Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Al-Battani, un astronome précurseur




Il s'agit de Abu Abdullah Mohamed Ibn Jaber Ibn Sinan al-Raqqi al-Hurani, dit al-Battani, dénommé al-Raqqi, en référence à la ville de Raqqa, sur l'Euphrate. Al-Battani était connu, dans l'Occident Médiéval, du nom d'Albategni ou Albategnius.
Al-Battani est né à Battan, de la région de Hurane, située sur un affluent de l'Euphrate, en Iraq. Sa date de naissance n'est pas connue avec précision, mais il est probablement né en 235H/858. Mais s'il existe un doute quant à sa date de naissance, «les historiens sont unanimes pour ce qui est de la date de son décès survenue en 317H/929», près de Mossoul, en Iraq. Al-Battani, l'un des plus grands savants astronomes arabes, a consacré sa vie, dès l'an 264 de l'Hégire et jusqu'à sa mort, à l'observation des étoiles. C'est auprès de son père, Jaber al-Battani, célèbre savant aussi, qu'il a fait ses premières études avant de se rendre à Raqqa et s'atteler à l'étude des textes de ses prédécesseurs, en particulier les ouvrages de Ptolémée. Il se tourne ensuite vers la recherche dans les domaines de l'astronomie, de la trigonométrie, de l'algèbre, de la géométrie et de la géographie, passant sa vie scientifique entre Raqqa et Lattaquié, en Syrie où il établit l'observatoire portant son nom (observatoire d'al-Battani).
Selon l'Encyclopédie islamique, al-Battani était réputé pour son observation des étoiles et très en avance en matière de géométrie, d'astronomie et de calcul astronomique. Les savants occidentaux admettent, d'autre part, qu'al-Battani occupait une place prééminente devançant celle de l'astronome grec Ptolémée. «L'astronome français, Lalande, rapporte qu'al-Battani était parmi les vingt meilleurs astronomes que le monde ait connus».
Dans son «Héritage scientifique des Arabes en mathématiques et astronomie», Qadri Tuqan souligne que «Cajouri» et «Halley» considéraient al-Battani comme le plus éminent observateur stellaire. Certains chercheurs l'ont même nommé «le Ptolémée des Arabes». Quant à Georges Sarton, il l'a qualifié «du plus grand astronome de sa race et de son temps, et l'un des plus grands savants de l'Islam».

Contributions scientifiques
Les découvertes de l'Azimut et du Nadir, et la détermination de leurs positions dans le ciel, sont parmi les plus importantes contributions d'al-Battani. Il a, d'autre part, défini avec précision la perspective du trajet de l’écliptique, la longueur de l'année orbitale, les saisons, ainsi que les orbites réelle et moyenne du soleil. Il alla, en outre, à l'encontre de Ptolémée dans la détermination de l'apogée du soleil, apportant ainsi la preuve de la relation existant entre le soleil et la précession des équinoxes. Il fit, par ailleurs, des observations minutieuses sur les éclipses du soleil et de la lune, employées par les Occidentaux (Dunthorne, 1749) dans le calcul de l'accélération dans le mouvement de la lune étalée sur une période d'un siècle.
Ses principales observations portaient sur la correction des orbites de la lune et des planètes, et l'établissement de nouvelles tables sur leurs positions. Il vérifia la position d'un grand nombre d'étoiles, qu'il incorpora dans ses fameuses tables astronomiques, adoptées par les astronomes pendant plusieurs siècles.
«Nellino» lui reconnaît la mise au point d'une théorie nouvelle «qui témoigne d'une profonde subtilité, et de beaucoup d'habileté et de verve à démontrer l'aspect que prendrait la lune à sa naissance».
Al-Battani est parmi les premiers Arabes à substituer le sinus à l'hypoténuse, et à utiliser la tangente et la cotangente dans le triangle sphérique. Il a abordé également certaines questions que les Grecs ont traitées géométriquement et qu'il tenta de résoudre par l'algèbre. Il est de ceux qui ont fondé la trigonométrie et œuvré à élargir sa portée.

Œuvres
Citons, parmi ses œuvres majeures :

1.    Le «Zeij al-Sabi» (Les tables de Sabi), de loin l'œuvre la plus importante d'al-Battani, comprenant les résultats de ses observations des planètes fixes en l'an 299 de l'Hégire. L'ouvrage comporte également des tableaux relatifs aux mouvements des astres qu'il a découverts, ainsi que la somme des travaux astronomiques effectués durant quarante deux années d'action ininterrompue, de 264 à 306 de l'Hégire. Il fut le premier «Zeij» (le zeij, d'origine perse, est un vocable donné aux anciennes tables astronomiques) comportant des informations exactes et précises. Son empreinte est profondément perceptible dans les progrès astronomiques et mathématiques réalisés durant la Renaissance arabe et aux débuts de la Renaissance européenne. Beaucoup de savants arabes recoururent à cet ouvrage dans l'exécution de leurs calculs, tandis que d'autres y empruntèrent des textes ou procédèrent à leur exégèse.
L'ouvrage a été traduit en latin par Platoof Tivok, au XII° siècle, sous le titre de «Sciencia de Stellarum», l'équivalent de «Science of Stars» en anglais, ou Science des Etoiles, et imprimé à Nuremberg en 1537. Au treizième siècle, Alphonse X, roi de Castille, a ordonné la traduction du Zeij de l'arabe directement en espagnol. Il existe aujourd'hui, à Paris, un manuscrit incomplet de cette traduction, et un exemplaire de l'ouvrage est conservé actuellement à la Bibliothèque du Vatican. Carlo Nellino a publié, à Rome, entre 1899 et 1907, un exemplaire de l'original arabe sur la base de la copie, en trois tomes, conservé à la Bibliothèque de l'Escurial, assorti d'une traduction latine et de commentaires sur certains sujets.
2. «Kitab Maarifat Matalei al-Buruj fima bayna Arbaa al-Fulk», dans lequel al-Battani examine la solution mathématique du problème astrologique par rapport à la position de l’observateur»
3. «Rissalat fi Miqdar al-Ittisalat»
4. «Rissalat fi Tahqiq Aqdar al-Ittisalat»
Dans ces deux thèses, al-Battani aborde la question portant sur la conjonction de deux planètes sur les lignes de latitude et longitude célestes, que l'une ou l'autre, ou toutes les deux, concentriques ou excentriques au cercle du zodiaque.
5. «Exégèse des quatre articles de Ptolémée». Il s'agit de quatre articles rajoutés par Ptolémée dans son livre «Almageste», dans lesquels il traite de sujets astrologiques et de l'influence des étoiles sur les questions terrestres.
6. «Kitab taadil al-Kawakib», dans lequel al-Battani examine les variations dans les mouvements des planètes sur leurs orbites, considérées comme stables, et les mouvements réels qui diffèrent entre une position et une autre.
En définitive, «al-Battani fut l'un des génies de ce monde qui ont émis des théories générales et contribué à l'enrichissement du patrimoine scientifique de l'humanité en entreprenant de nouvelles recherches en matière d'astronomie, d'algèbre et de trigonométrie. Il s'est rendu célèbre par son observation des planètes et des corps célestes, et à effectuer des analyses qui continuent de susciter l'intérêt des savants et leur admiration».

Jeudi 23 Juin 2016

Lu 473 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés