentiers battus ?
Ce qui fait la singularité du Festival de Marrakech, c’est la rencontre entre les jeunes réalisateurs et les plus grandes personnalités du cinéma mondial. La compétition officielle a pour ambition de révéler les nouveaux talents des cinémas du monde à travers une sélection réservée exclusivement aux premiers et seconds films. La singularité, l’acuité du regard, la volonté de changer les modes de représentation habituels sont autant de qualités que nous recherchons dans les films que nous sélectionnons.

En exposant ces œuvres au regard d’un jury prestigieux présidé cette année par le réalisateur italien oscarisé, Paolo Sorrentino, le festival participe à la mise en lumière des cinéastes émergents. C’est quelque chose de fort et émouvant d’assister à la naissance de talents qui vont compter dans le cinéma de demain. Justin Kurzel, le réalisateur australien qui est membre du jury cette année, a été primé à Marrakech en 2011 avec son premier film, Les Crimes de Snowtown. Aujourd’hui, il est l’un des réalisateurs australiens les plus célébrés dans le monde.

D’une édition à l’autre, la place du cinéma marocain dans la programmation, toutes sections confondues, s’affirme. Cette année, il est présent avec 15 films et une section dédiée. En plus d’offrir une excellente vitrine au 7ème art marocain à l’international, comment le festival soutient-il la dynamique de l’industrie cinématographique nationale ?
Nous assistons, cette année, à une présence exceptionnelle du cinéma national dans plusieurs sections du festival. Un hommage sera rendu à l’incontournable Farida Benlyazid, pionnière du cinéma marocain, et on montrera plusieurs de ses films, dont Une porte sur le ciel, qui a été récemment restauré.

La forte présence du cinéma marocain est aussi caractérisée par l’arrivée d’une nouvelle génération de cinéastes, puisque parmi les quinze films sélectionnés, sept sont des premiers ou seconds longs-métrages. Plusieurs de ces films ont d’ailleurs été récemment montrés dans les plus grands festivals internationaux, ce qui témoigne de l’intérêt que suscite le cinéma national dans d’autres territoires aujourd’hui. Maryam Touzani sera présente pour la première fois en compétition avec Le Bleu du Caftan, un film tout en délicatesse qui a connu un bel accueil à l’international depuis sa présentation à Cannes en mai dernier. Yasmine Benkiran et Fyzal Boulifa présenteront leurs films en Séances Spéciales tandis que Adnane Baraka montrera le sien dans le cadre du 11e Continent. Le Panorama du cinéma marocain présentera 5 films et s’ouvrira avec le nouvel opus de Faouzi Bensaïdi, Jours d’été, un film de troupe adapté de Tchekhov, porté avec beaucoup d’enthousiasme par le cinéaste et ses acteurs. Les spectateurs de la Place Jemaa El Fna pourront découvrir les comédies à succès 30 Melyoun et Al Ikhwane.

A noter que 5 films marocains sélectionnés cette année ont bénéficié de l’accompagnement des Ateliers de l’Atlas. Depuis sa création en 2018, le programme industrie du festival a soutenu 46 projets marocains dont plusieurs ont été sélectionnés ensuite dans les plus grands festivals de cinéma à travers le monde.

Covid-19 oblige, plusieurs activités du festival ont été organisées à distance en 2020 et en 2021. Comment cette expérience a-t-elle pu être mise à profit pour mieux "digitaliser" ce festival ?
La crise sanitaire a permis de mettre en place ou d’accentuer la digitalisation de certaines pratiques. Nous avons voulu profiter de ces nouvelles habitudes qui se sont installées pour permettre au spectateur d’entamer toutes les démarches d’accès aux projections et activités en ligne et faciliter ainsi son expérience festivalière. Pour cela, le festival a été doté d’un nouveau site web qui a été mis en ligne récemment et l’accréditation se fait 100% en ligne. Elle est gratuite et réservée à un public adulte uniquement. Pour obtenir son E-badge, il suffit d’en faire la demande sur : www.marrakech-festival.com. Le festival a également lancé une nouvelle application, disponible sur Apple Store et Google Play, sous l’appellation Marrakech Festival.

Par Meriem Rkiouak (MAP)


Lu 3415 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.